• Grille TV beIN SPORTS
L’Open d’Australie en chiffres
Photo Panoramic

L’Open d’Australie en chiffres

Dotations pour les joueurs, affluence, financement participatif et nouvelle pépite australienne voilà les chiffres spécial Open d’Australie. Le tournoi de tennis, premier Grand Chelem de l’année, a débuté la nuit dernière, l’occasion de se pencher sur cet événement planétaire.

638 812

en dollars. C’est le cumul des gains 2014 de Nick Kyrgios, numéro 1 australien de 19 ans. De mère malaisienne et de père grec, ce jeune joueur né à Canberra n’a pas encore disputé de finale sur le circuit ATP. Actuellement classé 53ème mondial, il aura forcément à cœur de briller sur ses terres. Il se trouve dans la même partie de tableau qu’un certain Roger Federer. De son côté, le suisse a cumulé plus de 9 millions de dollars de prize money en 2014. Un monde d’écart.

40

millions de dollars. C’est le prize money 2015 distribué par le premier tournoi majeur de l’année. Passé de 26 à 40 millions de dollars en 3 ans, cette hausse permet d’attirer les meilleurs joueurs. Pour cette édition, le plus gros gain s’élève à 3,1 millions de dollars (environ 2 681 000 euros) pour le vainqueur. La bataille fait rage entre les différents organisateurs d’événements : grands tournois, ATP mais aussi des tournois exhibitions.

653 000

spectateurs. C’est le record d’affluence en 2010 à l’Open d’Australie. Moins classy que Roland Garros ou Wimbledon, moins fun que Flushing Meadows, le tournoi du grand chelem australien se distingue par une gestion particulièrement réussie. Et le tournoi du bout du monde poursuit  sa modernisation et ses investissements : un troisième court de 7500 places sera couvert tandis que la Rod Laver Arena disposera de 17 000 places dans les années à venir.

5 000

en euros. C’est la somme qu’a tenté de collecter Jules Marie sur le site de crowdfunding (financement participatif) sponsorise.me. Le tennisman professionnel classé 258ème à l’ATP, a fait appel aux dons pour participer à l’Open d’Australie. Metronews détaille les charges qui pèsent sur un joueur ATP loin des stars : cordages, soins médicaux, coach. Ce normand de 23 ans doit combler un trou de 10 000€ dans son budget 2015 de 85 000 euros. Au niveau sportif, il vise le Top 100 à fin 2015. Sa participation à l’Open d’Australie n’a pas abouti. Pour l’aider malgré tout c’estici.

121

millions de foyers. C’est la couverture média de l’Open d’Australie par Eurosport pour le vieux continent. 56 pays sont concernés. En France la diffusion a fait l’objet de batailles entre média premiums, Canal + et beINsports en tête.

Sources : ATP, Metronews, Slate, Sportspromedia

  1. avatar
    21 janvier 2015 a 13 h 39 min

    A mon avis l argent que la FFT collecte a RG elle peut prendre 1 partie de ses benefices et financer quelques jeunots comme celui la…..si l on veut voir des frenchie gagner des GC il faut que la FFT s engage a fond et non qu elle reste la immobile attendant de venir cueillir le fruit

    PS

    Tu aurai du mettre dans ton article la liste et le montant des charges pesant sur un joueur non sponsorisé par les grandes marques afin de mieux illustrer

  2. avatar
    21 janvier 2015 a 13 h 40 min

    FFT peut financer 2-3 a AUSSIE 2-3 a Us open etant donné qu a RG elle va distribuer des wild card

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter