• Grille TV beIN SPORTS
Tuchel, un bon choix pour le PSG ?
Photo Panoramic

Tuchel, un bon choix pour le PSG ?

On connaît le nouvel entraîneur du Paris Saint-Germain. Thomas Tuchel succède à Unai Emery sur le banc du club de la capitale. L'ancien technicien de Mayence et de Dortmund aura pour mission de mener le PSG vers cette C1 qu'il convoite tant depuis sept ans. Pour autant, l'allemand est-il l'homme de la situation ? Analyse.

Une rigueur à toute épreuve

L’anecdote symbolise le personnage. Après avoir visité le Parc des Princes et répondu à diverses interviews, Thomas Tuchel s’est rendu à la conférence de presse de sa présentation dont l’horaire était prévu à 19 heures. Il n’est arrivé qu’une minute en retard. C’est que le nouvel entraîneur du Paris Saint-Germain, en bon allemand, est rigoureux dans son travail et peut se montrer très sévère envers ses joueurs.

Chadli Amri en a fait l’expérience sous les couleurs de Mayence comme le raconte son équipier d’alors Aristide Bancé : «Une fois, à l’entraînement, Amri était en train de déconner, il n’était pas du tout concentré, et Tuchel s’est énervé. Il a arrêté l’entraînement au milieu de tout et il l’a envoyé direct au vestiaire. Amri a refusé mais au bout d’un moment, il n’a pas eu le choix. Il a fini par présenter ses excuses au coach. Tuchel est quelqu’un de très, très, très strict.»

Le nouvel entraîneur parisien a d’ailleurs affirmé lors de la conférence de presse qu’il fallait “d’abord créer un certain état d’esprit. [...] Quand l’équipe aura cet état d’esprit, que l’équipe adhérera, on pourra progresser et atteindre [les] objectifs.”Un état d’esprit qu’Unai Emery n’aura su mettre en place au cours de son mandat, lui qui a été contraint de modifier ses méthodes lors de son arrivée dans la capitale française. La rigueur de Tuchel permettra peut-être au PSG de ne pas renouer avec les différents problèmes ayant touché le club ces dernières années (affaire Aurier…) et d’avoir une institution solide, ce qui a cruellement manqué à Paris ces dernières saisons. Le technicien germanique en a profité pour définir ses priorités, dans lesquelles on retrouve l’organisation au sein du club : “La structure, l’esprit d’équipe et le travail au quotidien”.

Un style de jeu prometteur

“Je veux qu’on [...] attaque et qu’on joue avec énormément d’intensité. Mon plus grand souhait ? Que nos supporters tombent amoureux de cette équipe.” Thomas Tuchel ne passe pas par quatre chemins au moment de décrire son projet de jeu.

Ce n’est d’ailleurs pas par hasard que le nouvel entraîneur parisien est un fervent admirateur de Pep Guardiola dont il avoue beaucoup s’inspirer. En outre, Tuchel est également fréquemment comparé à l’un de ses compatriotes qui n’est autre que Jürgen Klopp, qui a été le prédécesseur du technicien parisien à Mayence ainsi qu’au Borussia Dortmund.

Cela donne un jeu dans lequel on peut facilement reconnaître la patte de ces deux entraîneurs. En effet, les différentes équipes du nouvel entraîneur parisien aiment avoir la possession du ballon comme le FC Barcelone ou actuellement le Manchester City de Guardiola mais savent également enclencher un pressing très haut sur le terrain et jouer à merveille la contre-attaque à l’instar du Liverpool de Klopp, finaliste de la Ligue des Champions.

Thomas Tuchel présente également la particularité de ne pas hésiter à changer de système tactique en pleine rencontre. Comme le raconte André Schürrle, qui a joué sous les ordres de Tuchel au BVB, “Il [...] arrivait parfois de modifier [le] système trois ou quatre fois dans le même match”. Il s’agit d’une habitude inédite en France à laquelle les joueurs du Paris Saint-Germain devront s’habituer.

 

Un faible palmarès

On peut penser que c’est au niveau du palmarès que le bât blesse pour le nouvel entraîneur du PSG. En sept saisons de carrière sur un banc de touche, Thomas Tuchel n’a remporté qu’une coupe d’Allemagne en 2017 avec le Borussia Dortmund face à l’Eintracht Francfort. Ses autres faits d’arme auront été de qualifier le FSV Mayence à deux reprises pour la C3 avant de faire du BVB 2015-2016 le meilleur dauphin de l’histoire de la Bundesliga. Cela est peu comparé aux trois succès consécutifs en Ligue Europa remportés par Unai Emery avec le FC Séville ou encore aux deux Ligue des Champions glanées par Carlo Ancelotti avant son arrivée dans la capitale.

Cependant, lorsqu’on l’a questionné sur ce point ainsi que sur sa crédibilité auprès des stars de l’équipe, cette situation n’a pas refroidit l’entraîneur allemand : «Je n’ai pas peur des stars par ce que ce sont les plus gros travailleurs. Ils savent ce qu’il faut faire pour briller. Je n’ai emporté qu’un titre, mais le PSG ne veut pas le coach avec le plus de titres, mais privilégie le style, un coach qui aurait une vision pour mener le groupe.» De plus, Tuchel était notamment convoité par le Bayern Munich ou encore Arsenal. Ce qui prouve qu’il bénéficiait d’une belle côte en Europe.

Si les médias ont été conquis d’emblée par le discours de Thomas Tuchel, les supporters du Paris Saint-Germain attendent désormais de voir ce qui se passera sur le terrain, eux qui ont connu bon nombre de déceptions par le passé.

  1. avatar
    23 mai 2018 a 12 h 15 min

    Selon moi, non.

    L’objectif du PSG est de gagner la C1. Or Thomas Tuchel n’a quasiment aucune experience en LDC (10 matches avec Dortmund), comme Laurent Blanc ou Unai Emery avant lui.

    Des profils comme Conte (Juventus / Italie / Chelsea) ou Luis Enrique (Barça) et bien entendu le sorcier Simeone (Atletico Madrid) avaient cette experience du très haut niveau, voire un retour d’Ancelotti (AC Milan / Chelsea / PSG / Real Madrid / Bayern Munich) 5 ans après son depart vers la Casa Blanca.

    Mais l’émir et Nasser ont fait un autre choix, a priori le mauvais.
    Paris va accumuler les titres de champion, Coupe de France et autres Coupes en carton pate mais continuer à reproduire les memes erreurs.

    Nasser doit comprendre qu’il lui faut un manager à l’anglaise qui gère ses transferts.
    La venue de Buffon est une excellente idée a priori, mais pas tant que ça : le risque de la saison de trop existe, et le message envoyé aux jeunes est désastreux : Areola est à peine arrive qu’il se retrouve menace par une star mondiale à son poste. Certes c’est la loi des très grands clubs en Europe.

    Cela dit, il aurait fallu recruter une vraie pointure l’an passé comme Courtois ou Oblak plutôt que miser sur ce mercenaire de Neymar qui ira au Real dès que CR7 en aura terminé à Madrid, sans doute en 2020-2021 donc.

    Il faut surtout trouver une sentinelle, Busquets serait ideal mais s’il quitte Barcelone, ce sera plutôt pour Manchester City où il retrouvera Pep Guardiola.

    Bref le PSG n’a jamais vraiment digéré le depart de Leonardo, l’homme qui avait si bien lance le projet QSI en 2011 …
    Projet qui prendra fin en 2023-2024 après la Coupe du Monde 2022 au Qatar.
    Il ne reste que 5 ou 6 tentatives au PSG pour rejoindre l’OM comme seul club français vainqueur de la Coupe aux Grandes Oreilles. C’est peu et beaucoup à la fois …

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter