• Grille TV beIN SPORTS
C’est Noël avant l’heure pour le Barça !
Photo Panoramic

C’est Noël avant l’heure pour le Barça !

Il n'y en a qu'un au monde. Le seul, l'unique Clasico, Real Madrid – Barcelone. Programmé inhabituellement à 13h au Santiago-Bernabeu, ce choc du football espagnol, européen et mondial a tenu ses promesses, tant tactiquement que dans sa dramaturgie. Et il a vu les Catalans s'envoler pour le titre national en s'imposant largement 3-0. Pour Zidane et les Merengue, ça sent la crise (de foie et de nerfs) avant les fêtes.

Hala Madrid. Non. Plutôt aïe aïe aïe Madrid. Pour ce Clasico aller de Liga, cadeau de Noël avant l’heure pour tous les amoureux de football, Barcelone n’a fait qu’une bouchée du Real (0-3) à Santiago-Bernabeu. Des réalisations signées Suarez, Messi sur penalty et Aleix Vidal qui offrent un matelas plus que confortable d’avance aux Catalans sur ses poursuivants, l’Atletico pointant à 9 points et le Real à 14 en attendant son match en retard contre Leganes.

Pourtant, Zinédine Zidane semblait avoir pris le dessus tactiquement sur Ernesto Valverde en début de match. Avec un pressing haut, le Real étouffe le Barça. Iniesta & co. sont même asphyxiés. Le milieu catalan n’existe pas. Sergio Busquets ne récupère pas un ballon, le fantôme de Rakitic plane dans le rond central, Iniesta se démène mais manque de justesse. Seul Paulinho surnage dans ce marasme technique chez les Blaugranas. Et Messi ? Muselé par Kovacic, auteur d’une superbe première période.

La bûche glacée du Barça

Dans cette situation, le Real contrôle et prend, très vite, la possession du ballon. Les Madrilènes sont d’ailleurs les premiers à faire trembler les filets, mais Cristiano Ronaldo est justement signalé hors-jeu. Sans inquiéter Ter Stegen, la Maison Blanche espagnole empêche Barcelone de relancer proprement. Privés du ballon, les coéquipiers de Gerard Pique s’en remettent à des longues relances. Et Paulinho aurait même pu en profiter sans un arrêt exceptionnel de Navas.

Le Real marche sur le Barça. Et si le score reste de parité à la pause, les chances de voir le Barça s’imposer semblent minimes tellement les Blaugranas paraissent en-dedans. Mais c’était sans compter sur la magie de Noël… et la baisse de régime terrible des Madrilènes au retour des vestiaires. Cette fois, ce sont les Catalans qui piétinent les joueurs de la capitale. Sauf que dans ce sens, c’est aussi efficace qu’une bonne bûche glacée pour terminer un aussi bon gueuleton.

KB Nueve, ou KB Mauvais

Tout se débloque quand Busquets, qui a quitté son champ de fraises, élimine facilement Kroos pour servir Rakitic dans la profondeur, dans le rond central. Là, le Croate, tel Moïse ouvrant les eaux, s’engage, plein fer, vers le but de Navas face à un Kovacic perdu dans son placement. Décalage pour Sergi Roberto, enfin à l’offensive, qui offre le plateau de toasts au foie gras à Suarez pour la conclusion. A partir de là, le match a définitivement basculé. Et le point de no-retour est atteint quand Carvajal joue les gardiens de but après plusieurs exploits de Navas. Carton rouge logique. Messi transforme. La messe est dite. Le petit Jésus en avance.

Tout en gestion, en mode toro, les Barcelonais font tourner en bourrique des Madrilènes en infériorité numérique et complètement abasourdis. Cristiano Ronaldo est autant passé à côté de l’événement que du ballon sur une offrande divine de Kroos en début de match. Karim Benzema, ou KB Nueve, s’est mué en KB Mauvais. Une tête sur le poteau et rien, à part sa sortie sous la bronca de Bernabeu. Et certains le veulent encore en équipe de France…

Ernesto Valverde, le Père Noël de Catalogne

Non, le Real a sombré en deuxième période. Et même son dernier rempart, pourtant irréprochable, a lâché prise sur le dernier but signé Aleix Vidal avec une faute de main grossière. Oui, le Real vient très certainement de dire adieu au titre de la Liga. En quelques accélérations, inexistantes en première période, Barcelone a mis à genoux le Real, presque sans forcer. Une sérénité sur le terrain que l’on retrouve chez son entraîneur, Ernesto Valverde, le Père Noël de Catalogne.

Qui plus est, l’Atletico a perdu la veille. La voie royale est ouverte pour le Barça, qui écrase son championnat. Pour le Real, la crise est là. Depuis octobre, Zidane n’arrive plus à faire enchaîner les victoires à son équipe. Si l’on y rajoute la deuxième place du groupe de Ligue des Champions derrière Tottenham… La magie Zidane s’effriterait-elle ? Quoi qu’il en soit, les fêtes seront compliquées à digérer. Et même les Rois Mages ne pourront pas y faire grand-chose…

  1. Pingback: Un Barça à sang-froid - beIN SPORTS Your Zone - Partagez votre passion et votre expertise du sport

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter