• Grille TV beIN SPORTS
Lettre ouverte à Bernardo Silva
Photo Panoramic

Lettre ouverte à Bernardo Silva

Lettre ouverte à celui qui fut, trois ans durant, le parfait exemple du projet monégasque.

Cher Bernardo,

Jeudi, le monde du ballon rond a appris ton transfert de l’AS Monaco à Manchester City. Pour ma part, je l’ai découvert au beau milieu de mon fil d’actualité Facebook qui galérait à charger, perdue dans le fin fond de la Gironde littorale, pendant une journée que je passait à la plage en famille. Si, sur le coup, la nouvelle m’a fait un choc, je ne me suis pas trop étendue dessus, ne voulant pas prendre la tête à mes parents et à mon frère, qui ne demandaient qu’à profiter de ce jour férié à l’océan.

Bien plus tard, cette nuit-là, seule dans mon lit, avant de m’endormir, toute la réalité de ce transfert m’a rattrapée, comme une belle claque dans la gueule. Et je n’ai pas pu retenir les quelques larmes qui se sont mises à couler le long de mes joues. J’ai compris que je ne te verrai plus sous mon maillot, dans mon club, dans mon stade, dans ma Ligue 1. Que je ne te verrai plus illuminer mes terrains par tes dribbles, tes percées, tes passes et tes buts. Je me suis alors remémorée les rares images de toi, en vrai, lors de matches que j’ai vu au stade face à Anderlecht ou encore à Bordeaux, mais surtout les nombreuses images de rencontres télévisées marquées par ton style, tes courses, ta rage.

Merci MessizinhoChewing-gumKingardo. Emue par la déferlante d’hommage de la part de tes coéquipiers, j’ai compris que je t’ai perdu à jamais. Va illuminer un autre championnat, conquérir un autre stade, émerveiller d’autres fans. Le temps de ta nostalgie du Benfica, de ta doublette avec Ferreira-Carrasco, de ta moustache rasée, de ton français approximatif et de ton dribble de trop est désormais révolu.

Traverse la manche la tête haute, éclabousse la Premier League de ton talent. Et les dieux du football savent que tu en es bourré. Tu es à jamais un Monégasque, un grand, un très grand même, à jamais un champion de France. A jamais tu fais partie de cette si belle équipe, de ce si beau cru 2016-2017. A jamais tu fais partie de l’histoire du club et de la Ligue 1. A jamais tu fais partie de ceux qui ont réussi la prouesse de voler mon coeur footballistique.

Cette semaine, j’ai perdu mon Bernardo rouge et blanc, mon timide milieu de poche qui imposait le respect et forçait l’admiration sans lever la voix, mon petit portugais qui incarnait à merveille mon club. Tu t’en es allé, après avoir doucement évolué pour devenir un joueur confirmé, de classe mondiale, un meneur d’homme, un leader de vestiaire, qui n’a peut-être plus rien à prouver mais encore tellement à offrir. L’une des plus belles portes s’ouvre devant toi. Continue ce que tu as toujours fait. Fais hurler l’Ethiad, chanter Manchester, renverse la Premier League au rythme de ta course chaloupée. Sois toi-même et, crois-moi, c’est impossible qu’ils ne t’adoptent pas.

Merci Bernardo. Pour, trois ans durant, avoir inlassablement construit et déconstruit le jeu monégasque. Pour, trois ans durant, avoir successivement mis la France et l’Europe à tes pieds. Le rouge et blanc t’allait comme un gant, mais après tout, le bleu ciel ne te sied pas si mal.

Obrigado, comme on dit chez toi. Regarde droit devant et ne te retourne pas. L’Angleterre n’attend que toi.

 

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter