• Grille TV beIN SPORTS
Que fait le Barça avec la Masia ?
Photo Panoramic

Que fait le Barça avec la Masia ?

Messi, Iniesta, Piqué, Xavi, Puyol, Busquets, Pedro, Valdes... Autant de joueurs qui ont permis au Barça des années 2010 d'être la meilleur équipe du monde sont des purs produits du centre de formation Barcelonais. Pourtant, aujourd'hui le FC Barcelone pioche de moins en moins au sein de sa Masia et connaît en parallèle des difficultés sportives inhabituelles pour un club de ce standing.

En 2008, le Barça fait confiance à Pep Guardiola pour prendre les rênes de l’équipe A après avoir coaché la réserve. Il va installer une ossature de joueurs formés au club dans laquelle émergent des jeunes comme Pedro ou Sergio Busquets, que Guardiola avait pris sous son aile à la Masia. Cette équipe va rafler 14 trophées sur 19 possibles en quatre saisons et le jeu du Barça de Guardiola (possession de balle, jeu en une touche de balle, gros pressing…) va devenir une référence mondiale, qui va notamment inspirer l’Espagne de Del Bosque à la même époque. Messi rafle alors tous les trophées individuels et le Barça compte dans son effectif certains des meilleurs joueurs du monde à chaque poste, comme Puyol en défense ainsi que Xavi et Iniesta au milieu de terrain.

La Masia est au cœur du succès catalan et cette génération dorée fait du Barça des années 2010 la plus grande équipe du monde, loin devant le rival madrilène qui peine à le concurrencer comme le démontre la gifle reçue le 29 novembre 2010 au Camp Nou lors du Clasico (5-0). Au départ de Guardiola en 2012, Tito Vilanova est nommé entraîneur et reprend les bases du travail de son prédécesseur. Ainsi, lorsque Dani Alves cède sa place sur blessure à Martin Montoya au quart d’heure de jeu lors d’un ordinaire match de Liga face à Levante, les 11 joueurs du Barça sur la pelouse sont formés au club.

5 ans après le départ de Guardiola, le Barça et le Real ont suivi des chemins croisés puisque ce sont désormais les Madrilènes qui ont pris la place de meilleure équipe du monde, étant double tenant du titre de la Ligue des Champions, tandis que le Barça sort d’une saison blanche. La carrière de Vilanova au Barça va malheureusement être plus courte que prévue, la faute à un cancer qui l’oblige à quitter son poste à la fin de la saison 2012-2013 avant de lui coûter la vie en 2014. Sous la direction du coach argentin Tata Martino pour la saison 2013-2014, puis sous celle de Luis Enrique jusqu’à l’été dernier, de moins en moins de joueurs formés au Barça parviennent à s’imposer en équipe première.

Bien sûr, une génération telle que celle qui a permis au Barça de Guardiola de briller est exceptionnelle, mais certaines pépites de la Masia ces dernières années n’ont pas pu briller dans l’équipe première parce que le club se tourne désormais plutôt vers le marché des transferts pour se renforcer. Ainsi, Thiago Alcantara a dû quitter le navire barcelonais, qui ne lui donnait pas assez de temps de jeu pour rejoindre le Bayern Münich en 2013 pour un transfert aux alentours des 25M€. Il a rejoint ironiquement Guardiola, qui l’avait lancé au Barça. Thiago est le symbole de cette nouvelle politique du FC Barcelone, puisqu’il est devenu un titulaire indiscutable en Bavière alors qu’il aurait pu être le remplaçant tant recherché aujourd’hui de Xavi en Catalogne. Mais il n’est pas la seule pépite de la Masia à être partie sous d’autres cieux.

Pour ne rien arranger, la Masia a été au cœur d’une polémique en 2015 à cause du recrutement non-réglementaire de certains joueurs mineurs. Le Barça a été interdit de recrutement pendant de longs mois à cause de cette affaire. Depuis, le fonctionnement de la Masia a changé : le Barça privilégie les résultats sportifs de sa réserve (qui évolue en deuxième division espagnole) au détriment des joueurs de son centre de formation. C’est pourquoi de plus en plus de joueurs qui ne sont pas formés au Barça jouent avec la réserve, constituant une vraie perte de l’ « ADN » barcelonaise tant reconnue au début de la décennie.

Il suffit de se pencher sur ce que deviennent les joueurs considérés comme des « pépites » à la Masia ces dernières années pour s’apercevoir qu’il y a un réel problème dans la gestion de ces éléments formés au club :

- Sergi Roberto, héros de la remontada barcelonaise face au PSG, est le seul à s’imposer comme un titulaire régulier en équipe première. Pour autant, il n’est pas dit que ce soit le cas lors des saisons à venir puisque le Barça a recruté Nelson Semedo au poste de latéral droit et que Sergi Roberto n’a pas convaincu tout le monde par ses prestations la saison dernière.

- Rafinha, lui aussi, fait encore partie de l’effectif catalan. Vite considéré comme une pépite dans le centre de formation du Barça, il dispute ses premiers matchs avec l’équipe A sous la direction de Guardiola à tout juste 18 ans. A son retour de prêt du Celta Vigo en 2014, il fait le même chemin que Luis Enrique, qui prend la tête du Barça après avoir dirigé Rafinha à la Masia et en Galice. Avec la confiance de son coach et son talent, on espère alors en Catalogne que Rafinha va prendre le relais d’un Xavi vieillissant au milieu de terrain. Mais en septembre 2015, une rupture des ligaments croisés du genou droit va sérieusement freiner sa progression. A 24 ans, il n’est qu’un simple joueur de rotation de l’effectif, loin d’être le successeur de Xavi que beaucoup espéraient…

- Le cas de Gérard Deulofeu est assez particulier : à la Masia depuis ses 9 ans, on mise très vite beaucoup d’espoir sur l’ailier espagnol. Tellement que Guardiola le lance en équipe première alors qu’il n’a que 17 ans. Peu utilisé du fait de la forte concurrence et de son jeune âge, il continue de briller avec l’équipe B du Barça (qui évolue tout de même en 2ème division) jusqu’en 2013, saison où il est prêté à Everton. Il bénéficie alors d’un plus gros temps de jeu, mais la direction barcelonaise décide de le prêter encore et encore… jusqu’à le vendre pour 6 millions d’euros au club anglais. Ses 6 derniers bons mois la saison dernière vont pousser le Barça à faire jouer sa clause de rachat. Avec le départ de Neymar et la récente blessure de Dembélé, il se pourrait bien que l’éternel espoir ait un rôle à jouer cette saison.

- Jeune trésor de la Masia, Jean-Marie Dongou a impressionné avec la réserve, mais son temps de jeu en équipe première n’a jamais décollé. A maintenant 22 ans, le buteur a du mal à rebondir après cet échec et évolue désormais au Gimnastic de Tarragone, en deuxième division espagnole.

- International paraguayen à même pas 17 ans, Antonio Sanabria attise les convoitises de grands clubs anglais et italiens. Pourtant, il ne gravit pas d’échelons du côté du Barça. La Roma parvient à l’attirer contre un chèque de 4,5M d’euros. Prêté à Gijon en 2015-2016 et au Betis Seville depuis 2016, il compte déjà 16 buts en Liga à 21 ans et est régulièrement titulaire avec sa sélection.

- Considéré comme une pépite de la Masia, Sergi Samper dispute des premiers matchs intéressants avec l’équipe première sous la direction de Luis Enrique. Prêté à Grenade l’an dernier, il a été l’une des seules bonnes surprises de la saison du club andalou, relégué en deuxième division. Le Barça n’ayant pas réussi à se débarrasser de certains « indésirables » à son poste, comme Arda Turan ou Andre Gomes, il a été de nouveau prêté, cette fois-ci à Las Palmas.

- Munir a la confiance de Luis Enrique en 2014 alors qu’il sort d’une saison où il a été le meilleur buteur de Youth League. Après deux saisons et 10 buts avec les pros, la concurrence à son poste se renforce à l’été 2016 avec l’arrivée de Paco Alcacer. Il est alors envoyé en prêt à Valence. A l’image de la saison de son club, les performances de Munir ne sont pas suffisantes pour qu’il revienne au Barça. Cette saison, il est de nouveau prêté à Alaves.

- Lancé à 19 ans en équipe première par Guardiola, Bartra parvient à disputer quelques matchs avec l’actuel entraîneur de Manchester City. C’est avec Tito Vilanova et Tata Martino qu’il monte en puissance et dans la hiérarchie pour devenir une alternative sérieuse en charnière centrale. Mais sous Luis Enrique, il perd petit à petit du temps de jeu et préfère partir à Dortmund à l’été 2016. Depuis, il s’impose dans la rotation du club allemand et est régulièrement appelé en équipe d’Espagne.

- Lancé en 2011 par Pep Guardiola, l’ailier espagnol Christian Tello, qui a alors 20 ans, marque un doublé pour sa deuxième apparition avec l’équipe A. Il marque aussi dès son premier match de Liga. Tello obtient alors de plus en plus de temps de jeu en équipe première. Tito Vilanova puis Tata Martino vont réitérer la confiance que Guardiola avait placé en lui. Prometteur, il obtient même sa première (et pour l’instant seule) sélection avec la Roja. Mais Luis Enrique, à son arrivée, préfère le prêter à Porto, où il peine à s’imposer. A près une saison et demie au Portugal, il est de nouveau prêté, à la Fiorentina cette fois. Titulaire pendant une saison et demie à Florence, il ne convainc pas le Barça et essaye aujourd’hui de rebondir au Betis Seville.

- Au Barça depuis ses 8 ans, convaincant avec l’équipe-bis, le jeune milieu offensif espagnol Adama Traoré n’a presque pas eu le temps de convaincre : 4 matchs seulement avec la première, avant que les dirigeants catalans décident d’accepter une offre de 10M d’euros d’Aston Villa, alors que la pépite n’a que 19 ans. Désormais à Middlesbrough, l’ancien international U19 espagnol était proche de Lille et est l’un des meilleurs dribbleurs des 5 grands championnats européens selon une étude de l’Observatoire du football CIES en avril dernier.

- Titulaire à la Masia et international espagnol dans toutes les catégories de jeunes, Grimaldo n’a jamais été convoqué en équipe première. En 2016, il a décidé de rejoindre Benfica où il a réalisé une saison très prometteuse. Champion du Portugal à 22 ans, il pourrait se faire regretter au Barça.

- Thiago Alcantara, c’est LA plus grosse perte du centre de formation du Barça de ces dernières années. Lancé en 2009 par Guardiola alors qu’il n’a que 19 ans, le milieu espagnol est déjà considéré comme une pépite en Catalogne. Les saisons passent, son temps de jeu augmente et on voit bien que le petit Thiago a tout pour réussir. Sous Vilanova, il poursuit sa progression et est de plus en plus souvent présent dans les listes de convoqués par Vicente del Bosque avec la Roja. Pourtant, à l’été 2013, le Barça entrainé par Tata Martino le laisse partir au Bayern pour moins de 25 millions d’€. En Bavière, malgré une fracture de la cheville et une rupture des ligaments croisés, il s’impose au milieu de terrain. Lopetegui aussi lui accorde les rênes du milieu de la Roja. Difficile de ne pas imaginer tout le bien qu’il ferait actuellement au milieu de terrain du FC Barcelone.

Arrivé au club en 2014 et vainqueur de la Ligue des Champions pour sa première saison à la tête des Blaugranas, Luis Enrique n’était alors pas sous le feu des critiques des supporters catalans. Mais deux saisons plus tard, l’entraîneur espagnol a quitté le navire après une saison blanche. Au-delà des résultats sportifs décevants, il lui a beaucoup été reproché de ne pas intégrer les jeunes de la Masia dans l’équipe une (ou de mal le faire). Surtout vu le rendement des recrues, comme André Gomes, recruté à Valence pour une trentaine de millions d’euros, ou l’attaquant Paco Alcacer, auteur de seulement 8 petits buts la saison dernière. Aux mêmes postes, Sergi Samper et Munir n’auraien-ils pas fait au moins aussi bien ?

On peut aussi parler de Grimaldo, qui aurait pu être une alternative à Jordi Alba au moins aussi intéressante que Lucas Digne. Le latéral gauche de Benfica déclarait d’ailleurs ceci au journal portugais O Jogo : « Accéder à l’équipe première au FC Barcelone a toujours été difficile. Mais désormais, le club ne prête plus attention à l’académie. Les joueurs qui partent ont pourtant le niveau pour continuer ». Certains jeunes du Barça l’ont bien compris, à l’image d’Eric Garcia ou de Jordi Mboula, pépites de la Masia qui ont décidé d’exporter leur talent dans d’autres gros clubs européens (Manchester City et Monaco).

Et pendant que le Barça connaît des difficultés avec son centre de formation, c’est Florentino Perez, président du Real, qui vante les progrès du sien. Fort de sa saison 2016-2017, le président madrilène s’est vanté de la réussite de sa formation : « Nous avons construit une équipe de légende avec les meilleurs joueurs du monde et d’Espagne, mais aussi avec beaucoup de joueurs issus de la formation ». Et en effet, Carvajal, Nacho, Lucas Vasquez, Morata (désormais joueur de Chelsea) ont tous joué un rôle dans le succès madrilène en Ligue des Champions et en Liga. Il est encore tôt pour parler d’un réel succès de la formation merengue, puisque seul Carvajal faisait partie du 11-type de Zidane. A terme toutefois, si les politiques du Real et du Barça ne changent pas, il se pourrait que la formation madrilène devienne plus réputée que celle de son homologue catalan.

Motif d’espoir pour les supporters blaugranas ? Le remplacement de Luis Enrique par Ernesto Valverde. A la tête de l’Athletic Bilbao, l’entraîneur espagnol a perpétué la tradition du club, qui se base presque exclusivement sur son centre de formation. Etait-ce une véritable volonté des dirigeants et de Valverde ou simplement la politique « zéro transfert » qui lui a été imposée ? Dans tous les cas, Valverde doit aujourd’hui prendre le rôle, pour les supporters barcelonais, de « sauveur » de la Masia.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter