• Grille TV beIN SPORTS
NCAA – Final Four : les heureux élus sont
Photo Wiki Commons

NCAA – Final Four : les heureux élus sont

Loyola Chicago, Michigan, Villanova et Kansas sont les heureuses équipes qui joueront le Final Four la semaine prochaine à San Antonio, retour sur les finales régionales.

Les Ramblers, une première depuis 1963 !

Au Sud, Loyola Chicago continue de vivre son rêve après avoir battu Kansas State, 78-62. Les Cendrillons du tournoi ont démarré le match en mode offensif, contrairement aux matchs précédents. Ils ont fait tourner le ballon pour trouver des tirs ouverts déjouant la défense de Kansas State. Avant la pause ils menaient 36-24.

Au retour de la pause, Richardson marque en 3 pts et obtient la faute pour augmenter l’écart à 44-29. Éventuellement, ils ont eu unécartde23 pts grâce à un lay up de Lucas Williamson avec 9 : 20 min à jouer. Kansas State a été incapable d’arrêter l’attaque des Ramblers, alors que leur défense les avait menés en finale contre Kentucky. Cette saison les Wildcats avaient tenu leurs adversaires en dessous des 53.3 pts, pendant le tournoi le plus grand nombre de pts marqués contre eux étaient de 59. Avec neuf minutes à jouer, les Ramblers avaient déjà atteint ce palier. Ces derniers ont réussi 57 % de leurs tirs, et 50 % à 3 pts. Tandis que les Wildcats ont été tenus en échec avec 35 % de réussite et 23,1 % derrière la ligne de 3 pts. De plus, les Wildcats n’ont pas su profiter des 15 pertes de balle des Ramblers. Ces derniers, impeccable en défense, remontaient rapidement pour arrêter toute contre-attaque.

Le héros du jouer chez Loyola s’appelle Ben Richardson avec 23 pts, 6/7 à 3 pts. Sa performance a inspiré ses coéquipiers. Marques Townes a mis 13 pts, Donte Ingram en a marqué 12 et Cameron Krutwig a fait sentir sa présence dans la raquette avec neuf pts et sept rebonds.

Les Ramblers font un retour tonitruant dans le Final Four, une première depuis 1963, quand ils avaient gagné le tournoi. Ils rejoignent le club fermé des équipes atteignant le carré final classé aussi bas, LSU (1986), George Mason (2006), et VCU — aucune de ces équipes n’a atteint la finale du tournoi. Pour atteindre cet ultime palier, Loyola affrontera Michigan, champion de la région Ouest.

 

Les Wolverines sortent du piège des Seminoles

Dans un match très disputé, Michigan a fini par s’arracher contre Florida Sate 58-54. Les deux équipes n’ont pas brillé par leur réussite en attaque 38,8 % de réussite pour Michigan (23,5 % à 3 pts), et31.4 % (18,2 %) pour les Seminoles. En plus, les Wolverines n’ont pas été bons aux lancers francs, 16/24. La performance du match précédent était très loin… Mais Michigan a su se reposer sur sa discipline (16 fautes contre 23 pour Florida), sa défense et sa ténacité.

Alors qu’ils ne menaient que d’un point à la pause, les Wolverines ont entamé la deuxième mi-temps sur les chapeaux de roues pour mener 38-28 six minutes plus tard alors que les Seminoles entament la période par un 1/8 au tir. Puis c’est au tour de Florida State de prendre un rythme offensif avec un2-9 et de revenir à 40-37, les ajustements payent et cette fois, les Seminoles en profitent en attaque. Tenaces, les Wolverines ont repris 10 pts d’écarts pour mener 54-44 avec deux minutes à jouer. Dans ce money time, ils ont été plus efficaces et ont surtout fait de meilleurs choix tandis que les Seminoles revenus à 4 pts ratent un 3 pts ouvert avec 30 secs ; à jouer, et Phil Cofer se contente d’un 2 pts, 56-54, puis PJ Savoy en rate un autre avec 13 secondes à jouer. 4.Le match se termine 30 secondes plus tard, 58-56.

Charles Matthews a marqué 17 pts et huit rebonds et a signé la meilleure performance de son équipe. Lent à se mettre en rythme Moritz Wagner a imposé sa présence dans la raquette et a mis 12 pts et pris 6 rebonds.

Michigan enregistre un record de 32 victoires en une saison et repart vers les Final Four pour première fois depuis 2013.

De l’autre côté du tableau, la logique a été totalement respectée et les numéros 1 de l’Est et du Midwest, Villanova et Kansas se retrouveront à San Antonio.

 

Villanova en toute logique, mais dans le dur

Même si les tirs ne rentraient pour l’équipe la plus prolifique à 3 pts, les Wildcats s’en sont sortis pour remporter leur finale régionale contre Texas Tech 71-59. Ils ont connu leur plus large écart de points à rattraper, 8 quand les Red Raiders menaient 1-9 après quelques minutes. Sans paniqué (il restait 24 minutes) les Wildcats sont revenus rapidement pour mener 15-13 notamment grâce à des fautes de Texas Tech, 7 fautes en 10 minutes. La défense de Villanova a fait le jeu pour rendre son adversaire inoffensif 1/9 au tir pendant près de 4 minutes. Jusqu’à la pause, les Wildcats se sont concentrés sur élargir l’écart en se basant sur leur défense, les rebonds offensifs et pénétrer dans la raquette. À la pause, Villanova menait 36-23.

Pendant la deuxième mi-temps, les Wildcats ont dû redoubler d’efforts pour arrêter les Red Raiders. Ils ont entamé la période avec un 1/8 permettant à Texas Tech de revenir à neuf points, 46-35. Avec un 3 pts de Davide Morreti, l’écart se réduit à 5 pts, 52-47. Cette fois, ceux sont les Wildcats qui ont des problèmes de fautes et ils se voient obliger de mettre leur pivot Omari Spellman sur le banc avec 4 : 14 et un score de 56-51. La concentration des Wildcats n’a pas failli dans ces dernières minutes, ils ont tenu en échec les Red Raiders en attaque, et ont été parfaits sur la ligne des lancers-francs pour gagner le match 71-59.

Les Wildcats ont connu leur pire performance à 3 pts depuis 2015, 16,7 % à 3-pts (4/24) et 33,3 % au tir en général. Mais. Ils ont su se reposer sur leur jeu en pénétration, leur défense et leurs rebonds. 51 rebonds dont 20 offensifs, et sur leur réussite aux lancers francs, 82,9 % 29/35. Pour une attaque reposant principalement sur le jeu à 3 pts, Villanova a prouvé qu’ils ont d’autres armes pour gagner un match. ¸

Jalen Brunson, le meneur de Villanova, n’était pas dans un beau jour au tir, 4/14, mais il s’est montré essentiel en attaque en faisant tourner le ballon pour trouver un joueur libre, et en défense pour forcer des pertes de balles.

 

Kansas au bout du suspense

Les Jayhawks sont venus au bout des Blue de Devils de Duke en prolongation, 85-81. Ce match était le meilleur des matchs de l’Élite Eight voire du tournoi, un véritable suspense qui s’est terminé dans les dernières minutes, 11 égalités et 18 chargements de meneur au score.

Dès les premières minutes, le film du match était lancé tandis que les deux équipes ne parvenaient pas à creuser d’écart. Bien que les joueurs trouvent des tirs ouverts, ces derniers ne rentrent pas et chaque équipe a un taux de réussite autour de 30 %. Kansas parvient à rendre Marvin Bagley inoffensif par un double marquage, tandis que la défense de zone de Duke empêche Kansas de prendre un rythme offensif. À la pause Duke mène 33-36. Les Blue Devils parviennent à pénétrer, mais leur réussite dans le périmètre est de 20 % (3/15) malgré des tirs ouverts. Du côté de Kansas, leur réussite à 3 pts est aussi basse 28,6 % 4/14, mais ils prennent des rebonds, 24 en tout dont 10 offensif leur permettant d’avoir des secondes chances et de profiter de l’absence de Wendell Carter Jr dans la raquette de Duke (2 fautes tôt dans le match).

Les Jayhawks démarrent en trombe la deuxième mi-temps avec deux tirs primés pour prendre l’avantage 39-37. Bill Self a trouvé la clé de la défense de zone en 4-1 des Blue Devils et parvient à enchaîner les tirs ouverts pour prendre l’avantage 15-5 dans les premières minutes. Mais, coach K fait les ajustements nécessaires. Au retour d’un temps mort, Duval met deux 3 pts et Duke fait deux stops défensifs, 48-47. Comme en seconde période, les deux équipes se courent après. Duke parvient à égaliser 57-57 avec neuf minutes à jouer, puis l’équipe prend l’avantage 64-62 sur un 0-7.Rien ne va plus pour les Jayhawks contraints de terminer le match sans Udoka Azubuike, 5 fautes dans la raquette laissant le champ libre à Marvin Bagley et Wendell Carter Jr.. Mais c’était sans compter sur Sviatoslav Mykhailiuk qui met un 3 pts pour égaliser 72-72. Coach K ne prend pas de temps mort et laisse ses joueurs contrôler la dernière possession du match. Allen auteur de deux pénétrations clés dans les minutes précédentes, en tente une nouvelle, et décroche un tir. Le ballon roule autour du cercle, mais finit par sortir… en route vers les prolongations.

Les deux équipes se rendent coup pour coup en prolongation. Puis, avec moins de trois minutes à jouer, Wendell Carter Jr. Prend une faute et est éjecté du match… la raquette de Duke perd une présence défensive importante dans sa raquette. Sur la prochaine possession son remplaçant Javin DeLaurier laisse Devonte’ Graham seul dans le coin à 3 pts. Ce dernier manque, mais sur la prochaine possession, c’est au tour de Malik Newman d’être seul et ce dernier marque donnant un avantage de 3 pts à Kansas 78-81. Les Blue Devils ont deux chances d’égaliser, mais Trevon Duval et Grayson Allen manquent leurs 3 pts. Les Jahawks iront à San Antonio.

 

Kansas retrouve le Final Four pour la quinzième fois de son histoire, et pour la première fois depuis 2012… une bonne chose à savoir pour Kansas, les équipes qui ont vaincu Duke en Elite Eight ont remporté le tournoi. Malik Newman a été le héros des Jayhawks en marquant les 13 pts de son équipe en prolongation et 32 pts en tout.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter