• Grille TV beIN SPORTS
L’histoire du renouvellement générationnel de la Nationalmannschaft
Photo Panoramic

L’histoire du renouvellement générationnel de la Nationalmannschaft

La Coupe du Monde 2014 est le point d'orgue de 8 années de grandes performances de la Nationalmannschaft qui l'auront vue atteindre trois demi-finales et deux finales avec un renouvellement périodique tetra-annuel.

12 Juillet 2014, l’Allemagne, 24 ans après son sacre de 1990, est de nouveau couronnée. Le pays exulte. Le voilà au sommet du football depuis huit ans et enfin remporter un titre après ses échecs en demi-finales (2006, 2010, 2012) et en finale (2008). 2014 est la bonne, mais avant d’arriver à ce niveau d’excellence, il aura fallu passer par le traumatisme de l’Euro 2000 où la NM avait été éliminée dès le premier tour alors qu’elle était championne en titre. La prise de décision des hautes instances du football allemand fut radicale : il fallait changer profondément le système de formation. Aujourd’hui, ce changement a porté ses fruits. Un joueur âgé de 12 ans (âge de détection de futur footballeur professionnel) en 2000 a à ce jour 26 ans. La pleine fleur de l’âge. Le meilleur moment pour l’avènement d’un footballeur. Cette assertion se vérifie clairement avec l’équipe allemande de 2014.

Je ne rentrerais ici pas dans les détails des centres de formation allemands (modèle qui devrait peut-être être suivi par la France…) mais plutôt dans les conséquences. En 2006, cela faisait déjà six ans que la réforme avait pris. Les Allemands jouent à domicile. C’est l’occasion de découvrir les révélations. Elles sont quatre : Mertesacker, Podolski, Schweinsteiger et Lahm, respectivement 21, 21, 21 et 22 ans. Les deux défenseurs sont titulaires, Podolski est attaquant axial et Schweinsteiger joue milieu gauche. Ils participent activement au bon parcours de l’équipe qui échoue en demi-finale face au futur vainqueur italien. Mais ces joueurs viennent d’entrer définitivement dans leur cycle en équipe nationale : Podolski est nommé meilleur jeune joueur de la compétition par la FIFA, Schweinsteiger est le chouchou des Allemandes, Lahm a inscrit l’un des plus beaux buts du tournoi qui n’est autre que le but d’ouverture et Podolski qualifie à lui seul l’Allemagne pour les quarts. Un noyau dur vient de naître.

Quatre ans plus tard, les quatre sont toujours là, devenus titulaires indiscutables. Mais la nouvelle vague générationnelle, celle de 2010 vient se greffer à ces joueurs. Les noms? Kroos, Müller, Khedira, Boateng, Özil, Khedira et Neuer : 20, 20, 21, 21, 23 et 24 ans. Une pléiade de joueurs aujourd’hui qualifiés de joueurs de “classe mondiale”. C’est peu dire de la qualité de l’Allemagne en cette Coupe du Monde 2010. Ainsi, grand nombre de spécialistes voient la NM future vainqueur de l’épreuve. Malheureusement pour eux, la Roja a un vivier encore plus riche et élimine les vaillants Allemands en demi. Pour la deuxième fois, l’Allemagne perd en demi… et pourtant le foot se joue à 11 ! Soit. On retiendra la prestation de Kroos en demi, les trophées de meilleur buteur et meilleur espoir du tournoi de Müller, la paire de milieux Özil-Khedira et un gardien dont on n’a pas fini de parler.

Maintenant la voilà au Brésil, pays du Joga Bonito. Elle y débarque avec un jeu léché, fait inhabituel le jeu vertical et direct est mis au placard. Et de nouveaux jeunes joueurs font leur apparition : Götze, Schürrle, Hummels (sans parler de Draxler, Durm, Ginter et Kramer) ainsi que le malheureux Reus, fer de lance de l’attaque mais blessé avant le tournoi. Le talent est toujours là, les deux générations précédentes aussi. Tout est prêt pour que l’Allemagne éclabousse le mondial de son jeu. La suite est connue de tous. La Nationalmanschaft est sacrée sur les terres brésiliennes et c’est sans aucun doute en partie grâce aux changements entrepris au début du siècle. L’échec de l’Euro 2000 a été un mal pour un bien. Rendez-vous dans quatre ans, on a hâte de voir la relève de la génération dorée de 2006 dont Lahm vient de faire ses adieux.

PS : hommage à Klose, unique rescapé de 2002 et qui fût un modèle pour tous les joueurs cités. Le record du nombre de but (16) est sa récompense.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter