• Grille TV beIN SPORTS
Prédiction : Comment Thibaut Pinot a gagné le Tour de France 2015 (2/2)
Photo Panoramic

Prédiction : Comment Thibaut Pinot a gagné le Tour de France 2015 (2/2)

Le grand départ du Tour de France 2015 c'est pour samedi à Utrecht, aux Pays-Bas. Ils seront 198 coureurs à se lancer à la succession de l'italien Vicenzo Nibali, vainqueur de l'édition 2014. Si cette cuvée n'a jamais parue aussi ouverte, nous avons déjà notre petite idée sur quel pourrait être son scénario. Pronostics et boule de cristal, en toute objectivité et sans chauvinisme aucun bien entendu. Le Tour du Tour et de ses 21 étapes, ici et maintenant, suite et fin.

Pour relire la première partie, c’est par ici que ça se passe

10. Tarbes / (Arrête) La Pierre-Saint-Martin – 167 km

Pour la fête nationale et au lendemain de cette journée de repos mouvementée, ASO a concocté aux coureurs une course de côte : 150 km de plat et la montée finale vers la Pierre-Saint-Martin en guise d’explication finale avec ses 15,3 km à 7,4 %. Comme il n’y a plus de saison, la canicule laisse place à la pluie et au froid, idéal pour notre Thibaut Pinot national. Le matin, le francs-comtois l’annonce au micro de Laurent Luyat en mangeant une tartine de haricot tarbais “je vais tout faire pour la claquer celle-là”. Le garçon a pris de l’aisance, face au micro mais aussi dans son équipe où il se pose en patron, et n’hésite plus à demander à Anthony Roux de lui donner sa part de dessert à la cantine. Sur le bitume, la FDJ pose ses œufs dans le panier et prend la tête du peloton pour ramener la meute sur les 3 fuyards, Chavanel, Hesjedal et Sagan, parti grappillé ses points pour le maillot vert. Dans l’ascension finale, Geniez et Morabito font le boulot et ça pète comme du popcorn, très vite Pinot se retrouve avec la seule compagnie de Contador et Quintana sur le paletot. Personne ne veut le relayer alors la Pine place une giclette décisive à 3km du sommet, là où les pourcentages sont plus roulants. Le colombien et l’espagnol jouent à Shifumi pour savoir qui prend la charge en main et voient revenir TVG qui se met à la planche et ramène le trio à 20 seconde du français pour sauver son maillot jaune. La France chavire, l’Équipe titre “L’HÉRITIER” et Bernard Hinault tire la gueule. Blaireau. Pierre Rolland lâche 12 minutes et se mue en chef du gruppetto “si je veux un bon de sortie dès demain j’avais pas le choix”. Le tiercé gagnant : Pinot – Contador – Quintana, et Van Garderen pour le numéro complémentaire. Maillot jaune : Tejay Van Garderen (Usa – BMC)

11. Pau / Cauterets – 188 km

Et la montagne accoucha d’une souris, ou plutôt d’un scarabée colombien. Son nom : Julian Arredondo, venu sur le Tour de France dans l’unique obsession de ramener le maillot à pois sur les champs pour sauver la saison pourrie de son employeur, le Team Trek. Partis dès Lourdes et le km 35 – où Marc et Yvan Madiot ne manquèrent pas de poser un cierge pour le petit Thibaut – en compagnie de Pierre Rolland et Bryan Coquard (Europcar), Christophe Riblon et Jan Bakelants (AG2R) et Peter Weening (Orica), des baroudeurs, des vrais, dignes de The Island. Partis avec eux, Peter Sagan se relève dès le gain du sprint intermédiaire de Pouzac au km 56. Rolland perd toute chance de maillot à pois dans le Tourmalet (et ses 17,1 km à 7,1 %) où il est pris d’une violente tourista – le camping-car de ce pauvre Danois s’en rappellera longtemps – et laisse filer le petit Julian vers la victoire. Derrière, les leaders se regardent et temporisent, sauf ce diable de Valverde qui pique sa crise et reprend 45 secondes à tout le monde. Le soir à l’hôtel Movistar, Quintana demande des explications à son coéquipier qui lui répond  “Oye, mírame… …también soy alguien” #Jaloux#. Une journée de plus de gagnée se dit Van Garderen. Une journée de moins à attendre aussi se dit Jean-René Godart, dans les starting-block pour rejoindre l’équipe de France TV sur la route du Tour à Gap lors de la 16ème étape. Déjà vous êtes sûrs ? Maillot jaune : Tejay Van Garderen (Usa – BMC)

12. Lannemezan / Plateau de Beille – 195 km

L’étape reine des Pyrénées, avec la trilogie Col de Portet d’Aspet – Col de la Core – Col de Lers avant la montée finale vers le plateau de Beille et ses 15,8 km à 7,9 %. L’échappée du jour prend ses quartiers dès km zéro avec une mine signée Cyril Gautier qui prend dans sa roue Willems (Lotto), Fédrigo (Bretagne Séché), Talansky (Cannondale) et José Serpa (Lampre). Au bout du périple, c’est le jeune belge qui s’impose en solitaire et réconcilie la Flandre et la Wallonie. Eddy Merckx s’emballe, “depuis mon fils Axel, jamais nous n’avions eu une telle pépite entre les doigts”. S’en est trop pour les côtelettes de Nacer Bouhanni national, qui lâché dès le kilomètre 4 monte dans la voiture balais et rentre à la maison et twitte dans la voiture balais #merciAnthonyRoux#. Du côté des favoris, rien de bien folichon à se mettre sous la dent : Quintana attend le dernier kilomètre pour attaquer et reprend 12 secondes au trio TVG-Contador-Pinot. On se dit qu’à ce rythme là l’américain est capable de tenir jusqu’à Paris, car il a passé le test des Pyrénées haut la main #MaisOuEstLeCyclismeChampagne?# Et comme le dit le bien aimé Thierry Adam “ce sont les coureurs qui font la course”. Merci mec. Maillot jaune : Tejay Van Garderen (Usa – BMC)

13. Muret / Rodez – 198,5 km

C’est le tour des baroudeurs ! Découragées par un final trop accidenté pour les purs sprinteurs, les équipes de sprinteurs, avec l’aval de la BMC, laissent filer l’échappée du jour après une première heure folle parcourue à 51km/h de moyenne. Les 4 monoplaces du jour à prendre le large : Sylvain Chavanel, Emanuel Buchmann (le tout jeune champion d’Allemagne de l’équipe Bora), Jonathan Castroviejo (champion d’Espagne du chrono de la Movistar) et Ramunas Navardauskas (le lituanien de la Cannondale) : 4 gros moteurs donc. A ce petit jeu tactiquo-tactique, les 4 se courent derrière sans parvenir à se dépêtrer les uns des autres et Sylvain se rappelle à notre bon souvenir et fait parler son sens de la course légendaire – celui là même qui lui a fait perdre tant de courses dont il était l’homme fort -. S’il ne peut plus larguer ses adversaires dans les montées, il peut toujours le faire dans les descentes : une mine après le sommet de la Primaube et le sextuple champion de France du chrono s’impose en solo à Rodez : c’est la fête du mimosa en retard. Le soir même et pour fêter ça, Jérôme Coppel paye son aligot-saucisse de l’Aveyron dans un troquet du coin à tous ses copains du Team I AM, tant pis c’est c’est lourd, les suisses sont avant dernier du classement par équipe. A l’arrière c’est le calme plat, et pour la 5ème place Matthews grille la politesse à Sagan, qui ne lui en veut pas et se paye une main au fesse de l’hôtesse Skoda pour nous le prouver. Maillot Jaune : Tejay Van Garderen (Usa – BMC)

14. Rodez / Mende – 178,5 km

Marc Madiot connait ses classiques : la veille au soir, le directeur sportif de la FDJ a fait visionné à son poulain la cassette de la victoire de Laurent Jalabert à Mende le 14 juillet 1995 en haut de la côte de la Croix-Neuve (3,1 à 10,2%) qui porte désormais son nom. Il n’en fallait pas plus pour persuader le français que c’était l’endroit idéal pour dynamiter ce Tour 2015 qui roupille depuis plusieurs jours. Au pied du mur Mendois, Pinot et ses boys font tout péter et Van Garderen , qui n’aime pas les forts pourcentages, est à l’arrêt sur un goudron fondu par endroit à cause de la chaleur étouffante de la préfecture Lozérienne, et voit ses rêves de victoire sur la grande boucle s’envoler : il perd plus de 2min30 sur le groupe de tête, où l’ex champion du monde Portugais Rui Costa l’emporte au sprint devant Contador, Gerrans, Quintana et Pinot. Au général, le petit colombien de la Movistar s’empare du maillot jaune pour la première fois de sa carrière. Le soir même Shakira poste sur Twitter un message de soutien à son compatriote et lui promet de sortir un single en son hommage s’il gagne le Tour, intitulé “Pequeno Grande Ombre”. Valverde se demande bien ce que la girlfriend de Pique peut bien trouver à petit homme tout droit venu de Charly et la Chocolaterie et se jure de boycotter le café made in Colombia jusqu’à la fin de sa vie. Maillot Jaune : Nairo Quintana (Col – Movistar)

15. Mende / Valence – 183 km

Jack Bauer est parti en mission, Jack Bauer a  roulé seul en tête pendant 123 km, Jack Bauer a échoué à 150m de la ligne, repris par le train de la Giant. Fin de la série #24heuresChronoC’estBidon# Victoire de l’allemand John Degenkolb qui dédit sa victoire à son grand copain et absent Marcel Kittel. Marcel avait son orchestre, John a récupéré les musiciens, mais la saveur n’est pas la même. Pour autant, la télévision allemande a déjà rentabilisé son retour sur la grande boucle. Sinon, VDM. Chez les leaders, RAS. Tiercé-quarté-quinté + : Degenkolb – Cavendish – Sagan - Coquard – Matthews. Maillot Jaune : Nairo Quintana (Col – Movistar)

16. Bourg-de-Péage / Gap

Jean-René Bernaudeau le sait, cette étape est l’objectif n°1 du Coq’ : Bryan Coquard doit profiter de son gabarit relativement léger pour rafler la mise à Gap. Pour cela, les petits hommes verts mettent les petits plats dans les grands et chassent derrières les hommes de tête, Brice Feillu et Pierrick Fedrigo (Bretagne Séché), Simon Gerrans (Orica), Damien Gaudin (AG2R) et Laurent Didier (Trek). L’écart ne dépassera jamais la barre des 5′, et au pied du col de Manse Voecker et Rolland se mettent à la planche pour un Coquard qui s’accroche maillot grand ouvert. Les sprinters sautent un à un jusqu’à Peter Sagan à 3 km du sommet. Grâce à une descente vers Gap à tombeau ouvert, personne ne rentre dans un peloton réduit à sa plus simple unité. Au sprint, Coquard aligne Matthews et Valverde. Coq Coq Rico ! Maillot jaune : Nairo Quintana (Col – Movistar)

Étape de repos n°2 : dans l’euphorie du succès du Coq’, Jean René Bernaudeau annonce à la France du cyclisme la bonne nouvelle : la société de location de véhicules Hertz – leader mondial du secteur – prendra la succession d’Europcar pour la saison 2016, avec pour objectif un retour dans le World Tour : on parle déjà d’un recrutement XXL made in France avec Pinot, Gallopin, Bouhanni et Alaphilippe #VendeeUForEver<3#

17. Digne-les-Bains / Pra Loup

Quarante ans après le duel épique entre Bernard Thévenet et Eddy Merckx, le Tour retrouve l’enchainement col d’Alos (14km à 5,5 %) – montée de Pra Loup (6,2km à 6,5%) pour une étape alléchante sur le papier. Les Movistar de Quintana contrôlent le peloton – sauf Valverde qui fait toujours la gueule et se renseigne en queue de peloton à Angelo Tulik sur la nouvelle équipe Hertz en 2016 – et laissent filer un coup gagnant avec le petit Arredondo lancé dans la conquête des pois, les français Romain Sicard et Thomas Voeckler (Europcar), la petite merveille sud-africaine Louis Meintjes (MTN) et le vieux briscard de Martin Elminger (IAM). Arredondo grille P’tit Thomas en haut de tous les grimpeurs du jour et consolide son maillot à pois, alors qu’à l’arrière du groupe Sicard fais de la moulinette. Au pied de la montée de Pra Loup, Voeckler se sacrifie pour son jeune coéquipier en se mettant à la planche pour revenir sur Meintjes parti dans la descente du col d’Alos. Romain le lui rend bien et signe sa 1ere grande victoire en pro,  la 1ère tout court pour le basque après son titre de champion du monde espoir 2009 qui twitte le soir même #EuskadiUnJour#EuskadiToujours# Pour fêter ça, il organise le soir-même une opération commando avec Pierrig Quémeneur pour ramener à l’hôtel le panneau d’entrée de station “PRALOUP”. A l’arrière, journée noire pour Alberto Contador qui paye les pots cassés de son Giro d’Italia : el pistolero, à bout de forces, est décroché dès le milieu du Col d’Alos et attendu par Majka, Kreuziger et Basso. A l’arrivée à Pra Loup l’addition est très salée : 8’55″, les espoirs de doublé Giro-Tour viennent de s’envoler Maillot Jaune : Nairo Quintana (Col – Movistar)

18. Gap / Saint-Jean-de-Maurienne

Qui dit arrivée en descente dit victoire de Michael Rogers, l’australien de la Tinkoff sème ses petits camarades Hesjedal et Riblon dans la descente des lacets de Montvernier et lève les bras en direction de la voiture de Oleg le patron, qui a pourtant quitté la course depuis la veille et la déconvenue de son leader – Derrière, Contador justement se refait doucement la cerise et reste au contact de Quintana, Pinot et TVG jusqu’à l’arrivée, où le français fait le sprint pour le 3ème place et grappille 4″ pour pointer à 41″ du colombien au général, à 3 jours de l’arrivée sur les Champs : le suspens est entier et France Télé explose ses audiencescertainement grâce au retour de Jean-René Godart sur la ligne d’arrivée, qui surveille toujours de près les délais et la voiture balais. Maillot Jaune : Nairo Quintana (Col – Movistar)

19. Saint-Jean-de-Maurienne / La Toussuire

Avant dernière étape Alprestre de ce cru 2015 et non des moindres avec le triptyque Croix de Fer – Mollard – montée finale vers la Toussuire. En champion, Contador et son orgueil attaquent dans les pentes les plus dures de la Croix de Fer et plus personne ne le reverra #rememberFloydLandis#  Victoire d’El Pistolero en solitaire donc, mais à l’arrière coupe de théâtre : Nairo Quintana est victime d’une fringale à 7km du sommet de la Toussuire, et ne peut plus demander de bidon car nous somme dans la montée finale : le scarabée implore Valverde de lui donner le sien pour ne pas sombrer, ce à quoi Alejandro répond “t’as qu’à demander à Shakira” et laisse seul son leader face à son malheur. En 7km, le colombien aidé par le retour de John Gadret perd 1’44 sur le groupe Morabito-Pinot-Bardet-Van Garderen et perd certainement le Tour. L’Équipe bat sa vente historique en titrant “LE JOUR DE GLOIRE EST ARRIVE”. Maillot jaune : Thibaut Pinot (Fra – Fdj)

20. Modane Valfréjus / L’Alpe d’Huez

Sur une distance digne d’une course de cadets (110km), l’étape nous mène dans les légendaires 21 lacets d’une Alpe d’Huez orange de plaisir – qui porte le surnom de “montagne des hollandais” depuis que les Hennie Kuiper, Joop Zoetemelk, Peter Winnen, Steven Rooks et Gert-Jan Theunisse y ont brillé dans les 70/80′s – et chauffée à blanc. Robert Gesink qui retrouve peu à peu son niveau de 2010 (5ème du Tour) se verrait bien en héros et pense bien pouvoir triompher à “domicile”, mais c’était sans compter sur la tradition des Frank à l’Alpe. Après la victoire de Frank Schleck en 2006, c’est un autre Franck, Mathias de son prénom (le suisse de l’équipe IAM) qui grille le batave dans les derniers hectomètres pour signer la plus belle victoire de sa carrière #YesIam#.  3eme de l’étape Contador le matador est de retour et lâche tous les favoris un à un à la conquête d’une place sur le podium qu’il rate finalement pour 2 petites secondes. Thibaut Pinot franchit la ligne en compagnie de Quintana et Valverde qui en viennent aux mains et sauf soleil sur les Champs vient de gagner le Tour 2015. Thierry Adam en pleur tombe dans les bras de Jalabert qui lui tend son mouchoir, “après avoir vu ça Laurent on peut mourir tranquille, le plus tard possible, mais on peut”. #ThierryRolandDedicace# Maillot jaune : Thibaut Pinot (Fra – Fdj)

21. Sèvres / Paris (Champs-Elysées)

Photos souvenirs, champagne et nostalgie, après le traditionnel critérium de début d’étape, les coureurs arrivent enfin sur les Champs pour la fin de leur périple de 3 semaines. Dans la montée de la plus belle avenue du monde, Contador tente de placer une mine pour gagner le sprint intermédiaire et prendre place sur le podium. Van Garderen a évidemment flairé l’embrouille, saute dans la roue du pistolero et le grille sur la ligne. TVG montera donc sur la boite.  A l’arrivée, Mark Cavendish pour la passe de 5 sur les pavés parisiens, avec la main grande ouverte – Insuffisant pour priver le jovial slovaque Sagan de remporter son 3ème maillot vert de suite, à ce rythme il va tous les gagner jusqu’en 2022. A l’arrière, c’est l’effervescence, les Fdj franchissent la ligne main dans la main, Madiot pleure de joie, Hinault pleure de dépit, Pinot vient de gagner le tour et fait la couverture de Paris Match, Closer et Télé Loisirs #PinotNouvelleStar#

Le palmarès 2015 :

Maillot jaune : 1. Pinot  (FRA-Fdj) 2. Quintana (COL-Movistar) 3. Van Garderen (USA-Bmc) 4 Contador (ESP-Tinkoff) 5 Keldermann (BEL-Lotto)

Maillot vert : 1. Sagan (SVQ-Tinkoff) 2. Cavendish (GBR-Etixx) 3. Matthews (AUS-Orica)

Maillot à pois : 1. Arredondo (COL-Trek) 2. Contador (ESP – Tinkoff) 3. Rolland (FRA-Europcar)

Maillot blanc : 1. Pinot (FRA-Fdj) 2. Quintana (COL-Movistar) 3. Yates (GBR-Orica)

Dossard rouge : Arredondo (COL – Trek)

Classement par équipes : Movistar (ESP)

Merci messieurs, et à l’année prochaine pour de nouvelles aventures !

Geoffrey Lieutaud

  1. avatar
    3 juillet 2015 a 12 h 25 min

    Très sympa comme récit :)

    Juste quelques détails pour commencer, je crois que tu t’es trompé sur l’ortho du nom de Tim Wellens et Martin Elmiger (mais vu que 99.3% des commentateurs prononcent ElmiNger, peut-on vraiment t’en tenir rigueur ?:)). Je ne pense pas que Gadret soit présent pour Movistar (pourtant en forme, ça doit être le chrono qui lui a coûté sa place) et Sagan compte déjà 3 maillots verts à son palmarès sur le TDF.

    En tout cas, bel exercice de style ;) Une bonne petite dose d’humour et, finalement, un scénario qui tient la route !! Bon, à part peut-être, pour Morabito qui met près de 2min à Nairo à la Toussuire :)

    En espérant que l’on ait droit à un Tour au moins aussi palpitant et fourni en rebondissement.

  2. avatar
    3 juillet 2015 a 14 h 35 min

    Salut Simon ! merci pour le compliment en tout cas ;) Pour ce qui est des détails tu as raison pour les 3 autant pour moi : j’ai toujours dit ElmiNger, c’est la faute à Thierry Adam ! Gadret n’est pas là en effet je n’avais pas vérifié la compo de la Movistar (bien qu’au vu de sa performance sur le Dauphiné il aurait mérité sa place) et notre ami Sagan a déjà 3 maillots vert, en route pour le 4 ème…:)
    En tout cas j’espère aussi qu’on aura droit à un beau spectacle, réponse dès demain !

  3. avatar
    6 juillet 2015 a 19 h 15 min

    C’est bon, je vote oui, comme l’a dit SportThinker, le scénario est globalement réaliste.

    En plus tu parviens à citer au moins la moitié des coureurs qui participent au Tour (plus quelques-uns qui ne participent pas!).

  4. avatar
    7 juillet 2015 a 20 h 42 min

    Réaliste il l’était, mais pour l’instant notre pauvre Thibaut Pinot est surtout le chat noir n°1 du peloton (enfin, mis à part les pauvres qui ont lourdement chuté hier)…Saura t-il réagir en champion et gagner 1 étape ou le maillot à pois ?

  5. avatar
    25 juillet 2015 a 17 h 22 min

    Finalement il aura réussi à sauver son Tour de France notre Thibaut, quelle extraordinaire victoire au sommet de l’Alpe d’Huez, BRAVO CHAMPION ! Certes le Tour aura été compliqué pour le français qui a dû revoir ses objectifs à la baisse, mais gageons qu’il l’aura fait grandir, et qu’il saura se servir de cet orgueil de champion dans les années qui viennent pour pourquoi pas jouer la gagne….

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter