• Grille TV beIN SPORTS
Nantes : la saison de l’espoir
Photo Panoramic

Nantes : la saison de l’espoir

Brutalement retombé dans l’anonymat en deuxième partie de saison après un départ canon, Nantes peut se mordre les doigts de ne pas avoir cru à fond à sa chance européenne. Mais avec de belles révélations, un entraîneur qui arrive avec de nouvelles idées et une concurrence pas folichonne, les canaris pourraient très bien se mêler encore une fois à la chasse à la 5e place.

Un mercato maîtrisé

Nantes a très clairement joué la carte de la stabilité sur cette intersaison. Quatre départs seulement sont à déplorer, dont un seul titulaire indiscutable, Léo Dubois, qui avait signé à Lyon dès le mois de janvier. En outre, Stepinski, Thomasson et Bammou quittent la Jonelière. Si les deux derniers étaient intégrés à la rotation de Claudio Ranieri la saison dernière, on peut penser que leurs absences ne pèseront pas trop, surtout si elles sont bien compensées.

Du côté des arrivées, le président Waldemar Kita a su étoffer son effectif. Auteur de quelques belles apparitions l’année dernière, René Khrin a définitivement signé. Malgré la descente de Middlesbrough, Fabio a réalisé une saison pleine et nul doute que l’ex-international brésilien sera un remplaçant tout à fait honnête à Léo Dubois. Incapable de trouver un titulaire indiscutable à aligner à côté de Abdoulaye Touré dans l’entrejeu, Nantes a investi 4 millions d’euros à ce poste sur Lucas Evangelista, qui jouait l’année dernière à Estoril dans le championnat portugais et était spécialement réclamé par le nouvel entraîneur Miguel Cardoso. Enfin, et même si son option d’achat sera probablement inaccessible, l’arrivée en prêt de Majeed Waris apportera une vraie solution de talent en pointe ou sur une aile. L’ancien Lorientais est rompu aux joutes de la Ligue 1, lui qui a inscrit déjà 30 buts en deux saisons et demie chez nous, sous les couleurs des Merlus et de Valenciennes.

Ne manquant pas d’ambition, les dirigeants canaris ont poursuivi leur mercato jusque dans les derniers jours avant le début de saison en confirmant les prêts de Boschilia, attaquant polyvalent qui n’a jamais eu vraiment sa chance à l’AS Monaco, ainsi que de Matt Miazga, défenseur américain appartenant à Chelsea.

Si cet effectif sera celui qui entamera la Ligue 1, les dirigeants n’excluent pas d’ajuster encore le groupe en fonction des besoins.

Des talents conservés

Sans casser sa tirelire, Nantes a ainsi comblé son principal manque de la saison dernière : le talent sur les ailes. Le projet s’appuie largement sur des prêts et n’est donc peut-être pas très fiable à long terme, mais les canaris ont rempli leur objectif : fournir à Cardoso un effectif de qualité qui devrait lui permettre de jouer aisément la première partie de tableau.

La vraie réussite du club cet été réside dans sa capacité à conserver ses meilleurs joueurs. Léo Dubois excepté (son départ était acté dès janvier), toute l’épine dorsale des Jaune et Vert sera encore à La Beaujoire la saison prochaine, sauf transfert tardif. Tatarusanu, Diego Carlos, Rongier et Sala constituent une base solide, et peu d’équipes de Ligue 1 peuvent se targuer d’avoir une telle colonne vertébrale et de telles certitudes à chaque ligne.

La promesse du jeu

Sous réserve de résister aux derniers assauts (notamment pour Valentin Rongier et Emiliano Sala), Nantes a donc amélioré son équipe. Après avoir aligné trois coachs différents lors des trois dernières saisons, le club poursuit sa valse avec l’arrivée de Miguel Cardoso, qui a emmené Rio Ave en Coupe d’Europe contre la faveur de tous les pronostics. En arrivant avec un style résolument porté vers l’offensive et la possession de balle, Cardoso a ravi les supporters nantais qui rêvent de revivre les mêmes émotions que sous Conceição, le dernier entraîneur lusitanien du club. Certains joueurs, comme Valentin Rongier qui l’a publiquement déclaré, sont ravis des méthodes et intentions du nouvel entraîneur.

Au sein d’une Ligue 1 qui paraît particulièrement homogène en dehors du Big 4 (Paris, Lyon, Monaco, Marseille), Nantes a toutes les cartes en main pour jouer l’Europe. Aucune compétition européenne, un effectif renforcé par les recrues et l’expérience du passage de Claudio Ranieri, un coach qui arrive avec des résultats récents et un projet de jeu qui a fonctionné en Liga Sagres : tous les voyants sont au vert dans la cité des Ducs. Pour enfin revivre une aventure européenne, pour une première depuis 2005 ?

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter