• Grille TV beIN SPORTS
La vidéo va-t-elle tuer le foot ?
Photo Panoramic

La vidéo va-t-elle tuer le foot ?

Dans le monde du football, c'est un sujet récurent qui déchaîne les passions à chaque mauvaise décision du corps arbitral. Face à ces erreurs on présente la vidéo comme la solution évidente. Alors faut-il ou non l'instaurer ?

Pourquoi est-elle plébiscitée ?

Nous pouvons tout d’abord considérer l’arbitrage vidéo comme une bonne chose, un progrès évident. En effet il permettrait de régler de nombreux problèmes. Ce serait la fin des scandales liés à l’arbitrage, et de bonnes décisions seraient alors prises. Plus aucune simulation, plus aucun but hors jeux, cette technologie pourrait régler bien des problèmes. L’arbitre aurait donc moins de pression et pourrait aborder les matchs plus sereinement. La FIFA semble de cet avis car de nombreux essais ont été réalisés, comme par exemple en MLS, à la Coupe du Monde des Clubs et plus récemment lors d’un match amical entre la France et l’Espagne au Stade de France mais également lors de la Coupe des Confédération. Lors de ce match (France-Espagne), la vidéo a permis d’accorder un but à l’Espagne qui avait été signalé en position de hors jeux par l’arbitre de touche. Les dirigeants de la FIFA et certains joueurs espagnols se sont donc réjouis de cette « réussite » à l’issu de ce match remporté par la Roja.

Et ceci semble être également l’avis du plus grand nombre au seins des supporters : En effet nous avons réalisé un sondage sur notre compte Twitter (@LaFranceFoot) et vous avez été 73% à répondre que vous étiez « pour » la vidéo.

Mais est-ce vraiment une solution ? La vidéo à défaut de régler des problèmes, n’en crée-t-elle pas d’autres ?

 

Mais des limites…

L’arbitrage vidéo apparaîtrait donc comme la solution évidente. Cependant cette technologie pose de nombreux problèmes. En effet une faute, une obstruction peut être interprété de multiples façons selon les personnes . Qui n’a jamais eu un débat enflammé avec son ami(e) sur un fait de jeu, et ce malgré les multiples ralentis ? On critiquera alors l’arbitre vidéo pour sa mauvaise interprétation. Il y aura donc une déresponsabilisation de l’arbitre, il sera décrédibilisé. « Si l’arbitre est moins responsable il va être beaucoup moins focalisé » précisais Ali Benarbia, l’ancien joueur de Monaco et du Paris Saint Germain sur les antennes de RMC pendant l’After Foot.

Une autre problématique intervient, si un but qui n’était pas hors jeux est validé : tant mieux, cependant si un joueur est sifflé hors jeux : doit-il s’arrêter de jouer ? Ou tenter de marquer « au cas où » il n’est pas hors jeux. C’est le problème qui s’est posé lors de France-Espagne (le match où la technologie a été testée) : Mbappe a une occasion de marquer lorsqu’il entend le coup de sifflet,de ce fait il se relâche, et sa frappe est raté. Imaginons qu’il n’était pas hors-jeux : Que fait-on ? Difficile à dire.

S’en suit un autre problème que l’on peut considérer être une limite technique. En effet la ligne révélatrice du hors jeux n’est pas d’une fiabilité infaillible et les diffuseurs le reconnaissent.

Certaines situations sont très dures pour l’arbitre, et il existe déjà la Goal Line Technology, le cinquième arbitre. N’est-ce pas suffisant ? On voit bien par exemple qu’au rugby la vidéo n’a pas permis de clore les débats. Autre exemples, de nombreux débats ont éclatés lors de la Coupe des Confédérations en Russie sur certaines décisions de l’arbitre vidéo. Durant la rencontre entre le Portugal et le Mexique, plusieurs fois l’arbitre a arrêté le jeu pour demander l’avis de l’arbitrage vidéo. Les prises décisions ont considérablement ralenti le jeu et paraissaient futiles. En effet l’arbitrage vidéo nécessite l’arrêt du jeu et cela le hache. A chaque but on verra l’adversaire demander la vidéo car il aura vu une faute en amont de l’action ou un supposé hors jeux, les joueurs auront une légitimité supplémentaire à négocier auprès de l’arbitre. Pour la rencontre entre le Chili et le Cameroun, l’arbitre a pris une décision qui a fait polémique. Tandis que les Chiliens pensaient avoir ouvert le score, le but a été refusé par l’arbitre pour un hors-jeu après conseil de l’arbitrage vidéo. Donc la vidéo ne ferme pas de débat, elle en crée de nouveaux.

L’autre argument est de dire que ces erreurs font partis du foot et de son histoire, elles font partie du jeu et de toute l’atmosphère qui entoure le foot et qui en fait ce sport si unique. Le sport perdrait de spontanéité, il y aurait moins d’émotion car à chaque but car le doute sera présent. La FIFA a la manie depuis quelque temps à vouloir changer les choses alors que tout va bien pour ce qui est du spectacle. Les nouveaux championnats d’Europe avec plus de pays, la Coupe du Monde à 48… mais pourquoi ? Alors on loue la FIFA d’ouvrir les compétitions à davantage de pays, mais en réalité elle réalise plus de profits et le niveau global de la compétition baisse. Quand on voit également les nouvelles règles proposées on se demande qu’est ce qu’elle vont vraiment concrètement apporter. A noter que la vidéo apportera des coûts supplémentaires aux clubs qui n’en demandent pas tant. Cela va encore contribuer à creuser les inégalités financières entre les clubs.

Vers une fin des débats ? Pas si, sûr…

Pierre de Foucaud (@pierre220310)

Facebook : facebook.com/lafrancedufoot
Twitter : @lafrancefoot
Youtube : La France du Foot

  1. avatar
    5 juillet 2017 a 12 h 33 min
    Par Guga57

    Dans 20 ans, les gens se demanderont comment ce debat a pu exister… C’est l’evolution logique du monde dans lequel on vit, peu importe le sport. L’utilisation de l’arbitrage-video est juste une evidence !

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter