• Grille TV beIN SPORTS
Tennis : les Awards 2017 du Vestiaire (1ère partie)
Photo Panoramic

Tennis : les Awards 2017 du Vestiaire (1ère partie)

Cela fait maintenant trois semaines que nous n’avons plus de nouvelles de la petite balle jaune. Il y a vingt jours, l’équipe de France de Coupe Davis soulevait le saladier d’argent face à la Belgique et mettait un point final à une année 2017 riche en émotions, qui aura vu le retour au premier plan de deux des plus grands joueurs de l’histoire du tennis moderne. La rédaction du Vestiaire du Sport a voté dans différentes catégories et vous propose quelques lauréats pour cette année. À noter qu’on n’enverra absolument rien aux vainqueurs pour deux raisons : la première est qu’on n'a pas les moyens de fabriquer des Awards, la deuxième est que l’ensemble des sportifs que l’on va honorer ne nous connait pas.

Joueur de l’année

Décidément, les années passent mais ne se ressemblent pas. On avait quitté fin 2016 avec deux des plus grands joueurs du tennis moderne (Federer, Nadal) au fond du gouffre avec une 17ème place pour le premier cité et une triste 9ème place pour le deuxième. On les retrouve dix mois plus tard en train de trôner aux deux premières places du classement ATP avec deux titres du Grand Chelem chacun, trois Masters 1000 pour Federer et deux pour Nadal.

Clairement, le titre de meilleur joueur de l’année se joue entre ces deux-là. Chacun aura connu sa période de gloire avec un Federer qui a raflé les trois premiers grands titres de l’année (Open d’Australie, Indian Wells, Miami). Nadal a lui remporté Madrid et Roland-Garros quand Federer zappait tout bonnement l’intégralité de la saison sur terre battue. Lors de la saison sur gazon, c’est Federer qui a réussi à remporter Halle et Wimbledon quand Nadal ne remportait aucun titre. L’Espagnol s’est adjugé la partie de saison sur dur en remportant l’US Open mais Federer a fait mieux sur cette même surface et en salle en remportant Shanghai et Bâle avec une demifinale aux Masters de Londres… alors que Nadal ne remportait plus aucun titre et ne participait pas à la dernière compétition de la saison en Angleterre.

La rédaction se divise. Paul donne ce titre honorifique à Roger Federer pour sa capacité à avoir su gérer sa saison et sa remontée plus forte au classement (17 > 2 contre 9 > 1 pour Nadal). Alex met Rafael Nadal en vainqueur, peut-être parce qu’il est fan du taureau de Manacor tout simplement.

Joueuse de l’année

Difficile de dire qui a été la meilleure sur cette année 2017 tant les résultats des différentes joueuses sont inégaux. Quatre joueuses différentes ont remporté les tournois du Grand Chelem (S. Williams, J. Ostapenko, G. Muguruza, S. Stephens), ce qui ne permet pas de dégager une vainqueure. Du coup, on s’est basé sur la plus régulière.

A ce jeu-là, la rédaction est unanime et donne le titre à Simona Halep la Roumaine. En plus de terminer la saison n°1 mondiale, elle a été en finale à Roland-Garros, Pékin et Cincinnati et a remporté le tournoi de Madrid. Sur ce titre honorifique, il y a débat et on sait que bon nombre ne seront pas d’accord avec nous. On vous invite donc à donner votre avis sans nous insulter dans les commentaires tout en bas.

Flop masculin de l’année

Ils étaient pas mal à être nommés dans cette catégorie. On pense à Djokovic, Nishikori, Wawrinka, mais on a décidé de donner le titre à Andy Murray. Pourquoi ? Tout simplement parce que l’Ecossais sortait d’une saison énorme en 2016. Il avait fini par tout rafler, même la place de n°1 mondial et lorsqu’on regarde le classement, on se rend compte qu’il végète aujourd’hui à une bien triste 16ème place au classement ATP. Blessé à la hanche, le Britannique n’a plus joué après Wimbledon. Bilan : zéro titre et 15 places perdues au classement. Merci Andy mais pour cette saison moisie, tu remportes le trophée qu’on envoie directement chez ta mère. Ca te fera au moins un titre et évidemment, comme un titre reste un titre, tu pourras poser avec sur ton compte Twitter.

Flop féminin de l’année

Celui-là, il n’était pas difficile à donner. Après une saison 2016 magique achevée à la première place mondiale, l’Allemande Angélique Kerber est redescendue à une bien pâle 21ème place au classement WTA. Au bilan de sa saison, une seule finale à Monterrey, une sortie au premier tour de Roland Garros et de l’US Open, pas mieux qu’un huitième de finale en Australie et à Wimbledon et six autres tournois où elle n’a pas passé le premier tour. Autant dire qu’elle a tout fait pour l’avoir. Bravo à toi Angelique, tu t’es battue, tu l’as eu et comme ton pote Andy, tu nous gratifies d’un zéro pointé sur l’année en terme de titre.

Espoir masculin de l’année

On reste au pays de la bière puisque c’est un Allemand qui remporte notre Award du meilleur espoir masculin de l’année. On parle évidemment d’Alexander Zverev qui a connu une saison magnifique. Il a remporté cinq titres : les Masters 1000 de Montreal et Rome, Washington, Montpellier et Munich. Au classement, il est passé de la 20ème place au classement à la 4ème, au pied du podium (qu’il a d’ailleurs connu avant d’être doublé lors du dernier tournoi de la saison par Grigor Dimitrov). 54 victoires – 21 défaites, 72% de succès pour ce talentueux joueur qui n’a que 20 ans. Le Vestiaire du Sport lui prédit un avenir radieux.

Espoir féminin de l’année

La bonne nouvelle de cette année 2017 pour le tennis féminin, c’est qu’on a découvert une joueuse bourrée de talent : Jelena Ostapenko. A même pas 20 ans, elle a remporté son premier titre du Grand Chelem sur terre battue à Roland-Garros alors qu’elle n’était même pas tête de série. Hormis ce magnifique titre, elle a aussi remporté le tournoi de Séoul, été en 1/4 de finale de Wimbledon et en finale du tournoi de Charleston. 44ème joueuse mondiale au début de l’année, la Lettone a connu une ascension fulgurante pour terminer l’année 2017 à la 7ème place mondiale. 44 victoires – 20 défaites, 68% de victoires, bravo ma petite, on t’envoie ton Award directement à Riga même si le Chronopost va nous coûter un bras.

Plus beau match de l’année

On a rarement autant vibré que lors de ce match de début d’année entre Rafael Nadal et Grigor Dimitrov en demi finale de l’Open d’Australie 2017. Cinq heures de match pour cinq sets entre deux hommes qui ont fini cuits comme des rôtis. Score final : 6/3, 5/7, 7/6, 6/7, 6/4 en faveur de l’Espagnol qui s’inclinera deux jours plus tard en finale face à Roger Federer, là encore en cinq sets. Deux autres matchs auraient pu remporter le titre (Federer-Nadal en finale de l’Open d’Australie et Federer-Kyrgios à Miami) mais en terme d’intensité, de niveau de jeu et d’engagement, on ne pouvait pas ne pas donner ce match vainqueur. On vous laisse d’ailleurs avec les meilleurs moments. Régalez-vous.

On se retrouve demain pour la dernière partie de nos Awards 2017. Il y a encore des choses à voir et pas que des belles. N’hésitez pas à donner votre avis en commentaires. À noter que ces Awards sont complètement subjectifs : la guerre du clan Federer contre Nadal, c’est vu et revu et on s’en fiche complètement.

  1. avatar
    17 décembre 2017 a 23 h 50 min

    Salut la redac’!
    Peu de points contestables, mais pour le plaisir du débat…
    Le flop de l’année côté masculin se partage entre
    Wawrinka et sa lamentable finale de RG. Alors qu’il était invaincu en finale de GC, qu’il avait réussi une sublime 1/2 contre le riant écossais (mais ceci explique peut-être cela…) et qu’il avait déjà battu Nadal sur tb, il s’est littéralement fait “Federerdeuxmillehuitisé” par Nadal en lui opposant une bien piètre résistance . Le reste de l’année à été à l’avenant….C’est pour lui que le retour semble le plus compromis, lâché, comme si tout cela ne suffisait pas, par le tout aussi souriant suédois Norman. Rien de moins que l’homme qui l’a amené à une dimension chelemienne…

    Djokovic, glissade d’or également, pour avoir perdu 2 nouvelles couronnes, dont une qui lui échappe peu souvent : L’OA. Djoko, blessé à son âme slave ou a son corps élastique et deglutenisé ? Peu importe la chute de l’Olympe vers les Enfers s’est poursuivie avec brio, puisqu’après un GC sur 2 ans en 2015 2016 , le roi de Serbie à perdu en 2016 2017 ses 4 couronnes aux 4 “coins” du globe…

    Murray, 3e ex aequo , enfin parvenu au Graal (number one, Andy à dit oui!) et je maintiens ce que j’ai dit sur certains fils, grâce aux chutes en cascade de ses 3 locataires permanents du big3 qui ont fait de sa carrière celle d’un quasi Poupou du tennis. On m’a rétorqué ici qu’on arrivait jamais à la première place par hasard. En effet, Andy est plutôt , pour reprendre une expression de Coluche, “arrivé premier à un concours de circonstances “…. Résultat : bien que présent à l’oa, (où il n’a même pas décroché son habituelle place de finaliste ), RG (belle 1/2 redisons le!) puis son supposé jardin britannique : walou, nada….nothing! De nouveau orphelin du (on reste dans la catégorie ) riant Ivan, “able to come back “, Andy ? L’équation reste la même pour lui mais à plus de 30 ans: tout va dépendre du big3 et de l’éclosion, en plus, de la next gen’, dont il a bizarrement échappé aux morsures de dent de lait, alors que Djoko (Zverev, Thiem, Kyrgios ), Nadal (Thiem, Shapo ) et même Fed (Zverev, sur blessure probable ) ont commencé à baisser la garde.

    Côté joueurs de l’année, j’avoue avoir caressé le rêve il y a quelques semaines que Fed chiperait ce titre symbolique décerné par l’atp à Nadal en remportant un 7e masters. Mais vraisemblablement moins motivé à l’idée de ne pouvoir infliger à l’Espagnol une 5e défaite sur l’année et tombé contre un Goffin qui a enfin trouvé la clé du coffre suisse , le Maestro à loupé le coche, et pas qu’une fois dans la saison. Si elle fut aussi excellente qu’inespérée, cette année à vu le Suisse commettre un pêcher d’orgueil ET DE gourmandise
    - en chargeant trop son calendrier nord américain
    - en hypothèquant du coup ses chances de 6e uso et 3e gc de l’australien la saison
    - en offrant à distance ce titre à Nadal conjointement à celui de numéro un.
    Ne boudons pas notre plaisir, Roger a
    - encore amélioré son hallucinante marque en GC et maintenu Nadal a la même distance
    - eu le meilleur ratio matchs/victoire de l’année
    - infligé 4 échecs consécutifs à son meilleur ennemi la même année (mais en boudant ostensiblement la surface qui l’en aurait empêché)

    Nadal, joueur de l’année du coup incontestable (10 rg, qui vivra assez vieux parmi nous pour revoir ça un jour ?) et come back de l’année exaequo avec son paradoxal bourreau suisse de l’année. A noter que lui aussi a commis le pêcher d’orgueil du calendrier trop chargé, eu égard à son âge et son immense historique en matière de blessures. Mais un Rafa devenu raisonnable et/ou à l’écoute de son corps serait il encore Nadal?

    A demain pour la suite du palmarès !

  2. Pingback: Tennis : les Awards 2017 du Vestiaire (2ème partie) - beIN SPORTS Your Zone - Partagez votre passion et votre expertise du sport

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter