• Grille TV beIN SPORTS
Transferts faramineux en Chine : phénomène éphémère ou championnat du futur ?
Photo Panoramic

Transferts faramineux en Chine : phénomène éphémère ou championnat du futur ?

Plus de 200 millions d’euros de dépensés lors du dernier mercato, et de nombreuses stars attirées, les propriétaires des différents clubs chinois ont surpris bien du monde sur la planète football.

Récemment, Alex Teixeira (Shakhtar Donetsk) vient d’être recruté par le club inconnu du Jiangsu Suning pour la coquette somme de… 50 millions d’euros. Constituant le transfert le plus onéreux de l’histoire du championnat chinois, il n’est pourtant pas seul à figurer au tableau de chasse d’un championnat que l’on ne connaît pas.

Cette folie dépensière n’est-elle qu’éphémère ou peut-elle annoncer une future concurrence aux Championnats européens ? Je vous donne mon avis.

L’appât du gros salaire, effaçant tout projet sportif

A l’instar du championnat qatari, la D1 Chinoise apparaît comme un championnat aux moyens financiers indécents, mais dont le niveau de jeu reste bien faible.

L’argent, principale motivation qui a poussé l’ancien parisien Guillaume Hoarau à poser ses valises au Dalian Aerbin, il y a quelques années de cela. L’affirmant sans tabou, les millions d’euros étaient la seule raison justifiant un tel choix de carrière. Cependant, le réunionnais a choisi de résilier son contrat au bout d’une année sur les trois convenues : « Ils (les Chinois) m’ont un peu enlevé l’envie et la passion… Mais bon, je ne veux pas rentrer dans les détails, parce que c’est assez fragile et sensible, c’est une aventure. »

Un message fort, qui n’a pas l’air d’avoir été traduit dans toutes les langues. En effet, récemment, le colombien Jackson Martinez de l’Atletico Madrid, en difficulté car barré par les excellentes performances d’Antoine Griezmann, a décidé de tenter le challenge chinois. Recruté pour la somme de 42 millions d’euros, le buteur de 29 ans aurait pourtant pu prétendre à bien mieux.

Tout comme Gervinho (18M€), Ramires (28M€) Stéphane M’Bia ou encore Fredy Guarin (13M€), des joueurs qui avaient fait leur trou dans les meilleurs championnats d’Europe mais qui, en période de doute et en manque de temps de jeu, ont préféré le confort financier au challenge footballistique. Une triste nouvelle dans une ère où football business a tendance à primer sur le football populaire.

Mais une attractivité grandissante

Voitures avec chauffeur, maisons luxueuses et salaires mirobolants, nombreux sont les atouts qu’utilisent les dirigeants de club pour s’attacher les services des meilleurs joueurs d’Europe.

Malgré une adaptation parfois extrêmement compliquée, à en témoigner les courtes expériences Drogba, Hoarau, ou encore Seydou Keita, les joueurs ayant fait leurs preuves sur le Vieux-Continent jouissent en Chine d’un statut de star. C’est probablement ce qui justifie de tels choix de carrière, car le championnat de Chine aurait, d’après les mots de certains joueurs y ayant évolué, à peine le niveau de National, 3ème division française.

De plus, l’explosion des droits télés (1,5 milliards d’Euros sur 5 ans !) et le fait que la majorité des clubs soit possédée par de riches investisseurs de l’Empire du milieu ne font qu’accroître les sommes dépensées.

Des investissements vains ?

Investissements faramineux font bon ménage avec résultats extra-sportifs uniquement si le club est déjà implanté dans un championnat compétitif. Ce qui n’est absolument pas le cas des clubs chinois, dont le niveau de jeu est bien trop faible.

Attirer des stars dans le but d’accroître la visibilité des écuries est une technique marketing indéniable, et les revenus des clubs vont probablement grandement augmenter ces prochaines années.

Mais malgré la création de 50 000 écoles de football sur 10 ans dans l’ensemble du pays, et une volonté affirmée des politiques d’accroître la puissance du football chinois, il va falloir patienter de trop nombreuses années pour que les clubs chinois soient capables de rivaliser avec les grands d’Europe. Et d’ici-là, pas sûr que les investisseurs continuent à injecter des millions si leurs retours sur investissement ne s’avèrent pas suffisants…

En résumé, cet élan massif de transferts aux montants tous plus élevés les uns que les autres ne me paraît positif à aucun niveau.

Les joueurs vont perdre de leur niveau, leurs entraînements seront bien moins intensifs, et à un possible retour en Europe ils devront se réadapter à des championnats bien plus compétitifs.

Les clubs chinois ne tireront de profits qu’au niveau de marketing, sans augmenter, sur le court-terme, leur niveau de jeu footballistique, ce qui fera stagner peu à peu l’attractivité d’un championnat déjà peu estimé.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter