• Grille TV beIN SPORTS
Ligue 1 : présentation de la saison 2018-2019
Photo Panoramic

Ligue 1 : présentation de la saison 2018-2019

Quasiment un mois après le sacre mondial des Bleus, la Ligue 1 redémarre pour une nouvelle saison. Tour d'horizon des vingt clubs avant le top départ qui sera donné vendredi par le match Marseille - Toulouse.

Le titre

Cette saison, le Paris Saint-Germain devrait une nouvelle fois être seul au monde en Ligue 1 comme l’a prouvé son large succès lors du Trophée des Champions (4-0 contre Monaco). Le club de la capitale a fait la une en recrutant Gianluigi Buffon. Le grand gardien italien va apporter son expérience du très haut niveau. En combinant le trio d’attaque Mbappé-Neymar-Cavani à des titis prometteurs (Nkunku, Weah…), le PSG – désormais dirigé par l’allemand Thomas Tuchel – veut enfin s’approcher de la victoire en Ligue des Champions, en plus de glaner toutes les compétitions nationales.

Vers un match à trois pour le podium

Depuis sa remontée en 2013, l’AS Monaco n’a jamais quitté le podium. Une performance dont l’un des grands artisans n’est autre que Leonardo Jardim. Le technicien lusitanien est habitué à devoir reconstruire son équipe saison après saison et ce nouvel exercice ne dérogera pas à la règle. Après avoir une nouvelle fois bien vendu (Fabinho, Lemar), l’ASM a recruté de nouveaux jeunes à potentiel (Golovin, Geubbels, Aholou, Grandsir…). En dépit d’une préparation en demi-teinte et d’un revers sans appel lors du Trophée des Champions, le club de la principauté ne vise ni plus ni moins qu’une place sur le podium et veut également bien figurer en C1.

De retour en Ligue des Champions après deux ans d’absence, l’Olympique Lyonnais se montre très ambitieux pour cette saison. Les Gones ont pourtant été discrets sur le marché des transferts puisque les signatures des deux principales recrues (Léo Dubois et Martin Terrier) étaient actées depuis l’hiver dernier. L’équipe de Bruno Génésio comptera sur son potentiel offensif (87 buts inscrits l’an passé) pour tenter d’accrocher la deuxième place et confirmer son regain de forme.

De par son parcours en championnat ainsi qu’en Ligue Europa, l’Olympique de Marseille a fait vibrer ses supporters. Le club phocéen veut faire mieux, c’est-à-dire décrocher une qualification en Ligue des Champions. Pour le moment, Rudi Garcia peut s’appuyer sur le même effectif que la saison passée, renforcé par le vice-champion du monde Duje Ćaleta-Car. Toujours en attente d’un attaquant, le coach marseillais sait que son équipe a de quoi rendre une nouvelle fois fou les habitués du stade Vélodrome.

La course à l’Europe

L’arrivée en cours de saison d’Olivier Létang à la présidence ainsi que de Sabri Lamouchi sur le banc a permis au Stade Rennais de décrocher la cinquième place ainsi que le ticket européen qui va avec. Le mercato mêlant expérience (Grenier, Da Silva) et promesses (Siebatcheu, Del Castillo, Guitane), auxquelles on ajoute la jeunesse triomphante (Bourigeaud, Sarr, Léa Siliki, Gélin), donne fier allure au club breton et peut lui permettre de jouer au mieux sur les différents tableaux et prouver que la place du SRFC se situe bel et bien dans le haut du classement.

Pour les Girondins de Bordeaux, la saison a débuté le 26 juillet en Lettonie. Déjà engagés en C3, les Bordelais ont écarté Ventspils et doivent encore se frotter au FK Mariupol puis au vainqueur de La Gantoise – Jagiellonia pour accéder aux poules de la Ligue Europa. Entre temps, Bordeaux devra également aborder le championnat et ce sans Malcom (parti au FC Barcelone). En dépit du joli chèque encaissé, Gustavo Poyet doit faire sans son meilleur joueur, que tenteront de remplacer les deux recrues (Kalu et Bašić). L’Uruguayen aura pour objectif de rééditer la performance de l’an passé pour réaffirmer les ambitions du club, en passe d’être racheté par des Américains.

L’AS Saint-Étienne est revancharde, elle qui aurait pu décrocher une place européenne à la suite d’une formidable deuxième partie de saison. Les hommes forts de cette performance sont toujours là, tel l’entraîneur Jean-Louis Gasset. Ce dernier a vu l’international tunisien Wahbi Khazri débarquer dans le Forez. Une recrue de choix pour les Verts qui ont également enregistré la signature de Timothée Kolodziejczak au poste d’arrière gauche. Toujours soutenue par les fidèles de Geoffroy-Guichard, l’ASSE est déterminée à obtenir la carotte.

L’attraction de l’été à l’OGC Nice n’est autre que Patrick Vieira. Le champion du monde devient le troisième membre de l’équipe de 1998 à entraîner en Ligue 1 après Didier Deschamps et Laurent Blanc. Il devra faire avec le départ de certains cadres ainsi qu’avec le feuilleton Balotelli mais l’intéressé a vu l’arrivée de renforts qui promettent (Hérelle, Danilo, Atal). Les aiglons et leur nouveau coach ne manquent pas d’ambitions et auront la volonté de se qualifier pour la Ligue Europa afin de poursuivre le travail effectué par Lucien Favre, prédécesseur de Vieira sur le banc azuréen.

Avec la nomination de Miguel Cardoso à sa tête, le FC Nantes va connaître son quatrième entraîneur différent sur les trois dernières saisons. Cependant, le lusitanien diffère des Girard, Conceição ou Ranieri de par un style de jeu léché et attrayant. Avec un effectif à forte connotation brésilienne (cinq avec les venues de Fabio et Boschilia) mais dépourvu de l’emblématique capitaine Léo Dubois (parti à Lyon), les canaris veulent franchir un nouveau palier en décrochant un ticket pour les soirées européennes.

Longtemps dans la course à l’Europe, le Montpellier HSC a calé pour terminer 10ème du championnat. Un résultat plus qu’honorable un an après la disparition de Louis Nicollin, mais qui avait pourtant donné des regrets aux héraultais. Ces derniers veulent naturellement faire mieux et pour cela, ils s’appuieront sur leurs vertus défensives, symbolisées par le 3-5-2 de Michel Der Zakarian ainsi que par les prestations du gardien Benjamin Lecomte… tout en ayant renforcé le secteur offensif (arrivées de Delort, Mollet, Škuletić). Cela représenterait un nouvel hommage au président-fondateur du MHSC.

Ambitieux au départ, le LOSC Lille fut contraint de lutter pour sa survie dans l’élite pendant toute la saison dernière. Aujourd’hui, les Dogues ont une revanche à prendre. Si le club nordiste a encore recruté des jeunes joueurs, certains d’entre eux connaissent la L1 (Bamba, Ikoné) et ceux-ci seront encadrés par des noms ronflants à l’instar de Loïc Rémy ou José Fonte (vainqueur de l’Euro 2016). Une aubaine pour Christophe Galtier qui espère tout comme ses dirigeants lancer véritablement le projet #LOSCUnlimited. Le LOSC a aussi profité de l’été pour se refaire une santé financièrement (ventes d’Amadou, Bissouma et Malcuit).

La lutte pour le maintien

Cinquième meilleure attaque de Ligue 1 la saison passée, le Dijon FCO a décroché une superbe onzième place et séduit tous les suiveurs du championnat grâce à son jeu offensif. Une philosophie propre au coach Olivier Dall’Oglio qui ne sera pas reniée. Revers de la médaille, Dijon fut l’avant-dernière défense de la L1. Pour remédier à ce problème, trois renforts sont arrivés pour garnir ce secteur, dont le gardien islandais Rúnar Alex Rúnarsson (successeur de Reynet). Le DFCO a également réussi un gros coup en engageant Yoann Gourcuff et se pose en un candidat crédible au maintien… avant de peut-être espérer mieux.

C’est un nouveau cycle qui débute à l’EA Guingamp avec le départ de plusieurs cadres et des attentes élevées autour de certains jeunes qui doivent prendre au galon au cours de l’exercice qui s’annonce (Eboa Eboa, Traoré, Thuram, Julan). Qui plus est, le mercato fut des plus calmes puisque seul Nolan Roux est venu renforcer le groupe d’Antoine Kombouaré. Malgré tout, l’équipe compte encore des joueurs d’expérience. Pour l’EAG, l’objectif sera de se classer en milieu de tableau, même si le maintien reste la priorité dans les Côtes-d’Armor.

L’Amiens SC doit confirmer son excellente première saison dans l’élite, achevée au treizième rang. Convoité par différentes formations de L1, l’entraîneur Christophe Pélissier a choisi de prolonger l’aventure en Picardie et a été imité par plusieurs de ses éléments majeurs. Seuls Kakuta et Manzala ont plié bagage, obligeant à reconstruire la ligne d’attaque. Parmi les recrues figurent entre autres deux mondialistes, le Suédois Emil Krafth ainsi que le Polonais Rafal Kurzawa. L’ASC vise ainsi le maintien pour continuer sa progression dans la hiérarchie du football français.

Stéphane Moulin est à lui seul le symbole de la pérennité d’Angers SCO. Présent au SCO depuis huit ans, il détient le record de longévité dans un club parmi les entraîneurs des cinq grands championnats. Preuve qu’Angers a su se structurer au fur et à mesure des saisons, procédure qu’il souhaite poursuivre en 2018-19. L’ossature principale de l’équipe demeure, seul Karl Toko-Ekambi manque à l’appel (parti à Villarreal). Pour pallier à son départ sont notamment arrivés en Anjou Stéphane Bahoken et Harrison Manzala.

Sauvé en fin d’exercice, le RC Strasbourg s’attend à vivre pareil combat pour la saison qui s’annonce. Thierry Laurey ne se fait guère d’illusions et sait qu’il faudra que son groupe soit prêt à lutter. La formation alsacienne a voulu mettre tous les atouts de son côté en recrutant malin (arrivées de Sels, Mitrović, Thomasson, Sissoko, Ajorque) en complément des joueurs du cru à l’état d’esprit irréprochable (Grimm, Liénard). Soutenu par la ferveur populaire de la Meinau, le Racing doit se maintenir afin que le président Marc Keller puisse poursuivre son travail de restructuration.

Une nouvelle ère s’ouvre au SM Caen, autant dans le domaine administratif (Gilles Sergent devenant le nouveau président du club) que sportif. Auteur d’un travail remarqué au Paris FC, Fabien Mercadal s’installe sur le banc normand et a amené avec lui l’attaquant Malik Tchokounté, l’une des nombreuses recrues (Zelazny, Gradit, Oniangué, Ninga, Bammou…) du Stade Malherbe. Ayant achevé les deux précédentes saisons au dix-septième rang, Caen souhaite s’éviter des frayeurs et voudrait bien s’assurer un maintien sans encombre.

Maintenu par l’intermédiaire des barrages, le Toulouse FC a vécu un exercice éprouvant qui a amplifié la rupture entre le club et ses supporters, qui réclament un nouveau projet. Pour le mettre en place, les dirigeants toulousains ont fait appel à Alain Casanova qui avait dirigé le club entre 2008 et 2015. De retour chez lui, ce dernier aura pour mission de relancer le Téfécé afin de lui donner un nouveau souffle. Pour ce faire, des renforts intéressants sont devenus Violets (Reynet, Dossevi, Manuel Garcia, Bostock, Gradel) après les ventes d’Issa Diop et Alban Lafont.

Champion de Ligue 2 en ayant écrasé les records de la division, le Stade de Reims s’attaque désormais à un tout autre défi : le maintien en Ligue 1. David Guion a vu quatre de ses titulaires partir vers d’autres cieux dont le meneur de jeu Diego Rigonato et le capitaine Danilson Da Cruz. Le club champenois a compensé ces mouvements en engageant des joueurs disposant d’une petite expérience de l’élite (Romao, Suk, Dingomé) en plus de tenter des paris (Fontaine, Doumbia, Aktas). Les rouge et blanc doivent s’attendre à un championnat long et dans lequel il sera difficile de sauver sa peau.

De retour à ce niveau vingt-cinq ans après sa dernière apparition, le Nîmes Olympique sera le petit poucet de la saison 2018-2019. Mais les crocos ne lâcheront rien et joueront l’attaque quoi qu’il arrive. Point positif pour Bernard Blaquart : l’ossature de l’équipe promue est toujours là (dont le duo Bozok-Alioui). Pour défendre ses chances, le NO a pioché parmi les révélations de l’antichambre de l’élite (Bernardoni, Bouanga, Miguel, Lybohy). Une chose est sûre : les gardois lutteront vaillamment et pourraient réaliser l’exploit.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter