• Grille TV beIN SPORTS
Saison 2014 : Nadal – Djokovic, le mano a mano inévitable ?
Photo Panoramic

Saison 2014 : Nadal – Djokovic, le mano a mano inévitable ?

Début d'une série d'articles sur les grandes questions que pose la saison 2014. On commence avec une interrogation qui revient chaque année : qui finira numéro 1 mondial ? Si le duo Nadal/Djokovic part aujourd'hui avec une longueur d'avance ils ne sont pas à l'abri de voir débarquer un challenger...

Ready ? Play !

Ca y est, on y est. Les balles ont commencé à fuser sur la Rode Laver Arena, sous le soleil de Melbourne. Le début de l’Open d’Australie marque traditionnellement le lancement d’une nouvelle saison de tennis. Certes, les joueurs ont déjà pu s’étalonner depuis trois semaines dans des tournois secondaires (les ATP 250 de Sydney, Brisbane et Doha) ou lors d’exhibitions comme celle d’Abu Dhabi, fin décembre. Mais le tournoi de Melbourne, premier événement d’envergure, permet de réunir l’ensemble des meilleurs joueurs de la planète. L’occasion de s’interroger quelques grandes questions qui vont accompagner toute cette nouvelle saison de tennis. On commence par une interrogation qui concerne les hautes sphères du classement.

Il n’en restera qu’un

L’année 2013 avait été marquée par le règne de deux hommes, vainqueurs à eux deux trois des quatre tournois majeurs (et cinq, en comptant le Masters). Curieusement, celui qui fait la loi n’est pas toujours celui que l’on croit. En effet, pendant que Djokovic était assis sur le trône du classement ATP (de janvier à septembre), c’est Nadal qui glanait tous les trophées possibles et imaginables, et ce dès son retour à la compétition, en février. En mars, la défaite du Majorquin face au Serbe avait cependant rappelé à tout le monde qu’à son meilleur niveau, Djokovic était quasiment injouable. Oui mais voilà, ce niveau, le Djoker n’était pas parvenu à l’atteindre souvent, lors de la première partie de la saison 2013.

Au lendemain de l’US Open, le monde du tennis était bien conscient que Nadal allait remonter sur le trône très rapidement. Mais il faut croire que les deux hommes préfèrent se retrouver dans la situation du chasseur. Dès l’instant où il a compris qu’il allait (re)devenir numéro 2 mondial, le Serbe a commencé à enquiller les victoires, se rappelant au bon souvenir de 2011. Bilan des courses : 24 victoires consécutives de septembre à décembre 2013, quatre tournois glanés, avec notamment deux victoires contre son successeur sur le trône de l’ATP, deux contre Federer et deux contre un excellent Del Potro : tout simplement monstrueux.

Djokovic numéro 1, une question de temps ?

C’est donc paradoxalement avec le statut d’homme à battre que le numéro 2 mondial se présente à Melbourne. Le triple tenant du titre peut d’ailleurs écrire l’histoire, en devenant le premier homme à cumuler cinq Open d’Australie. Mais, plus largement, ce tournoi devrait fournir un premier élément de réponse à une question qui animera à n’en pas douter : qui finira la saison 2014 avec le statut de numéro 1 mondial ? A l’heure actuelle, il semble bien difficile d’imaginer quelqu’un d’autre que le Serbe ou l’Espagnol à cette place dans douze mois, tant les deux hommes semblent physiquement, et mentalement au-dessus de leurs adversaires directs.

Djokovic, qui évolue dans une impressionnante dynamique depuis plusieurs mois, paraît aujourd’hui armé pour reprendre à Nadal la place de numéro 1, d’ici quelques temps. Vu le niveau auquel il évolue depuis octobre, personne ne semble capable d’aller le chercher. Reste à savoir si la coupure de décembre a enrayé sa grande marche en avant. On peut aussi se demander sous quelle forme va se matérialiser sa collaboration avec le légendaire Boris Becker : Djokovic a fait un pari risqué, en bouleversant sa structure d’entraînement alors même qu’il n’avait jamais paru aussi fort depuis 2011. Souvenez-vous de 2010 : l’arrivée d’un nouvel entraîneur avait été un échec pour le Serbe. Mais désormais, le Serbe sait comment s’entraîner, comment gagner, quel que soit l’entraîneur. Le seul qui peut l’empêcher de redevenir numéro 1 mondial, c’est bien Rafael Nadal. A moins que…

Qui pour jouer le rôle de troisième homme ?

A moins qu’un troisième homme ne vienne s’inviter à la fête. Il n’y a pas énormément de candidats : Ferrer comme Berdych apparaissent toujours trop faibles face aux deux montres. Federer doit surtout se battre contre lui-même et retrouver ses sensations, avant d’espérer, pourquoi pas, réintégrer le Top 4. Gasquet et Wawrinka butent (quasi) systématiquement sur le duo hispano-serbe. Murray ? Il faut voir comment le Britannique gère sa saison 2013, marquée par une décompression post Wimbledon et une importante blessure, en fin d’année. Trop d’interrogations entourent son retour (il a été battu par Mayer dès son deuxème match de l’année…) pour le considérer comme un sérieux concurrent au duo Nadal/Djokovic, à l’heure actuelle.

Reste le géant argentin, Juan Martin Del Potro. Le bonhomme a laissé une énorme impression tout au long de la deuxième partie de saison. A Wimbledon, déjà, il avait livré un duel titanesque face à Djokovic, en demi-finale. Personne ne l’attendait à ce niveau-là, surtout sur gazon. Il a fallu attendre la dernière partie de la saison pour le voir livrer à nouveau de grands matchs. A Shanghai, il a sorti Nadal en demi-finale, en dominant le Majorquin comme rarement il l’avait été en 2013. En finale, il a à nouveau sorti une grosse prestation face au Serbe, en s’inclinant toutefois. On se souvient qu’en mars, à Indian Wells, la Tour de Tandil avait sorti coup sur coup Murray et Djoko, avant de s’incliner de justesse face à Nadal, en finale. A n’en pas douter, c’est lui qui représente la principale menace pour le duo glouton et dominateur de l’ATP. Puissant et doté d’un mental surprenant, il est capable de bien jouer sur n’importe quelle surface… même si l’Open d’Australie ne lui réussit toujours pas. Nul doute qu’il sera plus que motivé pour rattraper le temps perdu lors des prochaines échéances.

A suivre, une nouvelle question pour la saison 2014 : « Federer, déclin confirmé ou début d’une nouvelle ère ? »

  1. avatar
    18 janvier 2014 a 17 h 45 min

    Del Potro est excellent mais trop irrégulier, encore vu cette année à Melbourne.

    Federer est fini pour moi, quant à Berdych et Ferrer ils sont trop vieux pour exploser, ils ont atteint leur palier maximal, idem pour Tsonga.

    Il ne reste donc que deux solutions : voir Andy Murray jouer au top de son talent et de sa régularité, ou voir un jeune espoir exploser (mais qui ?)

    Perso je pense que 2014 sera un nouveau chapitre du duel Djokovic – Nadal, qui a commencé en 2011.

    Avec un très léger avantage pour le Serbe (55-45).

  2. avatar
    18 janvier 2014 a 18 h 21 min

    Revoila axel avec la louange de nole en plus
    nadal a impressione face a lamonf. Perso si l espagnol s il arrive en finale je le vois remporter le trtrophee

  3. avatar
    22 janvier 2014 a 14 h 32 min

    NON Axelborg

    Tu confirmes ce que l on sait deja.

    1) tu es un excellent redacteur

    2) tes articles sont meilleurs que ceux lu dans des quotidiens sportifs

    3) nous t en sommes gré pour SPORTVOX et BEINSPORT

    4) mais il y a toujours un mais, tu n as jamais été un grand pronostiqueur. NOLE elimiiné et la course vers la N1 atp plombee jusqu au MS du Canada sauf si Nadal se blesse.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter