• Grille TV beIN SPORTS
Allemagne : le roi conservera-t-il sa couronne ?
Photo Panoramic

Allemagne : le roi conservera-t-il sa couronne ?

Le champion du monde en titre est naturellement candidat à sa propre succession et pourrait, en cas de victoire finale, rejoindre le Brésil au palmarès de la Coupe du Monde. Focus sur la Mannschaft.

Une régularité impressionnante

La Coupe du Monde 2006 n’est ni plus ni moins qu’un tournant dans l’histoire récente de l’équipe d’Allemagne. Lors de ce tournoi organisé à domicile, la sélection dirigée par Jürgen Klinsmann s’était hissée en demi-finale où elle est tombée face à l’Italie, futur lauréat. Avant ce Mondial, la Mannschaft fut finaliste du Mondial 2002 mais avait subi deux éliminations précoces lors de l’Euro 2000 puis 2004.

A l’issue du tournoi mondial, Joachim Löw prend la succession de Klinsmann sur le banc allemand. L’intronisation du premier nommé marque le début d’une période faste pour l’équipe d’Allemagne. Depuis, la Mannschaft a atteint au minimum le dernier carré de chaque tournoi international auquel elle a pris part depuis 2008. La consécration est arrivée en 2014 avec le gain du Mondial brésilien, synonyme d’un quatrième triomphe en Coupe du Monde après 1954, 1974 et 1990.

De plus, Löw a permis à sa sélection de remporter l’un des rares trophées qui lui faisait défaut : la Coupe des Confédérations. Au vu de ses résultats, on peut dire que l’Allemagne est la meilleure équipe au monde sur ces dix dernières années de par sa régularité. Et elle veut poursuivre sur sa lancée en Russie avec l’espoir de devenir le premier champion du monde à conserver son titre depuis le Brésil (de 1958 à 1962).

Un excellent vivier

A l’image des grands, les équipes allemandes de jeunes enchaînent les bons résultats. L’exemple le plus frappant est l’équipe olympique, vaincue par le Brésil en finale des JO 2016 aux tirs au but. Dans cette équipe, on retrouve quatre joueurs qui défendront les couleurs allemandes en Russie (Ginter, Süle, Goretzka, Brandt), sans oublier le réserviste Nils Petersen ou d’autres qui pourraient prétendre à une place en sélection dans le futur (Meyer, Selke, Gnabry, Max).

Joachim Löw sait qu’il peut compter sur une belle génération de joueurs, qui opère magnifiquement la transition avec les anciens (Lahm, Mertesacker, Schweinsteiger, Podolski, Klose). Lors de la Coupe des Confédérations 2017, le sélectionneur allemand avait délibérément choisi de se passer de la plupart de ses cadres (Neuer, Hummels, Kroos, Khedira, Özil, Müller) afin de donner leur chance à d’autres pas moins talentueux. Ce choix s’avèrera payant puisque l’Allemagne remportera la compétition. Dans le même temps, les espoirs germaniques enlèveront l’Euro espoirs, preuve que la relève est prête.

Trois sont sortis du lot au cours du tournoi. La révélation de la compétition au milieu de terrain fut Leon Goretzka, futur joueur du Bayern Munich. En attaque, Timo Werner (meilleur buteur) a démontré qu’il peut devenir le futur avant-centre de l’Allemagne tandis que Lars Stindl a lui aussi rendu une belle copie. Hélas, le buteur de Mönchengladbach ne sera pas de la partie en Russie, la faute à une blessure. Dans la liste des 23, on retrouve pas moins de 13 joueurs ayant pris part à cette Coupe des Confédérations.

L’effectif

Il ne reste que neuf champions du monde dans l’équipe allemande de 2018. Mais elle continue de faire peur de par son talent, son expérience et car son équipe est complète. Lorsqu’on observe la liste des recalés pour le Mondial (Leno, Tah, Sané, Petersen, Mustafi, Wagner, Götze, Schürrle…), on comprend que bien des options étaient à portée de main du staff germanique.

On a longtemps craint que Manuel Neuer ne puisse tenir sa place dans les cages allemandes lors de ce Mondial. Très longtemps blessé, le gardien du Bayern Munich a rejoué lors d’un match amical en Autriche et Joachim Löw pourra compter sur son portier titulaire. Les doublures de Neuer ne sont autre que Marc-André ter Stegen et Kevin Trapp, le gardien du PSG étant arrivé à s’octroyer une place en dépit d’un temps de jeu peu important.

En défense, les champions du monde en titre pourront s’appuyer sur la solidité et l’expérience de la paire bavaroise Mats Hummels – Jérôme Boateng, dont les remplaçants en défense centrale sont Niklas Süle et Antonio Rüdiger. Les arrières latéraux quant à eux n’ont pas changé depuis le dernier Euro : Jonas Hector à gauche et Joshua Kimmich à droite occuperont les côtés de l’arrière-garde germanique. Ces derniers seront respectivement en concurrence avec Marvin Plattenhardt et Matthias Ginter.

Au milieu de terrain le duo Sami Khedira – Toni Kroos, champion du monde en 2014, régulera le jeu. Le sélectionneur pourra également compter sur Leon Goretzka ou Sebastian Rudy à ce poste. Joachim Löw a également sous la main un secteur offensif pour le moins fourni. Pour dynamiter les défenses adverses, l’Allemagne possède des artilleurs à l’instar de Julian Draxler, Mesut Özil, Marco Reus (dont ce sera la première compétition internationale), Julian Brandt et İlkay Gündoğan. Ces derniers permettront ainsi aux finisseurs que sont Thomas Müller, Timo Werner et Mario Gomez de faire trembler les filets.

La dynamique

Pour s’octroyer son billet pour la Coupe du Monde, la Mannschaft n’a pas fait de détails puisqu’elle est sortie des éliminatoires auréolée du grand chelem. Elle a remporté ses dix rencontres de qualification face à la Norvège, la République Tchèque, l’Irlande du Nord, l’Azerbaïdjan et Saint-Marin, le tout en inscrivant 43 buts pour seulement 4 encaissés.

Les résultats des récents matchs de préparation ont cependant été assez décevants. Tenue en échec par l’Espagne (1-1) puis défaite successivement par le Brésil (0-1) et l’Autriche (2-1), la Mannschaft vient d’empocher un succès étriqué contre l’Arabie Saoudite (2-1). Cependant, le plus important pour elle est d’être performante dès le 17 juin, jour de son entrée en lice dans le Mondial.

Les Allemands ont hérité d’un groupe a priori abordable, composé du Mexique, de la Suède et de la Corée du Sud. S’ils venaient à empocher la première place, ils défieraient en huitième de finale le deuxième du groupe E (Brésil, Suisse, Costa Rica, Serbie). Le champion du monde en titre a un objectif clair : la victoire sinon rien. Rendez-vous le 15 juillet pour savoir si les Allemands l’auront atteint.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter