• Grille TV beIN SPORTS
RK Metaloplastika Šabac : les extraterrestres du handball yougoslave (1979-1988)
Photo Panoramic

RK Metaloplastika Šabac : les extraterrestres du handball yougoslave (1979-1988)

Le Metaloplastika de Šabac fut l'une des meilleures équipes d'Europe dans les années 1980, années durant lesquelles la Yougoslavie vacille d'un point de vue politique mais se porte bien au niveau des sports collectifs (en particulier au football, en basket et en handball). Grâce à ce club, le pays fait alors partie des valeurs sûres du handball mondial. Retour sur cette période faste du club.

Créé en 1958 à Šabac (ville située à environ 80 kilomètres à l’ouest de Belgrade) sous le nom de Partizan, puis de Mačva dix ans plus tard, ce club joue dans les championnats locaux. Aleksandar Trifunović, directeur de l’entreprise Metaloplastika, rachète le club à l’été 1970, au bord de la faillite, en change le nom pour lui donner celui de l’entreprise spécialisée dans la céramique et la faïence et entame une réorganisation qui sera un succès. Après avoir accédé à la 1ère division du championnat yougoslave en 1974, Metaloplastika parvient à se stabiliser dans les années 1970 avec des joueurs qui vont prendre une grande importance pour les années à venir : Veselin Vuković et surtout Mile Isaković. Entre temps, le club inaugure sa nouvelle salle Zorka en 1976 face au champion de l’époque le Borac Banja Luka.

Le Metaloplastika devient une force montante du handball yougoslave dès 1979 à partir du moment où les jeunes de l’effectif comme Isaković, Vuković, puis Slobodan Kuzmanovski se font leurs places auprès du nouvel entraîneur Sead Hasanefendić, qui fait aussi venir un des futurs joueurs clés du succès à venir du club : le Monténégrin Veselin Vujović, âgé de 17 ans à l’époque. Le Metaloplastika remporte sa 1ère coupe de Yougosavie en 1980 contre Celje ce qui lui permet de jouer la Coupe des Coupes. L’année suivante, pour la 1ère campagne européenne de son histoire, le club de Šabac, qui a vu également l’arrivée du gardien Mirko Bašić, atteint les demi-finales et s’incline face à l’Empor Rostock (RDA) sur le score cumulé de 34:33. Mais cette défaite sera un point de départ vers la domination du handball yougoslave pour les années à venir. En effet, le club va engrangé 7 titres de champion de Yougoslavie de suite entre 1982 et 1988 ainsi qu’ajouté 3 coupes à son palmarès, et recruté dans son effectif d’autres grands joueurs tels que Zlatko Portner et Jovica Cvetković. Le club est entraîné par deux personnages qui sont aussi importantes dans les succès européens du club : Zoran Živković (également sélectionneur de la Yougoslavie) et Aleksandar Pavlović, avant que Sreten Filipović ne devienne lui le nouveau président du club. Metaloplastika va entre 1982 et 1988 atteindre au moins les demi-finales de la Coupe d’Europe des Clubs champions.

Lors de leur 1ère saison en C1 en 1982-1983, Isaković et ses coéquipiers (champions de Yougoslavie de handball pour la 1ère fois en 1982) sortent le Steaua Bucarest aux tirs aux buts 5:4 après un match nul au score cumulé 40:40 en huitième de finale, puis en quart de finale ils parviennent à sortir la Honved de Budapest (champion d’Europe en titre) sur le score cumulé de 47:39. Ils atteignent les demi-finales mais se font sortir par le CSKA Moscou sur le score cumulé de 42:39 après avoir gagné le match aller par six buts d’écart. La saison suivante, le Metaloplastika est placé parmi les favoris à la victoire finale. Après avoir sorti le Heim Göteborg, THW Kiel et la Honved de Budapest, Veselin Vujović et ses coéquipiers passent tout près de leur 1er titre de champion d’Europe puisque l’équipe perd justement Veselin Vujović sur une blessure. Après avoir perdu le match aller sur le score de 21:17, le Metaloplastika doit s’incliner aux tirs au but 4:2 après avoir gagné le match retour à domicile sur le même score de 21:17, portant le score cumulé à 38:38. Pourtant certains joueurs de cette équipe contribuent à faire de la Yougoslavie une place forte dans le handball mondial comme le montre le second sacre olympique de son histoire la même année. Mais lors de leur 3ème saison en Coupe d’Europe des Clubs champions, les joueurs du Metaloplastika deviennent des extraterrestres sur la scène européenne et réussissent l’exploit de terminer invaincus tout au long de la compétition. Après avoir sorti le Škoda Plžen sur le score cumulé de 64:44 en huitième de finale, le Steaua Bucarest en quart (44:37), puis le FH Hafnarfjördur en demi-finale (62:38), le Metaloplastika s’offre la section handball de l’Atlético Madrid en finale. Après s’être imposé à domicile sur le score de 19:12, les Colchoneros pensent prendre une revanche pour obtenir un 1er sacre européen et ce devant leurs 15000 spectateurs et espèrent imiter leurs compatriotes du Barça, qui a conservé son titre en Coupe des Coupes face au CSKA Moscou après avoir remonté 7 buts d’écart et l’avoir emporté grâce à la règle du but à l’extérieur (30:23 à Moscou, puis 27:20 à Barcelone pour le score cumulé de 50:50). Mais Metaloplastika réalise une performance digne d’un très grand club d’Europe puisqu’il s’impose 30:20 sur le parquet madrilène, ce qui lui vaut non seulement d’être salué par certains supporters de l’Atlético, qui sont descendus sur le terrain, mais aussi d’établir deux records : être le 1er club à gagner une confrontation après avoir inscrit 30 buts en un seul match à ce stade de la compétition, et s’imposer au cumulé avec 17 buts d’écart, ce qui constitue le record de l’histoire de la Coupe d’Europe des Clubs Champions (et il ne sera plus jamais battu). On reprend les mêmes et on recommence la saison suivante quand Metaloplastika réalise le 1er et seul triplé de son histoire en 1986. En C1, après avoir sorti ses compatriotes du Borac Banja Luka (48:44), le SC Magdebourg (63:49) et le Steaua Bucarest (45:41), Metaloplastika et son effectif inchangé parvient à défendre son titre de champion d’Europe mais c’est plus difficile face aux Polonais du Wybrzeze de Gdansk. Après sa défaite au match aller 29:24, le Metaloplastika réussit à rattraper son retard en gagnant 30:23 pour porter le score cumulé à 54:52. Le tout avec Mile Isaković et Veselin Vujović au sommet de leurs carrières, qui réussissent à l’hiver 1986 à offrir à la Yougoslavie son 1er et seul sacre mondial face à la Hongrie sur le score de 24:22 sur les terres helvètes. Dans cette équipe, sur les 16 joueurs que compte la sélection, 7 viennent alors de Metaloplastika (Isaković, Vujović, Vuković, Cvetković, Portner, Bašic et Mrkonja).

L’année 1987 marque un 1er coup d’arrêt puisque le finaliste prend sa revanche en demi-finale et élimine le Metaloplastika Šabac sur le score cumulé de 57:52, et l’année suivante va elle annoncer non seulement la fin d’un cycle mais plus tard le déclin du club via deux événements. Lors d’un match du championnat yougoslave de handball face à un concurrent au titre, le Pelister Bitola, la rencontre se termine par une bagarre générale. A l’origine, un supporter du Pelister félicite son gardien pour avoir repoussé un penalty de Mile Isaković, ce qui lui vaut un carton jaune pour son comportement illicite ; puis Mile Isaković et Veselin Vujović protestent auprès des arbitres pour ne pas avoir arrêté le chronomètre et certains joueurs du Pelister viennent affronter physiquement les joueurs du Metaloplastika. A partir de là, plus personne ne maîtrise la situation : le gardien de Šabac Dejan Lukić reçoit des projectiles provenant du public de Bitola, Mile Isaković reçoit lui aussi des blessures de la part de deux joueurs du Pelister, dont un qui sera suspendu à vie, et l’autre qui ne jouera pas pendant trois ans. Le club  écope lui de six matchs à huit clos (dont un match de Coupe de Yougoslavie). Quant aux joueurs du Metaloplastika, certains d’entre eux sont aussi sanctionnés lourdement comme Veselin Vujović et Mile Isaković qui sont sanctionnés d’abord respectivement de 9 mois et un an, avant que cette peine ne soit réduite à six matchs chacun. Malgré cela, le Metaloplastika parvient à obtenir son 7ème et dernier titre de champion de Yougoslavie consécutivement. Le 2ème événement qui va marquer la fin d’un cycle est la demi-finale perdue de justesse face à la section handball du CSKA Moscou, qui est composée d’un futur grand joueur de handball en la personne de Talant Dujshebaev : après un match nul 24:24 à l’aller, le Metaloplastika a la balle de match à 2 secondes de la fin devant le public moscovite. Veselin Vujović doit marquer ce but précieux pour une qualification en finale sur un tir à 9 mètres, mais le gardien adverse repousse et maintient le score à 16:16, résultat qui permet à l’Armée Rouge de se qualifier pour la finale grâce à la règle du but à l’extérieur (performance rééditée en finale face au TUSEM d’Essen sur le score total de 36:36). Cette élimination marque la fin d’une génération de très grands joueurs qui ont contribué à faire de la Yougoslavie une place forte du handball mondial et certains d’entre eux sont en partance pour l’étranger, dont les deux meilleurs joueurs mondiaux des années 1980 que sont Veselin Vujović qui part au FC Barcelone, et Mile Isaković (meilleur buteur de l’histoire du club) qui lui s’en va à l’US Créteil présidé par le frère de Bernard Tapie, Jean Claude.

Depuis la fin des années 1980, le Metaloplastika Šabac n’a plus jamais retrouvé sa gloire (les guerres de l’ex-Yougoslavie lui seront fatales). Après la guerre, le club tente tant bien que mal de se refaire une santé sportivement parlant et deux coups d’éclats ont lieu en 2014 et 2016. Tout d’abord c’est une finale de Coupe Challenge face aux Suédois de l’IK Sävehof, qui doit se jouer sur deux matchs. Mais la ville de Šabac subit de grandes inondations, provoquant d’importants dégâts matériels, et la salle Zorka n’y échappe pas, ce qui oblige l’EHF à faire jouer la finale uniquement sur un match. Et c’est le club suédois, qui non content d’avoir le privilège de recevoir, s’impose lourdement face aux Serbes sur le score de 37:26. Le second coup d’éclat est la victoire finale en Coupe de Serbie en 2016 face au champion de Serbie, le Vojvodina Novi Sad, sur le score de 26:24. Le club ne retrouvera probablement jamais son passé glorieux des années 1980 et, avec la nouvelle réforme scandaleuse promulguée par l’EHF qui fait passer le critère financier au premier plan devant la méritocratie sportive, n’a aucune certitude de jouer la compétition élite du handball européen à laquelle il n’a plus participé depuis l’édition 1988-1989 (sorti en huitième de finale par le futur champion d’Europe le SKA Minsk), et ce même en obtenant un titre de champion de Serbie dans les années à venir.

 

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter