• Grille TV beIN SPORTS
Real Madrid-PSG : les éléments tactiques d’avant-match
Photo Panoramic

Real Madrid-PSG : les éléments tactiques d’avant-match

Le Real Madrid et le Paris Saint-Germain, dirigés respectivement par Zinedine Zidane et Unai Emery, sont deux équipes sans philosophie particulière et sans identité prédéfinie. Lors de leurs grosses confrontations, leur configuration se fait au gré des forces et faiblesses de l'opposition. Alors plutôt que de dresser le portrait tactique de ces deux équipes, voici une analyse de certains éléments qui pourraient se révéler intéressants.

Qu’est-ce que le jeu de transition ?

Depuis 2008, deux théories tactiques s’opposent avec comme base de l’antagonisme, l’espace et le temps, jeu de position ou jeu de transition. La finalité n’est pas la possession du ballon pour les équipes le pratiquant.

Inspirant de nombreuses équipes, le jeu de position a aussi perfectionné son alter-ego : le jeu de transition. Celui-ci s’appuie sur l’exploitation du déséquilibre de l’équipe qui attaquait. Le but est de récupérer le ballon et, sans perdre de temps, de profiter du désordre adverse pour aller marquer.

La différence majeure entre jeu de position et jeu de transition réside dans le fait de provoquer l’erreur adverse ou de simplement l’exploiter : agir ou réagir.

Une équipe ne peut uniquement reposer sur un jeu de position ou un jeu de transition. Elle ne choisit pas toujours la zone où le ballon sera récupéré, celle où débutera l’action offensive. Ni le degré de désorganisation de l’équipe adverse. Jeu de position et de transition coexistent donc dans chaque équipe mais avec une certaine inclinaison vers l’un des deux. C’est la hiérarchisation de ces deux idées et le degré de conviction qui déterminera le style d’une équipe.

PSG, Real Madrid et le jeu de transition

Le jeu de transition est un point commun aux deux adversaires du soir, ce qui rend la confrontation bien plus intéressante. Cette similitude va conditionner l’approche des staffs et exigera une adaptabilité de la part des joueurs. Les courses de Neymar et Mbappé et leurs qualités d’élimination, la qualité d’appels d’Edinson Cavani et la gestion de la profondeur par ce trio sont totalement favorables aux phases de transition offensive après la récupération du ballon.

Chez les Madrilènes, la vélocité de Gareth Bale, le démarquage, le jeu sans ballon de Cristiano Ronaldo et le jeu en pivot, la précision dans les passes de Karim Benzema sont aussi un atout considérable en cas d’espace. Si le Français est remplacé par Isco, l’idée est similaire, il s’agira juste d’un point d’appui plus mobile mais néanmoins opérant d’une position plus basse.

La double-confrontation contre le Bayern a ressorti l’importance du jeu de transition pour l’équipe d’Unai Emery. Avoir marqué d’entrée de jeu lors du match aller lui a permis d’adopter une posture moins offensive. Les Parisiens se sont contentés de fermer les espaces au lieu d’enclencher une récupération immédiate. Ils ont alors profité des pertes de balle adverses pour se créer de nombreuses occasions. Au retour, changement de rôle avec un but de Lewandowski dès la 8e minute de jeu… et beaucoup de difficultés pour déséquilibrer un bloc adverse bien replié et patient.

Chez le rival et presque jumeau espagnol, il y a aussi ces soucis dans l’animation, comme ce fut le cas contre Tottenham. L’affiche sera donc superbe sur ce point particulier. Les deux équipes étant conscientes du potentiel adverse en transition mais aussi du leur, il est probable que l’on assisté un match à plusieurs phases. Comme lors d’un match de basket avec une possession limitée, chaque équipe essayera tour à tour de mettre en place une animation favorable mais moins déséquilibrée en attendant que l’autre ait le ballon.

Quelle équipe aura les intentions les plus affirmées ? Qui marquera en premier pour obliger le rival à se découvrir un peu plus ? Comment gérer les temps forts en sachant ce dont l’autre est capable ?

La zone devant la défense

L’une des incertitudes parisiennes concerne le joueur évoluant devant la défense. Plusieurs candidats sont possibles : Lo Celso, Lassana Diarra et Rabiot. Le choix et la performance du joueur en question auront une grande influence sur le contenu de la rencontre. En tant que premier relanceur, il permettra aux joueurs parisiens de pouvoir ressortir et de ne pas se retrouver enfermés dans leur moitié. Vu l’importance des transitions, sa capacité à protéger sa défense par un positionnement idéal et une lecture de jeu adéquate sera importante.

Récupérer et relancer : les deux principes de la transition. Mais entre ces deux consignes, il y aura tout un travail d’analyse, de décision et de compréhension des différentes phases du matchs. Le discernement sera vital afin de ne pas tomber dans un rythme trop frénétique : quand attaquer et quand contrôler en attente de meilleures opportunités.  Pour le trio constitué de Verratti, Rabiot et de l’heureux élu, il serait tentant de jouer en première intention vers les attaquants. Mais toute opportunité de transition n’assure pas une occasion de but : il faut différencier celles fructueuses de celles qui feront perdre énergie et agiront sur l’influx nerveux. Un autre aspect sera la tendance des champions en titre d’utiliser les centres. Bien que Dani Carvajal soit absent, la combinaison « Marcelo à l’origine des centres et le trio Benzema, Bale et Cristiano à la réception » sera une autre opportunité.

Casemiro sera sans aucun doute le milieu défensif en face. Moins dans la construction que son probable homologue parisien, le Brésilien a un rôle plus orienté vers les duels, la récupération et l’interception. Il abandonne souvent sa position pour apporter un surnombre défensif lors des duels, surtout sur le côté gauche. Il sera donc important pour Neymar, adepte du dézonage vers les zones intérieures de cibler le timing de ses courses vers le coeur du jeu. Pour son compatriote, évidemment, il s’agira de ne pas laisser libre l’attaquant parisien trop libre dans cette zone cruciale car sa créativité constituerait un énorme danger pour le Real Madrid.

Seulement, Kylian Mbappé est une grosse menace en un contre un. L’intenable attaquant pourrait forcer Casemiro à intervenir pour aider Marcelo sur l’aile gauche.

Côté gauche madrilène et côté droit parisien

Les talents en présence et les qualités des deux équipes rendent imprévisible la confrontation malgré les différentes lectures tentées. Mais il faudrait néanmoins revenir sur la zone droite parisienne/gauche madrilène parce qu’elle sera la scène d’un duel majeur entre Marcelo et Mbappé.

L’attaquant connu pour ses fulgurances et sa vivacité sera un danger vu les oublis de Marcelo et ses retards. Balle au pied ou par ses appels en profondeur, Kylian Mbappé peut faire la différence. Le PSG devrait exploiter cette aile vu la tendance de Neymar à repiquer. L’ancien joueur de Monaco pourrait attirer plusieurs adversaires vers cette zone et libérer des espaces pour ses coéquipiers. Neymar au centre donc, mais le relayeur droit aussi ne doit pas hésiter à prendre la profondeur pour exploiter l’espace dans le dos de Marcelo. Il pourra ainsi créer avec Cavani un 2 vs. 2 face au duo de défenseurs centraux adverses.

Par contre, Marcelo aura aussi son importance dans le plan de jeu offensif. L’un des soucis récurrents chez les Parisiens a été la gestion de la largeur avec deux trios : au milieu et en attaque. Il faudra donc exploiter la tendance de Mbappé à être attiré vers l’avant plutôt que dans le repli défensif. Le trio Mbappé, Verratti, Alves avait souffert lors du match retour contre Alaba, Ribéry et James. Une autre piste de réflexion pour Zidane et son staff…

Mais aussi…

L’importance des coups de pieds arrêtés pour les deux équipes, même si Paris s’est révélé fragile dans ce domaine et le Real Madrid moins souverain qu’auparavant. Leur gestion et celle des centres constitueront de vraies occasions de but et des options pour contrer l’adversaire. Avec autant de joueurs de qualité sur le pelouse et sur le banc, un exploit individuel n’est pas impossible… ou alors une erreur et un oubli vu le contexte particulier autour du match décrit dans cet article. Le premier but a conditionné plusieurs matchs entre ces deux équipes comme la double confrontation Bayern-Paris ou le Clasico. Ce n’est pas impossible qu’il en soit de même une nouvelle fois.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter