• Grille TV beIN SPORTS
Ils veulent déshumaniser mon football
Photo Panoramic

Ils veulent déshumaniser mon football

Il est temps. Il est temps de remettre les agence de communication au placard. Endroit duquel elles n'auraient jamais dû sortir. On a si bien joué les apprentis-sorciers que, dorénavant, ces experts-en-rien-du-tout-quoiqu'-en-tout-cas-pas-en-matière-de-football s'improvisent en Grand Manitou de la chose footballistique. Bon sang, chacun son boulot. Les agences de com' ont, à mes yeux, en matière de football, une influence plus que périphérique à donner au football. Je le répète : Chacun son job ! J'irais même plus loin. Les communicants ont si peu d'influence sur ce qui se passe sur le rectangle vert. Ils en sont, finalement, tellement tributaires...

Je suis fatigué. Marre de ne plus rien entendre d’autre que l’équipe de France de football aurait remporté son pari de l’exemplarité. Bon sang, on s’en contre-fiche de ces sornettes. Est-ce que vous pensez que les autres formations engagées au mondial cet été ont alors envisagé la compétition sous le seul prisme de l’image comme chez nous ? En tout cas, pour ma part je me contre-balance de cette Comm’ toute puissante qui voudrait nous faire avaler que le sportif a bien moins d’importance que l’image.

Saperlipopette ! Cette sacro-sainte communication distille, de manière galopante et dévastatrice, dans l’esprit des footix l’idée selon laquelle la présence de Nasri, Menez, M’Vila et surtout Ribery ne s’avérera pas prépondérante pour la conquête à venir du championnat d’Europe qui se profile à l’été 2016. Mieux, il suffirait de rajeunir les cadres pour insuffler un vent de fraîcheur qui suffirait au Grand Manitou de la Comm’.

La Gagne ? Assurément, loin de leur préoccupations majeure; une formation sympa et sans réelle ambition et sans aspérité satisferait ces Grands Ordonnateurs pour qui la chose footballistique n’a que peu d’intérêt sinon que d’être sur la photo en cas de succès inespéré. Ici, on ne parle plus de sportif. Par ailleurs, j’en veux à Deschamps d’avoir succombé aux sirène du Dieu-Communication. Soyons clair, sur la seule exigence sportive, Nasri aurait dû faire le mondial, c’est l’image de Nasri qui l’a plombé. Or, les pleurs incessants de Giroud et Remy durant le mondial me permettent d’infléchir, définitivement je l’espère, les Cassandres qui se sont réjouit, à tord, de l’absence du mancunien au Brésil.

A vrai dire, en France, on n’aime pas les footballeurs avec de la personnalité. Pourtant, ce sont eux qui nous font gagner. Contre l’Allemagne, finalement, ce qui nous a le plus manqué c’est surtout Ribery, Nasri voire Menez. Et c’est ce qui nous fera défaut, si d’aventure, Deschamps avait l’idée saugrenue de s’entêter à faire des Cabella, Griezmann, Grenier des premier choix dans l’optique de 2016. 2018 sera leur année. Assurément. En attendant, ils doivent apprendre les exigences du haut-niveau. Plus encore, avant d’espérer triompher en bleu, ils doivent manger leur pain noir. L’échec fait partie de l’apprentissage. C’est parce que Deschamps, Blanc et les autres ont appris l’échec en 93 qu’ils ont gagné en 98. En France, on croit trop aux générations spontanées. Comme si Zizou et les autres étoiles de la génération doré avaient tout le temps gagné.

Le sportif doit regagner ses lettre de noblesse. En outre,je considère qu’il n’y a rien d’infamant à gagner. Je dirais même plus : il n’y a rien d’inélégant à célébrer une victoire. Ainsi, les allemands célébrant leur victoire, hier, Porte de Brandebourg, à Berlin, je n’ai en rien trouvé cela incongru. Même les voir gentiment se moquer des vaincus argentins ne m’a pas davantage perturbé. Ici, les argentins s’octroient le beau rôle. Ces mêmes argentins, amnésiques au possible, qui, une fois les auriverdes éliminés n’avaient de cessent de chanter un chant moqueur à leur attention. Ça fait juste partie du folklore. Les allemands étaient juste dans leur bulle. Presque innocemment. Quoique. On est pas obligé d’avoir le triomphe modeste. Ou comme nous autres, français qui, en 98, chantaient, à tue-tête, “et un, et deux et trois zéro”, chahutant l’ogre brésilien – encore lui -, le faisant valdinguer de son piédestal. On avait encore le droit, légitime, d’exprimer notre chauvinisme exacerbé voire galvanisé par une éclatante victoire, nan ? Que du folklore, vous dis-je. Cependant, les communicants, leur objectif, c’est d’aseptiser le football. Voire de le déshumaniser.

Trop de Comm’ tue la Comm’. Le sportif doit recouvrer sa primauté. Soyons clair. Dès que l’équipe de France de football aura, à nouveau, le bon goût de soulever un trophée, on nous lâchera enfin avec la primauté offerte aux communicants et aux média. Seul le rectangle vert doit dicter sa loi.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter