• Grille TV beIN SPORTS
F1 : Quelle équipe est la mieux armée pour 2015 ?
Photo Panoramic

F1 : Quelle équipe est la mieux armée pour 2015 ?

Le marché des transferts est bouclé. On sait désormais qui pilotera l'une des 18 voitures présentes à Melbourne au printemps prochain. Les moteurs turbo, la réduction de l'aéro et la rudesse des pneus Pirelli ont remis en avant le rôle du pilote. Alors, quelle équipe dispose du meilleur duo ?

1. McLaren-Honda : Fernando Alonso / Jenson Button

Annoncé très tard, le duo Alonso-Button est le plus prometteur du plateau. La doublette représente 501 départs en GP, 47 victoires, 3 titres de champion du monde et 2965 points inscrits. Mais au-delà de ça, c’est bien le profil des deux hommes qui reste le plus impressionnant. D’un côté, Alonso, pilote affamé de victoires et de titres, considéré comme le meilleur pilote du monde, hargneux, jusqu’au-boutiste, intelligent, habile et fédérateur. Il a surclassé avec la même sévérité Felipe Massa ou Kimi Raikkonen. Recruté à prix d’or, il est de plus extrêmement fiable en piste. Il va certainement voir en Button le plus gros défi de sa carrière. Car le Britannique n’est pas en reste question confrontation. Arrivé chez McLaren en 2010, il a usé Lewis Hamilton, marquant plus de points que son compatriote entre 2010 et 2012. Champion du monde mésestimé en 2009, il a depuis gagné ses galons de prince de la vitesse, la classe en plus. Incroyablement intelligent en course, d’une efficacité redoutable, excellent metteur au point, il est sans doute le meilleur finisseur du plateau. Avec un tel duo, le team de Woking peut croire au miracle. Reste un point faible, l’exercice des qualifications. Si l’Espagnol s’en tire honorablement sans être un pur sprinter, l’Anglais ne s’y montre pas à son aise.

 

2. Williams-Mercedes : Valtteri Bottas / Felipe Massa

Bottas est l’une des révélations de cette saison 2014. Face à un Massa à l’aise et libéré psychologiquement, il a imposé sa férule sans sourciller, se mêlant parfois au jeu des deux Mercedes. Il aurait d’ailleurs mérité une victoire la saison passée, tant il s’est illustré. Manquant un peu de maturité, le Finlandais fait forte impression et pourrait confirmer les promesses en 2015, au volant d’une monoplace que l’on attendait pas à pareille fête. De l’autre côté du garage, Massa ne s’attendait certainement pas à un tel niveau de concurrence, mais apparaît plutôt épanoui au sein du team de Grove. Proche de la victoire dans son jardin d’Interlagos, il a confirmé en 2014 que sa pointe de vitesse était toujours là (pole en Autriche) et n’a pas semblé aussi motivé depuis bien longtemps. Sa force de travail est toujours intacte et le duo qu’il forme avec Bottas est certainement le plus complémentaire de la grille.

 

3. Mercedes : Lewis Hamilton / Nico Rosberg

Quel est le véritable niveau de Rosberg? Stupéfiant en qualifications la saison passée mais d’une surprenante fébrilité en course, l’Allemand a perdu la bataille du titre sur le plan psychologique. 2015 sonne comme une revanche, mais la question se pose quant à sa capacité à relever le gant. Car Hamilton est non seulement un pilote extrêmement rapide, mais il sait mieux que personne placer son adversaire dans une situation psychologique défavorable. La belle amitié vendue par Mercedes a volé en éclat suite aux incidents de Monaco et de Spa. Le double champion du monde continue pendant l’hiver de livrer son avis sur ces deux événements dans lesquels il implique clairement son équipier. La situation pourrait bien devenir irrespirable au sein de l’écurie allemande, et c’est bien ce qui pourrait gripper la belle machine argentée en 2015. Les expériences de Williams en 1981 et 1986, Ferrari en 1990 ou McLaren en 2007 démontrent que ce genre de rivalité peut conduire à la perte du titre.

 

4. Red-Bull-Renault : Daniil Kvyat / Daniel Ricciardo

Surprise de 2014, Ricciardo endossera désormais le costume de leader d’écurie, ce qui ne devrait pas lui faire peur. L’Australien est diablement efficace, capable d’attaques magistrales, semblant insensible à la pression. Mais si vainsre Vettel dans son jardin était une tâche sâcrément ardue, ce qui vient va révéler ou pas de quel bois le pilote est fait. Scruté, surveillé, il se devra de confirmer en 2015 qu’il n’est pas un opportuniste. Cela passera par un ascendant pris sur l’étincelant Kvyat, qui s’est montré rapide à défaut d’être régulier. Le principal défaut de ce duo reste son manque d’expérience, qui pourrait être utile en cas de coup dur. Car Red-Bull veut faire jeu égal avec des équipes bien plus fournies en la matière, et surtout, Kvyat va devoir faire oublier très vite qu’il a grillé la priorité à Jean-Eric Vergne. Si son manque de performance était visible, alors Red-Bull ne ferait aucun sentiment.

 

5. Force India-Mercedes : Nico Hülkenberg / Sergio Perez

En alignant un duo peu prestigeux, Force India se paie quand même le luxe de ne pas avoir recours à des pilotes payants, ce qui est tout de même un petit exploit. Hülkenberg est incontestablement un pilote aussi rapide que régulier, bien que sa carrière manque pour le moment de relief. De son côté, Perez a offert au team indien son second podium depuis la Belgique en 2009, et peut se montrer aussi brillant que brouillon. Sixième force du plateau, Force India peut compter sur la complémentarité de son duo pour poursuivre son effort. En 2014, le team McLaren a senti le souffle de la petite structure dont la discrétion n’éteint pas l’efficacité.

 

6. Ferrari : Kimi Raikkonen / Sebastian Vettel

Voici la plus grosse interrogation de 2015. Comment vont se comporter ces deux pilotes, dont le prestige a particulièrement souffert en 2014? Vettel a été copieusement dominé dans son jardin autrichien, comme aucun champion du monde avant lui. En rejoignant Ferrari, il doit se muer en meneur d’hommes, en porte-drapeau, loin du cocon Red-Bull. Rapide et bon metteur au point, on a vu en 2014 comme il avait encore du mal à courir au sein du peloton. C’est en 2015 que l’Allemand a une chance de prendre une autre dimension. Tout reste à faire. En ce qui concerne Raikkonen, c’est bien plus compliqué. Humilié par Alonso, le Finlandais se doit de faire bonne figure pour ne pas sombrer définitivement. Le problème de ce duo, c’est que les deux pilotes ont mis en avant leur difficulté à s’acclimater avec les monoplaces cru 2014. Les yeux seront donc braqués sur une Scuderia qui, avec une grosse restructuration, ne devrait pas, qui plus est, offrir un cadre de travail particulièrement sain à ses pilotes.

 

7. Lotus : Romain Grosjean / Pastor Maldonado

La saison a été très longue pour les pilotes Lotus. Grosjean a pris le dessus sur un Maldonado brouillon mais il n’a fait qu’assurer l’essentiel. Visiblement enclin à clamer haut et fort que des top-teams se sont penchés sur son cas, le Français cherche à justifier sa valeur. Mais on a bien du mal à oublier qu’il a subi sans discussion possible face à Kimi Raikkonen. On attend surtout de Romain qu’il signe des coups d’éclats en course et non plus en qualifs. Il est rapide sur un tour, tout le monde en a conscience. Mais il attaque désormais sa quatrième saison complète. Il est grand temps de hausser le niveau, pour peu que sa monoplace le lui permette. Car avec l’accident de Jules Bianchi et l’absence de Jean-Eric Vergne, on a quand même l’impression que la France n’aura pas en 2015 son représentant le plus compétitif… Maldonado quand à lui n’a plus grand chose à espérer à part le soutien inconditionnel de PDVSA. Sa victoire barcelonnaise en 2012 est complètement oubliée, et il n’a pas pu prendre la mesure de son équipier. Bref, même avec un V6 Mercedes, il n’y a pas de quoi se réjouir.

 

8. Toro-Rosso : Carlos Sainz Jr / Max Verstappen

Les donnés ne semblent vraiment pas favorables à Toro-Rosso. Contre l’avis du team manager, Red-Bull a imposé deux rookies. Un pari très risqué. Verstappen va battre le record de précocité de Vettel, mais devra prouver très vite sa valeur. Car le paddock et la FIA auront les yeux rivés sur lui. Une sacrée pression pour cet adolescent de 17 ans. Personne ne semble contester sa rapidité. Mais comment va-t-il se comporter en course? C’est plus qu’une question, c’est une appréhension. A la rigueur, si un pilote d’expérience avait pu l’épauler, pourquoi pas. Mais c’est un Sainz à peine plus âgé qui partagera le garage. Avec les mêmes interrogations. Avec son duo de bébés-pilotes, Toro-Rosso prend un risque considérable. Et le temps du duo Ricciardo-Vergne semble bien loin désormais.

 

9. Sauber : Marcus Ericsson / Felipe Nasr

Peter Sauber n’est plus vraiment là et ça se voit. Pendant longtemps, Sauber ne devait sa survie qu’à la passion de son fondateur, cherchant par tous les moyens des pilotes capables de performer pour un moindre coût. Heinz-Harald Frentzen, Johnny Herbert, Jean Alesi, Nick Heidfeld, Giancarlo Fisichella, ou Nico Hülkenberg ont ainsi permis à la structure helvétique de signer des résultats solides. Sans oublier les deux révélations qu’ont été Kimi Raikkonen et Felipe Massa, rapportant à Sauber de salvateurs dollars en échange de leur transfert. La malice, voilà ce qui a permis à Peter Sauber de maintenir son team à flôts. Mais il semble que Monisha Kaltenborn semble plus occupée à partir en croisade qu’à travailler aux résultats du team. Laissant passer des pilotes confirmés comme Paul DiResta en 2011 ou Jean-Eric Vergne en 2014, ne cherchant pas d’accord avec Ferrari comme l’a pu faire Marussia avec Jules Bianchi, il semble que seuls les pilotes payants n’aient de la valeur. Mais le miracle Sergio Perez ne fonctionne pas à chaque fois. Du coup, si Nasr peut profiter du bénéfice du doute et sera jugé aux actes, on sait qu’Ericsson n’avait pas le niveau chez Caterham. On ne voit pas ce qui changerait pour lui chez Sauber.

  1. avatar
    5 janvier 2015 a 15 h 15 min

    Salut Jayce,

    Bonne année.
    Mon classement perso

    1. Hamilton / Rosberg
    2. Alonso / Button
    3. Bottas / Massa
    4. Ricciardo / Kvyat
    5. Raikkonen / Vettel
    6. Hulkenberg / Perez

    Pour Button, excellent pilote mais en 2013 et 2014 il a été confronté à des pilotes un peu tendres, cela fait donc 2 saisons sans vraie référence.
    Avec Fernando Alonso, il va retrouver un pilote encore plus fort que le calibre précédent (Hamilton entre 2010 et 2012). 2 super pilotes pour le dimanche en tout cas, excellents finisseurs

    Le duo le plus fort pour moi est Hamilton / Rosberg, reste l’inconnue de l’ambiance chez Mercedes. Si Wolff et Lauda parviennent à garder un peu de sérénité dans leur écurie, un 2e triomphe consécutif sera acquis. Sinon, en effet, le risque d’un torpillage interne existera …

    Raikkonen et Vettel nous doivent une revanche quand Bottas et Massa surfent sur une belle vague de confiance.
    L’inconnue Kvyat, promu très vite de Toro Rosso à Red Bull, mais aussi celle sur Ricciardo désormais leader d’un top team, est source de scepticisme vis-à-vis du taureau ailé également orphelin d’Adrian Newey.

    Mercedes, Williams et McLaren sont pour moi les 3 écuries les mieux placées en vue de 2015, pour Woking évidemment tout dépendra de la qualité du moteur Honda turbo, car on ne doute pas des qualités de Button et encore moins d’Alonso à faire briller leur bolide.

    • avatar
      5 janvier 2015 a 16 h 50 min
      Par Jayce

      Comme lors de sa cohabitation avec Lewis Hamilton, je pense que Jenson Button va jouer avec ses armes. En terme d’intelligence de course, il me paraît plus efficace encore que Fernando Alonso. Mais que ce soit pour l’un comme pour l’autre, cette opposition sera à mon sens la plus difficile de leur carrière respective. Car l’Espagnol est plus réfléchi et plus fiable que ne l’était Hamilton, point sur lequel Button s’appuyait allègrement.

      Par rapport à Nico Rosberg, je dois bien avoué que je suis un tantinet déçu par sa campagne 2014. On l’attendait brillant en course, mais il s’est fait manger par Hamilton. Dès que les deux hommes ont bataillé en piste, c’est l’Anglais qui a pris le dessus. Rosberg m’a surpris en qualifs, mais franchement déçu en course. Et qui plus est, il n’a pas su garder ses nerfs.

      Enfin, chez Ferrari, Sebastian Vettel a une occasion en or de donner de l’épaisseur à son palmarès en se transformant en meneur d’hommes. Même si sa défaite de 2014 est lourde, il peut encore retrouver un certain lustre. En ravanche, pour Kimi Raikkonen, c’est plus difficile. Il va lui falloir reprendre ses esprits car il ne pourra pas assumer une seconde humiliation d’affilée, qui plus est contre un autre pilote.

  2. avatar
    5 janvier 2015 a 17 h 42 min

    Salut Jayce,

    Partiellement d’accord, car chez Ferrari la pression est sur Vettel. En cas d’échec, Iceman prendra sa retraite.
    Secundo, Raikkonen a 1 seul titre et 20 victoires au compteur, contre 4 titres et 39 succès pour Vettel, c’est donc à l’Allemand de rebondir davantage. Tertio, chacun a été écrasé en 2014 mais bon Vettel l’est par Ricciardo qui doit encore confirmer en 2015, tandis que le Finlandais s’est fait dépecer par Alonso qui est le meilleur pilote du monde depuis 2007, succédant au Kaiser.

    Sur Rosberg, oui meilleur en qualif qu’Hamiltont et moins bon en course, on attendait l’inverse.
    Ce ser adur en 2015 pour Nico car Lewis s’est délivré de la pression qu’il avait, il n’avait jamais confirmé depuis 2008 et son 1er titre, avec une terrible année 2011 face à Button et un statut de star piqué par Vettel depuis 2010. Hamilton sera plus libéré que jamais en 2015, alors qu’en 2009 il n’avait pu défendre son titre avec Woking, faute du changement de règlement qui avait coulé McLaren contre Brawn et Red Bull

    Pour McLaren, non je pense qu’Alonso a vécu le plus dur contre Hamilton en 2007. Ron Dennis ne fera pas la même erreur deux fois, et Button doit prouver qu’il vaut encore le pilote flamboyant des années 2009-2012. A suivre mais je pense que l’Espagnol va facilement battre l’Anglais.

    • avatar
      5 janvier 2015 a 18 h 09 min
      Par Jayce

      Disons que j’espère que Hamilton va savoir garder la tête froide après ce second titre. L’un de ses défauts en quand même de s’enflammer un peu trop vite et surtout un peu trop fort.

      Chez McLaren, je pense qu’Alonso prendra le dessus, mais je ne vois pas Button subir un camouflet aussi fort que celui vécu par Raikkonen.

      Enfin, Vettel a selon moi encore une chance de remonter sa cote. Si il s’affirme comme la clé de voûte de la Scuderia, alors il pourra faire oublier la saison 2014. Mais il lui faudra plusieurs années pour ça, seule 2015 ne suffira pas.

  3. avatar
    6 janvier 2015 a 14 h 04 min

    Salut Jayce,

    Loin de moi l’idée de dire que Vettel est fini, mais la pression est plus sur lui que sur Raikkonen pour les raisons évoquées plus haut. Perdre contre Alonso est moins honteux que de perdre contre Ricciardo, surtout que la Red Bull était moins ratée que la Ferrari 2014.

    Pour Button, oui je pense aussi qu’il sera moins loin qu’Iceman du champion espagnol.

    Concernant Hamilton, à voir car Lewis a muri, l’année 2011 lui a justement appris pas mal de choses. Avoir quitté McLaren et voler de ses propres ailes lui a également permis de progresser depuis début 2013.

    Black Senna se retrouve dans la position idéale qu’il occupait fin 2008, celle du pilote ayant le plus de potentiel pour élargir son palmarès.

    A l’époque Alonso mangeait son pain noir chez Renault, Massa dominait péniblement un Raikkonen démotivé chez Ferrari, Kubica était chez BMW Sauber moins forte que McLaren Mercedes, Vettel passait seulement de Toro Rosso à Red Bull pour début 2009 …

    Hamilton va donc pouvoir exploiter son titre de champion du monde, ce qui fut impossible en 2009 la faute à la révolution technique d’alors.
    Comme Jacques Villeneuve en 1998, il n’avait pu défendre sa couronne même s’il avait sauvé l’honneur par deux succès à Budapest et Singapour.

    Seul bémol, son coéquipier est bien plus fort qu’Heikki Kovalainen, il a pour nom Nico Rosberg même si ce dernier devra reprendre le dessus rapidement, sous peine de subir psychologiquement, comme Mark Webber face à Sebastian Vettel après un beau duel entre eux en 2010.

  4. avatar
    1 avril 2015 a 0 h 49 min
    Par Ferrariman

    Bon ba finalement le duo Ferrari marche du feux de dieu en course.
    Vettel fait 2 podiums sur les 2 premiers podiums dont une victoire
    et Raikko pouvait légitimement faire un podium sans malchance et ramener de très gros points comme en Malaisie malgré étant bon dernier lors de la fin du second tour. Comme quoi, faut jamais enterrer des pilotes notamment des champions du monde.

    Alonso-Button font aucun miracle avec une poubelle.
    Hamilton-Rosberg reste coriace même si Nico commence a faiblire et perdre sa motivation même si un rebond est encore envisageable mais le duo Ferrari me semble le plus complet et motivé.

  5. avatar
    1 avril 2015 a 0 h 50 min
    Par Ferrariman

    D’ailleurs la F1 c’est magique, la saison 2014 semble déjà loin pour les pilotes Ferrari.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter