• Grille TV beIN SPORTS
Roland Garros 2018 : Tops et Flops
Photo Panoramic

Roland Garros 2018 : Tops et Flops

Comme tous les ans, la quinzaine est passée à une vitesse folle, et il est maintenant temps de laisser la place à la saison sur gazon. Mais avant, petit retour sur cette édition 2018.

TOPS

Nadal inarrêtable

Cette année encore, Rafael Nadal a démontré de façon magistrale que le roi, à Roland, c’est lui et personne d’autre. Grand favori du tournoi, l’Espagnol n’a laissé absolument aucune chance à ses adversaires. Il a quand même fait (un peu) moins bien que l’année passée, puisqu’il a concédé un set à l’Argentin Diego Schwartzman, avant que le match ne soit reporté au lendemain pour cause de pluie et qu’il reprenne ses esprits. On aurait pourtant cru que Juan Martin Del Potro et Dominic Thiem, ses adversaires en demi et en finale, auraient les capacités de l’embêter un peu, mais passé le premier set, les deux hommes ont eu bien du mal à tenir la cadence imposée par l’Espagnol, même s’ils sont loin d’avoir démérité. Nadal s’est donc emparé de la Coupe des Mousquetaires pour la onzième fois de sa carrière (ce qui est, évidemment, un nouveau record), mais même s’il est habitué à l’exercice, l’émotion est toujours aussi forte chez l’Espagnol : on l’a en effet vu en larmes au moment de soulever encore une fois le trophée, dans un stade Philippe-Chatrier plein à craquer. Il a reçu les félicitations de nombreuses personnes et notamment de son adversaire du jour, Dominic Thiem, qui avait seulement onze ans lorsque l’Espagnol a soulevé ce trophée pour la première fois. Thiem, d’ailleurs, jouait ce jour-là sa première finale en Grand Chelem et honnêtement, il serait surprenant de ne pas le voir, lui aussi, remporter Roland-Garros dans la décennie qui arrive.

 

Les belles histoires de Roland

On le sait parce qu’on le vit tous les ans : Roland-Garros est un tournoi magique. Et s’il est aussi magique, c’est sans doute grâce à des joueurs comme Juan Martin Del Potro ou Marco Cecchinato, qui réalisent sur la terre parisienne des exploits complètement inattendus. A 25 ans, l’Italien Cecchinato n’avait encore jamais passé un tour en Grand Chelem. Durant cette quinzaine, il a sans doute joué le tennis de sa vie, ce qui lui a permis de remporter non pas un, mais cinq matches, et de rejoindre pour la première fois de sa carrière la demi-finale d’un Grand Chelem. Pour y parvenir, il a d’abord éliminé le Roumain Copil, puis l’Argentin Trungelliti et l’Espagnol Carreno-Busta. En huitièmes, il a écarté l’un des principaux outsiders du tournoi, David Goffin, avant de battre Novak Djokovic dans un match épique. Cette ascension complètement inattendue de l’Italien s’est achevée aux portes de la finale où Dominic Thiem, nettement supérieur, a mis fin à la quinzaine de folie de Cecchinato. Mais une chose est sûre : à Roland, on se souviendra longtemps de cet Italien (presque) sorti de nulle part, qui a d’ailleurs fait un bon de 45 places au classement ATP (actuel 27e mondial). De son côté, Juan Martin Del Potro a montré une nouvelle fois à quel point la passion et la détermination peut nous emmener loin. Après ses nombreuses années de galères et ses blessures à répétition (voir notre Focus), l’Argentin est de retour au meilleur niveau, ce qui lui a permis de vaincre successivement Mahut, Benneteau, Ramos-Vinolas, Isner et Cilic. Il a ainsi pu jouer sa première demi-finale à Roland depuis 2009, avant de se heurter au futur vainqueur Rafael Nadal. La fin de saison s’annonce belle pour Del Potro, déjà vainqueur de Acapulco et Indian Wells. Il pointe cette semaine à la 4e place mondiale, son meilleur classement en carrière.

 

Premier Roland pour Herbert et Mahut

Sans faire de vagues, presque discrètement, Nicolas Mahut et Pierre-Hugues ont fait leur petit bout de chemin pendant la quinzaine. Déjà détenteurs de deux titres du Grand Chelem (Wimbledon et l’US Open), l’équipe de double française a ajouté un nouveau trophée à son palmarès en battant en finale Oliver Marach et Mate Pavich (6-2 7-6[4]), premiers à la Race. Les deux coéquipiers se sont pourtant fait une grosse frayeur en demi-finale quand Herbert a envoyé une balle à plus de 100 Km/h dans l’oreille de Mahut. Plus de peur que de mal, finalement, puisque ça ne les a pas empêchés de s’imposer, d’abord en demie, puis en finale, sur la terre ocre de Roland-Garros. Une victoire qui doit avoir une saveur particulière pour Nicolas Mahut puisqu’en 2013, il s’était incliné en finale du double sur cette même terre, aux côtés de Michael Llodra. Quoiqu’il en soit, après la débâcle dans le tableau de simple (aucun joueur en 2esemaine), cette victoire française fait du bien. On peut également saluer la performance de Stéphane Houdet et Nicolas Peifer qui ont remporté, pour la deuxième année consécutive, le titre de double en fauteuil.

 

FLOPS

Mauvaise sortie pour Djokovic

Si Djokovic n’est pas encore de retour à son meilleur niveau, on a eu l’occasion de voir, pendant cette quinzaine, quelques bribes du jeu qui lu a permis de gagner Roland-Garros il y a deux ans (et 11 autres titres du Grand Chelem). Le Serbe a l’air d’être sur la bonne voie. Malheureusement, les choses se sont plutôt mal finies pour lui à Roland avec une défaite en quart face à la surprise Cecchinato. Mené deux manches à rien, l’ancien numéro 1 mondial était parvenu à renverser la tendance en remportant le troisième set puis en prenant l’ascendant dans le quatrième, avant de se crisper dans le tie-break et de perdre le match. Une défaite que Djokovic a manifestement très mal digéré sur le moment. Souhaitant sans doute se débarrasser du passage obligatoire en conférence de presse le plus vite possible, le Serbe s’y est rendu quelques minutes après la fin de son match. Enervé et frustré, « Nole » a esquivé une à une les questions des journalistes, répondant sur un ton qui ne lui ressemble pas. Une triste sortie pour le vainqueur 2016…

 

Wimbledon sans Murray ?

Comme tous les ans, Roland-Garros et Wimbledon vont s’enchaîner très vite. Si on sait déjà que Federer sera de la partie, ainsi que Nadal et Djokovic, les rumeurs vont bon train quant à la présence d’Andy Murray. Absent depuis juillet dernier, l’Ecossais, qui s’est fait opérer de la hanche en début de saison, ne semble pas vraiment en état de rejouer en tournoi. Son retour, initialement prévu cette semaine à ‘s-Hertogenbosch, est pour l’instant repoussé. Présent sur les courts pour s’entraîner pendant les semaines précédentes, Murray a pour le moment disparu de la circulation, ce qui ne présage rien de bon. On imagine en effet que les douleurs sont toujours présentes, ce qui ne facilite pas les séances d’entraînements. A l’image de Stan Wawrinka, Murray est contraint de passer par une très longue période de réadaptation avant de pouvoir rejouer à fond, ce qui met le doute sur sa participation à Wimbledon. Pour le moment, l’Ecossais est prévu à l’affiche du tournoi londonien, mais les choses pourraient encore évoluer dans les prochaines semaines. Affaire à suivre, donc…

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter