• Grille TV beIN SPORTS

Federer, retour sur terre pour une remise à flot

Après son élimination surprise à Wimbledon, Federer a annoncé sa participation aux tournois de Gstaad et Hambourg. Deux tournois initialement absents de son calendrier.

Le monde du sport regorge de phrases “bateaux” à faire passer le Titanic pour un vulgaire radeau. Parmi les plus beaux fleurons de la flotte, on trouve le célèbre : “on ne change pas une méthode qui gagne.” Cette année, Roger Federer gagne moins (un seul titre, à Halle). Pis encore, sa série presque inhumaine de 36 quarts de finale consécutifs en tournoi du Grand Chelem s’est brusquement arrêtée. La faute au nécromancien Sergiy Stakhovsky au deuxième tour de Wimbledon. Après cette défaite surprise, certains ont proposé des changements plus ou moins farfelus au Suisse. Si Brad Gilbert lui a conseillé une nouvelle raquette, Nick Bollettieri, sans doute sous l’emprise d’une substance à faire rosir un éléphant, est lui allé beaucoup plus loin. Selon l’Américain toujours bronzé, “Rodgeur” doit passer au revers à deux mains pour avoir une chance de revenir dans le “Big Four”. Fans de Federer, rassurez-vous, “le Roi” va conserver sa technique actuelle. Néanmoins, il a bien changé quelque chose après son élimination à “Wimb” : son programme. Dans la foulée de sa désillusion londonienne, le Bâlois a annoncé sa participation aux tournois de Hambourg (ATP 500) et Gstaad (ATP 250). Deux tournois, initialement absents de son calendrier, auxquels il n’avait plus participé depuis belle lurette (depuis 2008 pour Hambourg et 2004 pour Gstaad).

Après cette annonce, la plupart des observateurs du tennis se sont interrogés (par exemple : À quoi joue Federer ?). “Pourquoi retourner sur terre battue avant la saison nord américaine sur dur ?”, peut-on lire par-ci. “Pourquoi alourdir ainsi son programme, quitte à mettre son physique en péril ?”, peut-on lire par-là. L’avant-veille (le 15 juillet) de son entrée en lice à Hambourg, le principal intéressé a, en partie, répondu aux interrogations. “J’avais envie de continuer à jouer des rencontres pour rester compétitif”, a expliqué “RF”. Dans cet optique, la surface ocre est le choix le plus judicieux. Par la longueur des échanges qu’elle impose, elle reste celle qui permet le mieux de travailler sa condition physique. En outre, elle est beaucoup moins traumatisante pour le corps que le dur. Beaucoup se sont demandés pourquoi “Fedex”, quitte à changer son calendrier, n’a pas plutôt opté pour les tournois d’Atlanta (ATP 250) et Washington (ATP 500) à l’approche des Masters 1000 du Canada et de Cincinnati. En procédant ainsi, il serait passé directement du gazon au dur, et aurait évité une double transition gazon-terre battue, terre battue-dur. Certes. Mais la blessure au dos contractée en mars dernier (qui n’avait visiblement pas disparu à Roland Garros malgré huit semaines d’arrêt après Indian Wells) n’est peut-être pas totalement résorbée. En jouant sur une surface souple comme la terre, l’homme au 17 titres du Grand Chelem a peu de chance de la réveiller.

L’autre grande raison du changement de programme de Federer est, je pense, la chasse aux points. Actuellement 6e à la Race, le joueur au torse bombé est encore loin d’avoir l’assurance de participer aux Masters de Londres en fin d’année. Pour chaque joueur classé dans le top 30 au 31 décembre 2012, les six meilleurs résultats hors tournoi du Grand Chelem et Masters 1000 (en ATP 500 et 250 donc) sont pris en compte pour le classement 2013. Or, l’égérie de Rolex n’a pour l’instant remporté qu’un tournoi de cette catégorie (ATP 250 de Halle). En cas de belles prises lors de sa chasse aux petits gibiers sur les courts d’Hambourg et Gstaad, il grappillerait quelques précieuses unités dans la course au “Tournoi des Maîtres”. De plus, sur ces deux compétitions, Federer ne croisera que des adversaires largement à sa portée (Tommy Haas, 11e mondial est le mieux classé après Federer à Hambourg). De quoi engranger les victoires et accumuler de la confiance. Un paramètre primordial pour le récent bizut de Stakhovsky. “Gagner, ça résout vraiment tout”, avait-t-il déclaré après sa victoire sur le gazon de Halle. “Pour moi, c’est excellent en terme de confiance.” Une phrase “bateau” pour commencer, une autre pour finir. Il fallait au moins ça pour souhaiter à Roger Federer de se remettre à flot avant de traverser l’Atlantique pour prendre part aux importantes échéances nord-américaines.

  1. avatar
    20 juillet 2013 a 18 h 07 min

    Eh ben, il a encore perdu contre un second couteau le Roger, à Hambourg. Bon à sa décharge il vient de changer de raquette et lifte à mort maintenant. Nole aussi a eu du mal à s’adapter en 2010.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter