• Grille TV beIN SPORTS
PSG : Et maintenant ?

PSG : Et maintenant ?

Même après quelques jours, la déception est toujours aussi forte. L'élimination, pour la quatrième année consécutive aux portes des demies-finale de la Ligue des Champions, montre que ce Paris Saint-Germain est arrivé en bout de cycle. Pour les dirigeants qataris, il est désormais temps de penser à un avenir, un futur. Une reconstruction.

Au cours de ces quatre dernières années, le PSG aura réussi à mettre la France à ses pieds. En devenant une équipe performante, qui promeut un jeu des plus offensifs, incarné par des joueurs compétiteurs et charismatiques, accrochant peu à peu à son tableau presque tous les records de notre vieux championnat, le club de la capitale a gagné le respect du football français. Mais ces quatre années de gloire nationale coïncident avec autant d’échecs sur la scène européenne. Si tout n’est pas à jeter dans le parcours parisien en Ligue des Champions depuis 2012 (bien au contraire), si on garde évidemment en mémoire les matches durant lesquels le PSG nous aura fait vibrer, le bilan des Parisiens en Coupe d’Europe reste toutefois très nuancé. Ces quatre revers ne peuvent plus relever du hasard. Ils démontrent une réelle difficulté à dépasser ce stade de la compétition. La marche est-elle trop haute?

Mardi soir, sur la pelouse de l’Etihad Stadium, le PSG s’est perdu. Il a oublié ce qui fait sa marque de fabrique, un jeu offensif, porté par la vitesse et le mouvement. Il a oublié ses valeurs, également. Des valeurs de respect de l’adversaire. Peut-être les Parisiens se sont-ils crus qualifiés avant de jouer. Peut-être ont-ils abordé cette double confrontation avec trop de légèreté. Peut-être le soulagement d’avoir évité les ogres que sont le Barça et le Bayern l’a emporté sur une certaine méfiance envers les Citizens.

Mardi soir, le PSG s’est enfermé dans une possession de balle stérile, dans un jeu de passes soporifique, n’atteignant qu’à de rares moments la surface de Manchester City, pour buter sur une défense en acier et un Joe Hart impérial. A trop vouloir maîtriser son début de match, Paris s’est retrouvé à tourner en rond, à passer le ballon d’attaque en défense et de droite à gauche, tout ça pour se casser les dents sur une formation mancunienne parfaitement alignée. Tout le contraire du onze parisien, qui inaugurait un schéma tactique totalement inédit. Et cela s’est vu. Les joueurs ne se sont jamais trouvé et ont multiplié mésententes, mauvaises passes, mauvaises relances et erreurs techniques. Les rares situations dangereuses sont arrivées par l’intermédiaire de Zlatan Ibrahimovic, sur deux coups-franc correctement boxés par Hart. C’est trop peu pour une équipe qui prétendait, entre deux lignes, pourquoi pas, à la victoire finale. Au fur et à mesure que les minutes s’écoulaient et que les chances parisiennes s’amenuisaient, la panique a gagné les rangs du club de la capitale, et ce malgré les bonnes entrées de Lucas et Pastore. Et ce qui devait arriver arriva: après un contre rapidement mené, Kevin de Bruyne, aux 20 mètres crucifiait Trapp d’une superbe frappe enroulée, punissant le dilettantisme parisien. Encore une fois, le PSG a chuté aux portes du dernier carré.

Indéniablement, le PSG se trouve à un moment critique de son histoire récente. En zone mixte, à l’issue de la rencontre, Nasser expliquait, très calme comme toujours, que son club devra faire face à de gros changements durant l’inter-saison.

Mardi soir, plusieurs cadres ont failli. Angel di Maria, recruté pour ce type d’échéances, n’a jamais réussi à imposer son jeu. Zlatan Ibrahimovic n’a pas su faire taire les détracteurs, qui remettent en question son impact sur ce genre de matches. Il est peut-être temps d’accepter de le laisser partir. Tout comme il est peut-être temps de se séparer des Maxwell, Van der Wiel ou autres Thiago Motta. Kurzawa semble avoir les épaules pour assumer un statut de leader au sein de cette équipe. Serge Aurier également, s’il retrouve la confiance qui était sienne en début de saison. Adrien Rabiot, de son côté, a réussi à se construire un statut de titulaire et restera s’il a l’assurance qu’une place dans le onze lui est réservée. Enfin, les jeunes du centre de formation commencent à se frayer un chemin au sein du groupe professionnel, et leurs qualités ne sont plus à prouver. En démontre la demie-finale de l’UEFA Youth League qu’ils s’apprêtent à jouer face au Real Madrid (eux).

Oui, mardi soir, le PSG a largement déçu. Il est désormais du ressort du staff et des dirigeants de remobiliser un groupe qu’on imagine profondément touché pour redonner à cette équipe son allant et ses qualités. Et préparer un futur qu’on veut espérer beaucoup plus doré.

  1. avatar
    19 avril 2016 a 8 h 47 min
    Par DarkYauketa

    enfin lors de ces 1/4 on a vu disparaître les équipes type BARCA et PSG qui fort de leur maîtrise du ballon… nous endorment devant l’écran… avec leur continuelle passe à 10…

    la fougue latine de l’ATLETICO et l’acharnement british des CITIZENS ont fait vacillé la vacuité de tels schémas de jeu

    désolé, je ne prends aucun plaisir devant leurs démonstrations et préfèrent voir du jeu, du ballon, des percées, des actions, des tentatives, des tirs…
    du Foot quoi !

    • avatar
      19 avril 2016 a 15 h 29 min

      C’est vrai, cette fois ce sont les équipes qui proposent le beau jeu et pas forcément supposées favorites qui ont réussi à passer ces quarts. Après, est ce que ça sera suffisant pour les demies face au Real et au Barça? J’espère…Mais c’est vrai qu’on peut leur rendre ça, City n’a jamais abandonné et l’Atletico nous a réconcilié avec le beau football!

  2. avatar
    19 avril 2016 a 21 h 06 min

    Je viens de me rendre compte de ma faute de frappe, j’entends bien évidemment Bayern au lieu de Barça

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter