• Grille TV beIN SPORTS

Quelle place pour Arsenal en Europe ?

Cela fait des années qu’Arsenal ne gagne plus de trophées, les joueurs se succèdent et les vitrines vides commencent à devenir poussiéreuses. Sept ans que les Gunners ne soulèvent aucune coupe, aussi dérisoire soit–elle. Cela amène à se poser une question sur l’actuel statut du club : Arsenal est-il un grand déchu ou une sorte de tremplin vers les cadors européens ? Mieux, si certains supposent qu’Arsenal est encore un « grand d’Europe », ne le doit-il pas uniquement à son passé ?

Cette équipe est versatile et il est difficile de se faire une idée précise du niveau d’Arsenal. Que penser d’une équipe qui se fait fesser 4-0 à San Siro et qui, trois semaines plus tard, domine outrageusement ce même adversaire ? Dire qu’il aurait même pu créer l’exploit si Van Persie n’avait pas préféré la finesse à une frappe quelconque en force, un plat du pied ou même un pointu.

Arsenal, réellement un grand ?

Arsenal est certes habitué aux joutes européennes, mais la seule participation régulière d’un club à la Champion’s League ne fait pas un cador. Sinon, dans ce cas de figure, des clubs comme l’OL ou le Shakhtar Donetsk seraient considérés comme des grands d’Europe.

Depuis deux ans, Arsenal ne passe les 8èmes en C1 et, franchement, personne n’en fait un favori pour le titre de champion d’Europe, notamment à cause de la faible expérience de ses joueurs à ce niveau.

Les ambitions d’Arsenal et de ses rivaux que sont Chelsea, Manchester United et City ne sont pas les mêmes. Depuis quelques années, la participation à la Ligue des Champions est devenue une fin en soit et à ce petit jeu, les protégés d’Arsène Wenger appliquent parfaitement le dicton de Pierre de Coubertin.

De même en championnat l’an dernier, Arsenal a terminé à 19 points des Citizens ; aujourd’hui, des équipes comme le Real Madrid, Barcelone ou encore le Bayern Munich sont largement au-dessus d’Arsenal : intuitivement, on pense que ces clubs peuvent éliminer logiquement les Gunners sur une double confrontation en Ligue des Champions.

Même s’il est difficile aujourd’hui de définir exactement ce qu’est un grand d’Europe et quels critères un club doit remplir pour accéder à ce rang, on ne peut se fier au classement UEFA qui propulse Arsenal à la 6ème place. Le classement se base uniquement sur les prestations en coupe d’Europe des cinq dernières années…

Or, dans ces cinq années, on a assisté à la montée en puissance de clubs comme Naples, l’Atletico Madrid ou encore Manchester City ; de plus le classement ne prend en critère que les matchs européens, ce qui expliquerait la 19ème place des Citizens, qui brillent (-llaient ?) sur la scène nationale mais qui n’ont pas encore confirmé en Europe.

Arsenal, un tremplin pour une grande carrière ?

En 2010, Patrice Evra provoque la colère des Gunners en déclarant que pour lui, Arsenal n’était rien d’autre qu’un « centre de formation ». Même si les mots d’Evra relèvent plus de la provocation que de la réflexion, on peut être d’accord avec lui quand on voit le fonctionnement du club.

Arsenal possède une bonne cellule de recrutement pour aller dénicher des jeunes joueurs prometteurs. Là où le club londonien séduit ses recrues, c’est que malgré leur jeune âge et leur manque d’expérience, elles peuvent espérer trouver rapidement une place de titulaire au sein de l’équipe. Tandis que l’intégration de jeunes joueurs est plus difficile dans d’autres clubs, lorsque ceux-là commencent à éclore et qu’ils ont accumulé de l’expérience, le club les vend à plus grand que lui, comme City, Barcelone ou Manchester United. Arsenal reçoit ainsi l’équivalent d’une indemnité de formation pour des joueurs comme Van Persie, Nasri ou encore Fabregas, partis à cause de certains besoins qu’Arsenal n’était plus capable de satisfaire.

Que ce soit sur le plan financier ou dans le domaine de la compétitivité sportive, si Emmanuel Adebayor semble être parti pour la première raison, Fabregas et Nasri ont pu ajouter quelques lignes à leur palmarès avec leurs nouveaux clubs. Cependant, il est évident qu’Arsenal reste supérieur à des clubs comme l’Udinese ou Valence, qui tentent encore de s’imposer sur la scène européenne… Mais il semble y avoir désormais clairement une césure entre les cadors européens et le club londonien.

L’équipe d’Arsène Wenger semble être la ligne de démarcation entre les grands d’Europe et ceux qui aspirent à les rejoindre. La vraie question est de savoir si, à force de stagner et de voir ses rivaux le devancer, Arsenal ne risque-t-il pas de d’être dépassé par les clubs émergents du vieux continent ?

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter