• Grille TV beIN SPORTS
Jérôme Roussillon : “on avait les clés en main et on les a balancées”
Photo Panoramic

Jérôme Roussillon : “on avait les clés en main et on les a balancées”

Décontracté, Jérôme Roussillon s'est confié en pleine après-midi sous le beau soleil de Montpellier.

Comment juges-tu la saison de Montpellier cette année ?

Bonne, pour ne pas dire très bonne par rapport à l’année dernière. Après bien sûr, il y a quelques déceptions car nous aurions pu être en Europe puisque nous avions les clés en main. Pour revenir à la qualité de notre saison, elle a été bonne comparée aux deux précédentes, surtout l’avant-dernière.

A partir de la 28ème journée et la réception de l’Olympique Lyonnais, un match qui s’était disputé dans des conditions climatiques très compliquées (sous une forte pluie), l’équipe a baissé de rythme et perdu du terrain face aux concurrents directs avec des défaites contre Bordeaux-Nice-Saint-Etienne, comment l’expliques-tu ?

Comme je l’ai dit, on avait les clés en main et on les a balancées par la fenêtre. On a laissé les autres passer devant nous. La fatigue et le manque de concentration peuvent l’expliquer.

A la trêve hivernale des clubs comme les Girondins de Bordeaux et l’AS Saint-Etienne étaient dans des périodes très difficiles. On voit qu’ils ont toujours été plus prolifiques que Montpellier en terme de buts, tout en en encaissant plus également. Aujourd’hui, ils sont toujours en course pour se qualifier en Europa League. Est-ce regrettable d’avoir une meilleure défense qu’une meilleure attaque ?

Tout est relatif parce que nous, on ne prend pas beaucoup de buts mais si on en prenait encore moins, comme dans la première partie de saison… On marquait le premier but et après, plus personne ne marquait derrière donc on restait à 1-0 ou 2-0. Ensuite, c’est en deuxième partie de saison que l’on a failli.

Dans quels domaines peux-tu encore t’améliorer sur le plan personnel ?

Je peux encore m’améliorer sur les centres, ma capacité à reproduire les efforts et mon endurance.

Ton contrat se termine la saison prochaine, le 30 juin 2019, comptes-tu aller jusqu’au bout ? Il y a des négociations en cours pour éventuellement le prolonger ?

Je ne sais pas ! Il y avait des négociations. Plus maintenant.

L’an prochain, le Nîmes Olympique monte en Ligue 1. Que peux-tu dire sur leur accession ?

Je ne sais pas. Je n’ai pas regardé la Ligue 2 cette année (rires). Avant je la regardais, j’y étais avec Sochaux mais franchement, cette année non.

Comment sens-tu les confrontations l’an prochain ?

Cela reste un derby ! Tu peux pas le sentir ça, il faut le gagner c’est tout. Chez eux et chez nous. Il faut gagner point.

Que vas-tu faire ce soir (ndlr, interview effectuée le 16 mai) ?

Moi ? Quel jour on est aujourd’hui, mercredi ? Je n’ai pas envie de regarder la finale de l’Europa League (rires) mais je vais la regarder. Obligé !

D’ailleurs, que penses-tu de leur campagne européenne ? Aimerais-tu jouer dans un club avec une telle ferveur ?

C’est bien pour eux. Oui, avec la ferveur. A Montpellier, il n’y a pas autant d’engouement autour du club qu’à Marseille. Bien sûr, c’est différent mais Marseille c’est Marseille. Montpellier c’est Montpellier. Il y a beaucoup de sports ici : le foot, le hand, le rugby, le basket… Il y a tout. Après, les gens choisissent.

Avant la fin de ta carrière, tu voudrais découvrir un autre championnat ? Si, oui, lesquels ?

Oui, bien sûr quand même. Allemagne, Angleterre… Pourquoi ? Pour connaître un autre championnat justement (rires). J’aime bien la Chine aussi. J’aimerais trop aller en chine. Cela fait cinq ans déjà que je suis en France. Je n’ai jamais voyagé. Les seules fois où j’ai voyagé c’est en juin. Pourquoi ne pas découvrir de nouvelles personnes, de nouvelles cultures…

Aujourd’hui, tu as 25 ans. C’est un peu tôt pour parler de ça, mais tu te vois où dans 15-20 ans ?

Je n’imagine même pas devenir entraineur ou autre. Après le football, je me vois travailler dans un bureau.

Si tu n’avais pas été footballeur, quel métier t’aurait tenté ?

Je me serai orienté vers la comptabilité, c’est sûr. J’étais fort dans ce domaine à l’école.

En dehors du football, tu aimes t’habiller de manière chic ou plutôt décontractée comme aujourd’hui ?

C’est ça ma vie : jogging 24 sur 24 ! J’ai de trop grosses cuisses pour mettre des jeans (rires).

La Coupe du Monde approche. La France est-elle armée pour aller au moins en demi-finale ?

Oui, et même en finale et l’emporter. Je le pense… et je l’espère !

  1. avatar
    19 mai 2018 a 3 h 59 min
    Par Pugliesi

    Excellent entretien de Jean Vincent Menceur! Je valide!!!

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter