• Grille TV beIN SPORTS
L’irrésistible ascension du Nîmes Olympique
Photo Panoramic

L’irrésistible ascension du Nîmes Olympique

De retour en Ligue 1 après vingt-cinq ans d'absence, le Nîmes Olympique était pourtant quasiment condamné au National il y a à peine trois ans. Retour sur la montée en puissance du club gardois.

2015-2016, Nîmes miraculé

En novembre 2014 éclate l’affaire des matchs truqués en Ligue 2. Le Nîmes Olympique est soupçonné d’avoir arrangé plusieurs rencontres afin d’assurer son maintien en deuxième division. Dans un premier temps, le club gardois est rétrogradé en National avant de se voir infliger huit points de pénalité pour la saison 2015-2016 de L2 après que le président Christian Perdrier ait fait appel de la sentence.

Ce déficit semble peser sur les Nîmois qui doivent attendre neuf journées pour s’adjuger un premier succès avant de combler leur total négatif le week-end suivant. Puis arrive la coupe de France. Nîmes se déplace à Frontignan et l’emporte aux tirs au but. Cependant, l’entraîneur José Pasqualetti démissionne à l’issue de la rencontre. Il est remplacé par Bernard Blaquart, alors directeur du centre de formation. Mais le NO reste scotché à la dernière place.

Après la trêve hivernale, les crocos retrouvent du mordant et réalisent un carton lors du mois de janvier (quatre succès consécutifs) qui va leur permettre, au soir de la 23ème journée, de ne plus être relégables. Emmené par ses cadres (Harek, Maoulida, Koura, Mounié…), Nîmes va continuer sur sa lancée pour obtenir un maintien tranquille ainsi qu’une 14ème place au classement final. Cette performance, qu’aucun n’imaginait en début de saison, est une première étape.

2016-2017, transition plus que réussie

Au début de cet exercice, il y a du changement dans l’organigramme nîmois puisque Christian Perdrier quitte la présidence du club, remplacé par Rani Assaf. Sur le terrain, le NO prend une nouvelle fois un assez mauvais départ (zéro victoire lors des cinq premiers matchs).

Mais la formation de Bernard Blaquart ne va cesser de remonter au classement durant la saison grâce à son jeu offensif, à son état d’esprit et à ses hommes forts qui ne sont autres que Rachid Alioui (13 buts), Téji Savanier (13 passes décisives), Anthony Briançon ou encore Larry Azouni. Si bien que Nîmes est troisième à quatre journées de la fin de la saison. Hélas, un revers aux Costières face à Auxerre sera fatal aux gardois, qui rétrograderont au sixième rang et ne le quitteront plus.

Cette saison a malgré tout été positive à plus d’un titre. Nîmes a fait partie des six équipes pouvant prétendre à l’accession lors de la fameuse dernière journée et de nombreux jeunes se sont révélés (Marillat, Alakouch, Valls, Thioub). De plus, Bernard Blaquart a été élu meilleur entraîneur de Ligue 2. De bon augure avant 2017-2018.

2017-2018, l’apothéose

Durant l’intersaison, Nîmes a brillamment réussi ce que bien d’autres clubs aimeraient : conserver ses meilleurs joueurs. Mis à part Azouni, les pièces maîtresses de l’effectif gardois n’ont pas quitté le navire (Harek, Briançon, Savanier, Alioui…). De plus, le recrutement mené par le coordinateur sportif Laurent Boissier s’est révélé brillant. Umut Bozok en est le symbole. Arrivé en provenance de Marseille Consolat, le franco-turc sera la révélation de la saison. D’autres recrues furent d’importance à l’instar de Baptiste Valette, Olivier Boscagli, Pierrick Valdivia ou encore Romain Del Castillo.

Encore une fois, Nîmes réalise un départ assez moyen mais intègre le haut du tableau à la mi-septembre. Le jeu offensif et l’attaque de feu des gardois leur leur permettront de prendre la deuxième place de Ligue 2, position que le NO n’a plus quitté depuis la 16ème journée. Le duo Bozok-Alioui (41 buts à eux deux) devient l’arme fatale de Nîmes et fait le bonheur des supporters. On peut également souligner les performances de Baptiste Valette qui a su, au fur et à mesure de la saison, faire sa place dans les cages nîmoises.

Lors de la 37ème journée, Nîmes peut officialiser sa montée en Ligue 1 à condition de réaliser un meilleur résultat que l’AC Ajaccio. Pour l’occasion, plus de 17 000 personnes sont présentes dans un stade des Costières en effervescence. Les gardois n’ont pas fait de détails contre le Gazélec (succès 4-0) et ont pu faire la fête avec leur public puisque l’ACA a été tenu en échec à Auxerre. Le Nîmes Olympique va retrouver l’élite vingt-cinq ans après sa dernière apparition.

La montée de Nîmes en Ligue 1 est le fruit d’un travail de longue haleine, mené depuis près de trois ans, époque où “le club était moribond, avec une image déplorable et catastrophique” dixit Bernard Blaquart. Désormais, le Nîmes Olympique a refait sa réputation et est prêt à en découdre au niveau supérieur. Sans oublier où il en était il y a trois ans.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter