• Grille TV beIN SPORTS

La première partie de saison des bleus (3/4)

Didier Deschamps a effectué une revue d’effectif en convoquant 33 joueurs pour ses six premiers matchs à la tête des Bleus, joueurs ayant connu des fortunes diverses en clubs comme en sélection. A tout juste un mois du prochain match de l’EdF face à l’Allemagne, l’heure est venue de tirer un bilan de la première partie de saison des 33 internationaux de l’ère D.D. Troisième partie : Les milieux récupérateurs et relayeurs.

Comme indiqué dans le chapeau, cet article est le troisième d’une série de six. Les deux premiers sont à retrouver ici : Revue d’effectif : gardiens et défenseurs centraux - Revue d’effectif : joueurs de couloir.

Adepte du 4-3-3 et dépourvu de meneur de jeu de haut niveau, Deschamps avait opté dans son premier match officiel pour un milieu Diaby – Mavuba – Cabaye (respectivement 16, 9 et 19 sélections – S) complémentaire et dominateur, alliant jeu en puissance, percussion, endurance, justesse technique et qualité de relance pour un « mix » qui paraissait idéal. Mais les blessures des uns et des autres et l’éclosion de Matuidi (9S) ont poussé le sélectionneur tricolore à essayer d’autres associations, lançant dans le grand bain Etienne Capoue (4S) et Clément Chantôme (1S) et rappelant Maxime Gonalons (6S), Lassana Diarra (28S) et Moussa Sissoko (6S).

Les milieux récupérateurs

Blaise Matuidi (PSG / 24 matchs, 4 buts / 5 sélections) a pris une autre envergure cette saison. Devenu titulaire indiscutable dans le PSG version qatarienne, le joueur a disputé 18 des 19 matchs de L1 de son équipe, dont 17 comme titulaire, et a participé aux 6 matchs de C1 du PSG. Matuidi a progressé dans tous les domaines et est désormais capable de canaliser ses efforts et d’être mieux placé à la récupération du ballon pour soulager sa défense, la meilleure de L1 –ce à quoi il n’est pas étranger – mais aussi de se projeter vers l’avant et de trouver des angles de passes intéressants pour son quatuor offensif. Buteur aussi salvateur que symbolique face à Lyon pour la 18ème journée de L1, c’est lui qui a permis au PSG de repasser devant son rival juste avant la trêve.

Il s’est également imposé peu à peu comme une évidence aux yeux de D.D : remplaçant face à l’Uruguay, il a joué 15 minutes face à Finlande et la Biélorussie avant d’être titularisé pour la première mi-temps face au Japon et de jouer l’intégralité des matchs contre l’Espagne et l’Italie, se montrant brillant dans l’abattage défensif et les jaillissements à Vicente Calderon chez le double champion d’Europe et Champion du Monde en titre. Capable de jouer devant sa défense en pointe basse d’un 4-3-3 comme un cran plus haut dans le 4-2-2-2 d’Ancelotti, il arrive petit à petit à reproduire sous le maillot bleu ce qu’il fait en club. Un bleu qu’il semble avoir endossé pour un bon moment.

Deschamps a mis fin à cinq ans d’absence en bleu du capitaine lillois Rio Mavuba (LOSC / 14 matchs / 3 sélections) en le sélectionnant dans sa première liste. Mieux, le revenant – de seulement 28 ans – se fit remarquer par deux prestations convaincantes face à l’Islande et la Biélorussie. Intelligent dans le placement, performant dans la récupération, le Bordelais de formation joue juste et relance au maximum vers l’avant (17 interceptions et 57 ballons donnés contre le Bélarus, 7% en retrait, 39% dans sa zone, 54% vers l’avant)*. Véritable « Monsieur Propre » du LOSC, il fut victime d’une lésion au ménisque externe le 28 septembre face à Rennes (0-2) et a dû se faire opérer, faisant cruellement défaut à son club un mois et demi durant. Trop juste physiquement pour être retenu face à l’Italie, il sera néanmoins rappelé par Deschamps en 2013, à n’en pas douter.

Maxime Gonalons (OL / 23 matchs, 2 buts / 4 sélections) est un des symboles de l’OL new-look, au sein duquel il a pris du galon en passant vice-capitaine. Très à l’aise devant sa défense, il est un titulaire indiscutable chez le co-leader de L1 et a également brillé en Europa League à l’image de son club (lire : Ligue Europa : le bilan des clubs français). Il joue proprement et fait preuve d’un gros volume de jeu à la récupération et de belles qualités dans le jeu de tête mais a encore un registre trop limité offensivement pour le haut niveau international. Titulaire face à l’Espagne mais « sacrifié » tactiquement pour l’entrée – judicieuse – de Valbuena, utilisé à quatre reprises au total, le joueur de 23 ans jouit d’un crédit certain aux yeux du sélectionneur et a l’avenir devant lui pour franchir le palier nécessaire.

Lassana Diarra (Anzhi / 12 matchs) n’a pas été oublié par Deschamps malgré son exil à plus de 4000km de la France. Le sélectionneur l’a appelé pour la double confrontation face au Japon et à l’Espagne. Titulaire indiscutable chez le second du championnat russe et qualifié pour les 16ème de l’Europa League, le joueur qui appartient toujours au Real Madrid avait été contraint de renoncer à la sélection pour une blessure au dos, avant d’être victime d’une rupture du ligament latéral externe d’un genou le 20 octobre dernier. Une blessure qui a mis un terme à une bonne première partie de saison dans son registre de sangsue au milieu de terrain. Il ne reverra les terrains avec son club que le 10 mars prochain à cause de la trêve hivernale.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter