• Grille TV beIN SPORTS
Pays de Galles : nouveaux contrats pour les stars de la sélection
Photo Panoramic

Pays de Galles : nouveaux contrats pour les stars de la sélection

Eté 2014, rapellez-vous. La fédération galloise, la Welsh Rugby Association (WRU), est au bord de la rupture. En cause, un sérieux désaccord avec les quatre franchises domestiques (Cardiff Blues, Scarlets, Ospreys et Dragons) qui contestent  leur obligation de libérer trop souvent leurs joueurs qui partent en sélection et s’insurgent aussi contre le trop grand exode des stars vers la France ou l’Angleterre. Il est vrai que les départs médiatiques en France de Leigh Halfpenny à Toulon, de Jamie Roberts au Racing ou de Jonathan Davies à Clermont, pour ne citer qu’eux George North, Matthew Morgan, Richard Hibbard, Owen Williams et d’autres jouant en Angleterre), ont lourdement affaibli la compétitivité des équipes galloises face à leurs concurrents européens en Guiness Pro 12 ou en European Rugby Cup.

L’an dernier, Sam Warbuton, l’emblématique capitaine gallois, était annoncé du côté de Toulon. Afin d’éviter le désastre, la WRU à l’image de ce qui peut se passer dans l’hémisphère sud, en Irlande ou en Ecosse, avait sorti le carnet de chèques et signé un contrat en direct avec le joueur qui restait ainsi au bercail. L’ironie du sort ? En début de saison, Warburton, toujours en raison des griefs entre la WRU et les provinces galloises, se trouvait pourtant sans club. Heureusement, l’hérésie a pris fin et une solution globale a été trouvée à la rentrée. Et Sam Warburton a pu rejouer avec son équipe des Cardiff Blues.

A quoi ressemblent ces dual contracts ?

Inspirés du modèle sud-africain, les dual contracts prévoient que les salaires des joueurs concernés seront pris en charge conjointement par la province, à hauteur de 40%, et par la WRU, à hauteur de 60%. Pour l’occasion, la fédération galloise a débloqué une enveloppe supplémentaire de 3,3 millions de livres (4,16 millions d’euros) afin de participer à ces salaires redevenus compétitifs. Dorénavant, dans le cadre de ce nouvel accord, la WRU versera plus de 8,7 millions de livres (10,9 millions d’euros) aux quatre provinces galloises. Le joueur devra obligatoirement jouer pour sa province d’origine mais si aucun accord n’est trouvé, il pourra négocier avec l’une des trois autres provinces.

En contrepartie, la province doit libérer ses joueurs à des périodes données et les ménager tout au long de la saison. Par exemple, Sam Warburton ne devra joueur que 16 matchs de saison régulière avec les Blues en 2014-2015. Enfin chaque joueur sera personnellement suivi et monitoré par l’encadrement de la sélection galloise.

Aujourd’hui, 12 joueurs ont été choissis par le sélectionneur Warren Gatland et ont entre leurs mains ces fameux contrats (Alun Wyn Jones, Dan Biggar, Rhys Webb, Samson Lee, Toby Faletau, Alex Cuthbert, Rhodri Jones, Hallam Amos, Tyler Morgan, Scott Williams, Gareth Anscombe). Il faut également ajouter à cette liste le ftout nouveau flanker des Dragons, Dan Lidyate, qui avait le 30 octobre dernier résilié son contrat avec le Racing-Métro.

A terme, ce sont en 20 et 25 joueurs qui sont visés. Les stars évoluant à l’étranger, ou celles aspirant à y partir, pourront dès lors trouver au Pays de Galles un environnement attractif. L’initiative galloise est vraiment forte et les moyens importants. L’objectif est simple : revenir sur le devant de la scène européenne (Guiness Pro 12 et Coupe d’Europe) pour les franchises et tutoyer les sommets internationaux pour le XV du Poireau.

Et le XV de France dans tout ça ?

On est bien loin de la situation française où la Ligue Nationale de Rugby et la Fédération Française de Rugby n’arrivent pas à s’entendre sur la question du XV de France où les sélectionneurs ont du mal à construire durablement un groupe et les clubs se plaignent de voir partir leurs stars sans dédommagements financiers et sportifs (ah, les fameux doublons…). Si, à l’image de toutes les grandes sélections, le XV de France veut être compétitif sur la durée, il peut clairement s’inspirer de la démarche galloise. L’actuelle convention LNR/FFR est trop limitative et ne voit pas sur le long terme. La Fédération avance en ce sens avec le rugby à sept où des joueurs sont sous contrat directement avec la Fédération, en vue des Jeux Olympiques de Rio en 2016. Comme quoi, impossible n’est pas français !

Sources : BBC Sports, Wales Online, Rugbyrama

 

 

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter