• Grille TV beIN SPORTS
La NBA dans une nouvelle ère
Photo Panoramic

La NBA dans une nouvelle ère

Réputée comme étant une Ligue où l'argent est la première priorité de ses acteurs, la NBA semble connaître une (r)évolution depuis quelques mois, qui voit certains de ses meilleurs joueurs sacrifier les billets verts pour maximiser leurs chances de décrocher le titre suprême. Une changement qui ne semble pas faire l'unanimité.

Les chiffres donnent le tournis. Aujourd’hui, 8 joueurs de la plus grande Ligue de basket-ball du monde ont un contrat leur garantissant plus de 140 millions de dollars sur plusieurs années. Depuis sa création, la NBA s’est organisée comme une Ligue fermée avec pour première règle l’existence d’un salary-cap identique pour toutes ses franchises.

Régulièrement revu à la hausse, du fait de l’explosion des recettes liées aux droits TV, au merchandising et à la billetterie, il permet aujourd’hui aux 30 franchises NBA de répartir 101 millions de dollars entre leurs différents joueurs. Pour simplifier, ce système a pour principale vertu de conserver une certaine équité entre les équipes qui peuvent toutes, quels que soient leurs résultats, proposer potentiellement les mêmes salaires aux joueurs libres. C’est ainsi que les effectifs se sont construits au fil des années, avec une hiérarchie en leur sein, déterminée par les montants des contrats corrélés au talent de leurs détenteurs.

La révolution des Golden State Warriors

Le 4 juillet 2016, cet équilibre a été renversé par la signature complètement inattendue de Kevin Durant aux Golden State Warriors. MVP un an plus tôt et plus proche que jamais de battre ces mêmes Warriors avec son équipe d’Oklahoma City et son acolyte Russel Westbrook, il décide de rejoindre l’armada californienne, alors auteure de la meilleure saison régulière de l’histoire de la NBA, et de prolonger son contrat l’année suivante en faisant une croix sur 9 millions de dollars par an.

Cette année, la franchise de la baie d’Oakland est même parvenue à éclipser la signature de Lebron James aux Lakers en réussissant le coup de maître de recruter DeMarcus Cousins, le meilleur pivot de toute la Ligue, pour seulement 5 millions de dollars par an. On est bien loin des 35 millions annuels auxquels il pouvait prétendre et que de nombreuses franchises étaient prêtes à lui donner. Mais comment analyser ces signatures, vues d’un très mauvais oeil par la plupart des fans de NBA ?

Moins d’argent, moins d’honneur, moins de rivalité

Si l’on essaie de se mettre dans la peau des joueurs, on ne peut que saluer leur décision de privilégier le succès sportif à l’appât du gain. En effet, l’essence même du sport réside dans cette recherche prioritaire de l’excellence et de la victoire.

Cependant, deux éléments peuvent expliquer les réactions des fans. Premièrement, ces décisions ont été mal reçues du fait du passif des deux joueurs. Comme expliqué précédemment, Kevin Durant semblait être la principale menace pour les Warriors depuis quelques années ; son choix de s’allier a été vécu comme une véritable trahison par les fans du Thunder et de NBA en général. Le choix de la facilité et un manque criant de courage (pour les remarques les plus polies) ont été les principaux reproches faits au n°35.

De même, DeMarcus Cousins a clamé haut et fort sa rivalité avec les Warriors avant de faire lui-même la démarche de les contacter pour les rejoindre ! Leur image à travers le monde en a pris un sérieux coup et leurs choix respectifs pourraient remettre en cause la marque qu’ils auraient pu laisser dans l’histoire de la NBA.

La NBA peut-elle (doit-elle) intervenir ?

Le deuxième point d’insatisfaction des fans réside dans la perte d’intérêt sportif de la NBA. Alors que la saison 2018-2019 est encore loin d’avoir débuté, les dés semblent déjà jetés et on ne voit pas comment le titre (et les suivants ?) pourraient échapper à cette armada. Déjà ultra-dominateurs depuis plusieurs saisons, les coéquipiers de Stephen Curry semblent évoluer à un niveau largement supérieur de celui de leurs adversaires.

Alors la NBA doit-elle agir ? Si elle veut conserver son attrait et donc ses revenus, on serait tenté de répondre par l’affirmative. En effet, une Ligue jouée d’avance risque de ne pas attirer de nouveaux fans, ce qui reste pourtant la priorité de la NBA. Ses grandes heures ont d’ailleurs été celles de ses plus grandes rivalités entre Lakers et Celtics ou Bulls et Pistons par exemple. Malheureusement, les moyens dont elle dispose sont bien minces pour lutter contre ce genre de mouvements, car il semble impossible de déterminer un seuil plafonnant les niveaux supposés des équipes.

Quelle évolution espérer ?

Si l’institution ne peut pas intervenir, la balle est donc dans le camp des franchises et des joueurs eux-mêmes. A leur niveau, les adversaires des Warriors doivent faire le maximum pour mettre fin à cette hégémonie. Que ce soit les franchises, en recrutant malin pour contrer cette équipe, ou les meilleurs joueurs en refusant de céder à la facilité et en se battant avec leurs armes pour la faire chuter.

Il est clair que l’équipe et les joueurs qui mettront fin à cette domination occuperont sans aucun doute une place particulière dans l’histoire de la NBA. Nous n’avons plus qu’à faire confiance aux Rockets de Harden et CP3, aux Lakers de Lebron James, aux Celtics de Brad Stevens et aux nouvelles pépites de la Ligue que sont Joel Embiid, Giannis Antetokounmpo, Ben Simmons et bien d’autres encore pour réussir à rendre à la NBA et à ses fans les rivalités et les combats épiques qu’ils méritent.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter