• Grille TV beIN SPORTS

Tony Estanguet voit triple

Il y a quatre ans à Pékin, Tony ressortait des Jeux inconsolable. Cette année, il a conjuré le sort en allant chercher avec les tripes sa troisième médaille d’or olympique dans l’épreuve de slalom en canoë monoplace. Il entre ainsi au panthéon du sport mondial.

Tony et les JO, c’est une grande histoire d’amour qui a débuté en fanfare il y a douze ans à Sydney avant de se poursuivre en or à Athènes. Mais elle lui a aussi offert de belles désillusions comme en 2008 à Pékin.

Son entrée magistrale dans l’Histoire

« Je viens de vivre un truc de malade… ». Tony Estanguet n’en revient toujours pas, il l’a fait. Médaille d’or autour du cou, le séisme tricolore a remporté, mardi dans le bassin de Lee Valley au nord de Londres, son troisième titre de champion olympique après ceux de 2000 et de 2004. Sans encore réaliser l’ampleur de son exploit, le Français entre dans l’histoire du sport en devenant le premier tricolore à être sacré trois fois champion olympique dans la même discipline. « Il est devenu l’air de rien une légende, là, devant nos yeux » place, plein d’admiration, Matthieu Perché, athlète engagé en canoë biplace.

Tony Estanguet a réalisé un très beau parcours. Il s’est hissé sur la première marche du podium suite à deux manches parfaites, en demi-finale et en finale, où il n’a fait aucune faute et écrasé la concurrence en beauté en 97s06. Comme un symbole, il devance la jeune génération, représentée par l’Allemand Sideris Tasiadis qui rafle l’argent avec un chrono de 98s09, comme l’ancienne génération, en la personne du Slovaque Michal Markitan, champion olympique sortant, son rival de toujours mais aussi et avant tout son ami, relégué en troisième position (98s31).

« Cette médaille a été si dure à aller chercher qu’elle est belle et très forte (…) J’ai travaillé si dur pendant ces quatre dernières années pour produire ce genre de course que je suis ravi. »

Le cauchemar de Pékin effacé

Ce troisième sacre va permettre à Tony d’effacer définitivement le douloureux souvenir de Pékin. En 2008, toutes les conditions étaient réunies pour que le Français décroche cette fameuse troisième médaille d’or olympique : leader incontestable de sa discipline, il était, en plus, le porte drapeau de la délégation française lors de la cérémonie d’ouverture. Mais ce scénario, trop vite écrit, s’est rapidement envolé lorsque le Palois, à la surprise générale, s’est fait éliminer dès les demi-finales de l’épreuve avant de terminer à la 9ème place.

Cette fois, il a donné un coup de pagaie à ce mauvais souvenir, même s’il affirme ne pas vouloir tourner le dos à cette déception qui lui a permis d’arriver là où il en est aujourd’hui. « Pékin fait partie de mon histoire et c’est aussi grâce à cela que je peux savourer ce genre de moment. Ce qu’il s’est passé il y a quatre ans, je n’ai pas envie de cracher dessus, au contraire. » Mais nous, nous sommes d’accord pour enterrer ce souvenir et ne retenir qu’une chose : Tony Estanguet fait désormais partie des dieux de l’Olympe.

Fin de carrière ?

À maintenant 34 ans et autant de joies que ces années olympiques ont pu lui apporter, il est normal de s’interroger sur la suite. Mais avant de parler de fin, Tony Estanguet veut attendre et savourer cet instant rare qui n’arrive pas dans la vie de tous les athlètes. Mais même s’il veut attendre, il semble que la fin de sa carrière ne soit pas si loin : « Rio 2016 n’est pas envisageable. C’est dur pour moi de me dire que c’est fini, j’aime tellement ça, j’ai tellement pris mon pied pendant ces 20 dernières années que c’est probablement la décision la plus difficile à prendre. »

Allez Tony, ne sois pas triste, durant ces 20 années, tu nous a vendu du rêve, à nous comme à nos grands frères. Ne sois pas triste, tu es devenu un héros et nous nous souviendrons à jamais de ton histoire. Ne sois pas triste, tu nous a rendu fier d’être français. Ne sois pas triste parce que tout n’est pas encore terminé… Car notre héros tricolore s’est porté candidat à la commission des athlètes du CIO. Le poids de trois médailles d’or aura-t-il un impact sur les votes ? Pour le savoir, rendez-vous le 12 août prochain, en clôture des Jeux Olympiques. Mais à nos yeux, quelque soit le résultat du scrutin, Tony est déjà notre seul vrai vainqueur.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter