• Grille TV beIN SPORTS

Bordeaux, l’histoire d’un recrutement intelligent

Surprenant 5ème de Ligue 1 lors de la saison 2011-2012 et aujourd'hui auteur d'un début de saison remarqué avec deux victoires en autant de matchs, Bordeaux a su trouver les clés de son renouveau. Comment expliquer le retour en grâce des Girondins et quelles sont les clés de cette remontée vers les sommets de la L1 ?

Un coach qui n’abandonne pas le navire

Francis Gillot a debarqué en Gironde lors de la saison 2011-2012. Bordeaux sortait d’une saison difficile au cours de laquelle l’équipe n’avait jamais su s’imposer dans la première moitié du tableau, ni trouver un style de jeu qui lui convient, ni créer une dynamique positive en enchaînant les victoires.

Et ce ne sont pas les débuts de l’ancien entraineur de Sochaux à la tête des Girondins qui ont changé la donne. La reconstruction à été longue. Il a fallu que Bordeaux passe trois journées à la 18ème place, en tant que relégable, pour que la “Gillot’s touch” prenne enfin. Car le coach n’a jamais cessé de travailler même si l’envie, l’enthousiasme en conférence de presse et la lassitude de voir les mêmes erreurs reproduites en match ont marqué ses débuts en Gironde. Son acharnement et son travail ont fini par payer.

Francis Gillot a su redonner une identité au jeu bordelais, qui passe de nouveau par les ailes, avec des latéraux explosifs capables d’apporter le surnombre et de multiplier les centres. Le 3-5-2 tenté par le coach début 2012 a porté ses fruits. Bordeaux a fini la saison à la cinquième place de Ligue 1 et décroché une place en Europa League, tant esperée par les supporters sevrés d’Europe depuis 2010.

Un mercato bien geré

Si Francis Gillot a été l’acteur principal du redressement du navire bordelais, le recrutement opéré lors de la trève 2011-2012 et de ce mercato estival ont aussi fortement contribué à ce renouveau. Ce sont d’abord les arrivées de Mariano et de Ludovic Obraniak qui ont été les plus remarquées lors du dernier mercato hivernal. Les deux joueurs se sont rapidement fondus dans le collectif bordelais et leur apport est aujourd’hui sans pareil.

Mais le mercato estival a aussi réservé ses surprises. Alors que le public croit à un Bordeaux résigné sur le marché des transferts, Francis Gillot fait son propre recrutement. Car oui, on peut parler de recrues à Bordeaux avec, on l’espere, l’explosion de jeunes tels que Grégory Sertic, Henri Saivet, et le retour en grâce de Fahid Ben Khalfallah.

Ces trois joueurs ont en effet réalisé une très bonne préparation et sont aujourd’hui de véritables alternatives aux “titulaires” de Francis Gillot. Sertic assure un intérim plus qu’intéressant en l’absence de Jaroslav Plasil, et son entente avec Lamine Sané, en lieu et place de Landry Nguemo, est à retenir dans une saison ou l’Europa League sera une priorité.

Concernant Henri Saivet, qui traîne depuis des années la réputation de future pépite du football français, il semble enfin avoir la confiance du coach. Ses deux premiers matchs sous le maillot bordelais cette saison sont plus qu’encourageants. Mais la recrue la plus surprenante reste sans doute le retour dans l’effectif professionnel de Fahid Ben Khalfallah, auteur d’une préparation remarquée avec deux buts marquées. Il a confirmé en se montrant déjà efficace en ce début de saison, avec déjà une passe décisive à son actif.

Certes, Bordeaux n’a pas recruté. Oui, nous ne sommes qu’à la deuxième journée du championnat, mais il faudra définitivement compter sur Bordeaux cette saison en tant qu’outsider de qualité. Car avec un groupe solidaire, une envie et un style de jeu retrouvé et un coach totalement impliqué, le club au scapulaire pourrait en surprendre plus d’un…

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter