• Grille TV beIN SPORTS
Golden State ou la recette du pain d’épices
Photo Panoramic

Golden State ou la recette du pain d’épices

Privés de leur meneur star pour quelques semaines, il était intéressant d’observer comment les Warriors allaient évoluer pour pallier cette absence. De quoi en tirer certains enseignements.

Difficile de vraiment paniquer quand on est fan de Golden State et que l’on voit un de ses joueurs, même phare, quitter ses co-équipiers, tant le roster des Warriors est dense en qualité. Après tout, ajouter un Kevin Durant à un met déjà très savoureux, c’était presque la garantie d’en faire un plat d’exception. Mais quand un ingrédient de base manque à une préparation, le reste s’en trouve faussé, peu importe que vous ayez une nouvelle épice rare sur l’étagère.

Vous l’aurez compris, l’ingrédient en question dans cette métaphore est évidemment Stephen Curry. Il a peut-être un nom épicé, mais son rôle et son importance, fondamentales, tiennent aujourd’hui plus du fond de tarte que de la cerise sur le gâteau.

Il était donc intéressant de voir comment Steve Kerr allait faire évoluer son équipe en son absence, et si Kevin Durant allait prendre les choses en main pour assurer le leadership, malgré ce que le coach clamait récemment :

« J’ai vu cette équipe il y a deux ans, sans Kevin (Durant), gagner des matchs de playoffs sans Steph. Nous avons battu Houston au premier tour et Steph a manqué quatre matchs. Il a joué une partie du Game 1 et du Game 4, il a raté la majeure partie de la série et nous avons gagné en cinq matchs. Puis nous avons joué Portland au tour suivant et nous avons gagné deux matchs sans lui. Alors que l’équipe était très différente puisqu’il n’y avait pas Kevin Durant. Nous sommes donc totalement capables de battre n’importe qui, que ce soit en saison régulière ou en playoffs, sans Steph. » – Steve Kerr

Pour répondre à ces interrogations, basons nous sur quatre matchs joués par les Warriors en février et mars, lors desquels KD a réalisé ses plus grosses performances au scoring. Quatre rencontres donc loin d’être anodines, qui plus est lorsqu’elles sont toutes synonymes de défaite pour la franchise.

 

 

Pour mettre encore d’avantage en perspective ces chiffres, il faut préciser que Curry était absent lors de 3 de ces 4 matchs.

La question que l’on est alors en droit se poser est de savoir si malgré les performances de Durant, l’équipe a marqué autant de points qu’avec la présence combinée de Curry ? Et la réponse est non. Avec 107 / 117 / 108 et 103 points, on est – à ce moment là – en dessous de la moyenne des Warriors sur la saison, à savoir 115.6 points.

On peut donc penser que Kevin Durant a pris ses responsabilités de leader, mais que le reste de l’équipe n’a pas fait son travail au scoring.

Si on descend dans la « hiérarchie » des stars de l’équipe, quid de Klay Thompson sur ces quatre rencontres ? Il a pour sa part marqué 17 / 25 et 21 points (il était également absent le 10 janvier contre les Clippers), remplissant donc tout à fait son rôle au tableau de marque.

Le fond du problème peut donc plutôt venir de la répartition du scoring : en l’absence certes très préjudiciable de Curry, c’est peut-être moins à Durant qu’au reste du 5 et au banc de combler le déficit, toute star en puissance qu’il est. Le premier tour des playoffs nous en dira certainement plus, mais si KD amène du piment à la recette, sans l’équilibre des saveurs le plat perd pourtant en goût.

  1. Pingback: Playoffs NBA 2018 – Preview à l’Ouest - beIN SPORTS Your Zone - Partagez votre passion et votre expertise du sport

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter